Lemon Jefferson : l’esthétique acidulée de Simon Roussin

19 décembre 2011 par Bakounine
  • Si vous le placez à 800 et que vous n’en vendez que 200, c’est peut-être tout simplement parce qu’il n’intéresse pas plus de 200 personnes.
    Franchement, il faut avoir envie de le lire. J’ai essayé, pas évident. Tout est au second degré, le fond comme la forme. Même la mise en couleur est au second degré. Vous montrez ça à n’importe qui autour de vous qui ne sort pas d’une école d’art et il vous dit que c’est un boulot d’amateur, des couleurs faites par un gamin et sa boîte de feutres. Et comme la couleur est omnipotente, c’est très difficile d’avancer dans le récit. Ensuite, les cadrages, la mise en place, ce (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.