XIII : Dans les méandres du complot

8 octobre 2012 par LC
  • C’est le classique "Un flash-back peut-il mentir", Hitchcock en son temps s’était vu reprocher le flash-back de Stage Fright, car il était mensongé, étant le récit du coupable. Le spectateur part du principe que ce qu’on lui montre est la vérité, mais il a tort si c’est clairement le récit d’un protagoniste.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD