Pourquoi j’arrête la bande dessinée."

25 mars 2015 par Wurm Philippe
  • Et ça te convient la cruauté infinie ? Je me souviens de Geerts qui n’a pas vécu ce métier comme une cruauté infinie, et heureusement car sa nature sensible et son sens poétique en auraient été altérés. Il reconnaissait même être tombé dans une bonne époque, cela lui a permis de bâtir l’oeuvre fraîche et sensible qui ravira les lecteurs encore longtemps. Si comme tu le suggères Hermann et Tardi ont le coffre pour surmonter toutes les difficultés et tenir le rythme il serait dommage de perdre les Geerts de notre époque. Une profession qui pratique une telle sélection n’est pas une profession mais une sorte (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.