Le Perroquet : l’autofiction poignante d’un enfant de bipolaire

14 juillet 2017 par Tristan MARTINE
  • C’est l’un des albums les plus marquants de ce premier semestre. Une autofiction poignante, tendre et pleine de pudeur sur la jeunesse du fils d’une mère bipolaire et schizophrénique.
    La bande dessinée, par la force de l’ellipse et du dessin, est-elle mieux armée pour retracer ses drames familiaux, pour les exprimer avec pudeur, que les autres médias ? Vaste question.
    Mais force est de constater la multiplication d’œuvres réussies dans ce registre. À Mal de mère, sur l’alcoolisme de sa mère, à Ce (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.