Alix Garin et Mathias Vincent : « Au-delà de l’Alzheimer, "Ne m’oublie pas" parle des relations intergénérationnelles. »

4 février 2021 par l’auteur du premier commentaire
  • Quoique… si, il y a un rapport. Da Vinci parvient à peindre une émotion. Mais est-ce qu’avec un dessin niveau storyboard, ça suffit pour dessiner une émotion comme le regard de quelqu’un qui a Alzheimer. Le sujet est une chose, mais il ne suffit pas, son traitement (le style) est tout aussi important, voire plus. La bande dessinée est aussi un art. Pas seulement un moyen de communication. Transmettre n’est pas seulement communiquer, non ?

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD