L’Ours Barnabé : sans paroles - Par Philippe Coudray - la Malle aux images

11 février 2012 par Alex
  • Je vous suis bien. Mais je vais faire la fine bouche et rétorquer que Marion Fayolle est un peu trop cinématique à mon goût. Il manque l’ellipse poétique que l’on trouve chez Coudray : la découverte d’une logique innattendue. Chez Fayolle c’est une suite d’images qui tendent à un développement propre à une logique interne. L’élément de surprise et d’émerveillement n’est pas du même ressort, c’est plus mécanique (c’est excellent d’ailleurs comme exercice, mais je crois que c’est un peu un (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.