Iouri Jigounov & Yves Sente dévoilent les coulisses de XIII

4 juillet 2016 4 commentaires
  • Le passionnant XIII qui vient de paraître remet en perspective tout ce que Sente et Jigounov ont méthodiquement construit en cinq tomes. Une nouveauté qui s'apprécie mieux en relisant le début de ce cycle !
Iouri Jigounov & Yves Sente dévoilent les coulisses de XIII
Une édition augmentée du XIII HS de L’Express, intitulée "XIII - Le Guide complet", est sortie en librairie le 24 juin 2016. (Diffusion MDS)

Votre couverture résume bien les éléments de ce nouveau cycle : une femme, vue de dos et que l’on imagine donc connaître, domine XIII de sa stature, telle la responsable de ce qui lui arrive depuis quelques albums…

Yves Sente : Rappelons que la fameuse conjuration des XX était également dirigée par son ex-mari, et l’on apprend qu’elle se cachait déjà derrière sa figure politique.

Fallait-il relier les deux cycles pour respecter les thématiques et la cohérence de la série ?

Yves Sente : Lorsque j’ai repris la série, je me suis demandé quelle était l’ADN de la série et les attentes des lecteurs. Selon moi, XIII est un thriller d’aventure focalisé sur la théorie du complot, qui se double de cette fameuse quête de son identité. Jean Van Hamme avait déjà abordé tant de thèmes fondateurs : l’assassinat du Président, la politique extérieure des USA, les collusions entre mafia et politiques, etc.

J’ai donc analysé l’Histoire des États-Unis et je suis tombé sur les événements fondateurs du Mayflower. Je me suis alors rappelé qu’une allusion y était faite dans The XIII Mystery – L’Enquête, qui s’ouvre justement sur Janet Fitzsimmons alors qu’elle est un personnage insignifiant dans cette intrigue. Elle apparaît donc dans cette magnifique robe rouge que nous avons repris pour ce nouvel opus, et cette petite bio nous apprend que sa famille descend du Mayflower, ce qui caractérise une certaine classe aristocratique américaine. Je me suis alors demandé si sa quête identitaire pouvait dépasser sa propre vie pour aborder sa généalogie…

Nous tenons tous de nos parents...

Yves Sente : Oui, prenons un exemple ancré dans l’actualité : on comprend que le fils de Donald Trump est dans la droite ligne de son père, ce dernier s’inscrivant dans la voie tracée par son propre père, etc. Il en est de même avec les Kennedy qui étaient une vraie dynastie. La généalogie participe donc à notre construction : l’identité et les actes de nos ancêtres ont une influence sur nous-mêmes, car nous nous sentons redevables d’une histoire, d’un passé, de leur travail, de leurs combats (contre un ennemi, pour la démocratie), etc. La construction d’un individu ne se limite pas à sa propre vie, elle englobe celle de ses ancêtres.

D’où le titre de ce nouvel opus : L’Héritage de Jason MacLane !

Yves Sente : Ce terme d’héritage n’est bien évidemment pas lié à l’argent, mais bien à la culture : XIII n’est plus uniquement cet aventurier baroudeur qui se bat pour sauver sa peau, mais également le dernier d’une lignée qui s’est faite flouer. Je rejoignais donc les deux axes du complot et de la poursuite de la quête de l’identité, sans réaliser de redites par rapport à ce qui avait été si bien raconté dans les dix-neuf premiers tomes.

À cela, vous rajoutez l’aspect politique et engagé des USA avec l’enfermement des amis de XIII au Banichistan. Une volonté de mettre en scène un autre cadre que l’Amérique pour développer les ramifications du complot ?

Yves Sente : Nous sommes en 2016 dans un monde inter-connecté, une réalité qui me semble correspondre à une série contemporaine. De plus, je suis également certain qu’il faut varier les décors dans une série. Or, les ambiances américaines nous sont tellement évoquées par les films et les séries qu’il devient difficile de surprendre le lecteur. Je choisis donc de changer de continent, avec le Banichistan, mais également l’Europe avec les Pays-Bas dans toute la moitié de ce tome 24.

La Haye était d’ailleurs le refuge de ces puritains avant qu’ils n’embarquent sur le Mayflower. Rappelons que ces immigrés étaient de véritables intégristes religieux : ils pouvaient se montrer fermés voire agressifs envers ceux qui ne pensaient pas comme eux. Ce qui a dégénéré en cette tension authentique entre les Puritains d’un côté (comme ils se nommaient eux-mêmes) et les autres. Et comme la seule source historique de l’époque raconte comment cette colonie est passée de 102 âmes à 51 en un seul hiver, je me suis imaginé qu’une autre vérité était possible…

Vous avez également tissé de nombreux liens avec les personnages du premier cycle.

Yves Sente : Nous ressentons tout d’abord un certain plaisir à faire évoluer des personnages qui nous ont réellement touchés. Car nous étions fans de la série avant de la reprendre ! Iouri et moi tentons bien entendu de trouver le bon dosage entre le retour de certains personnages que le lecteur connaît, et le fait d’en introduire de nouveaux, comme cette Annika que nous apprécions beaucoup !

Graphiquement parlant, on ressent que vous prenez maintenant une réelle indépendance entre le style graphique hérité de William Vance et le vôtre qui relève à la fois de votre style et des codes de la série ?

Iouri Jigounov : Je n’ai absolument rien changé dans ma façon de travailler, mais il est possible que j’ai légèrement évolué. Bien entendu, je ne feuillette plus aujourd’hui les anciens albums pour saisir les détails de tels personnages ou de tels lieux : je les ressens maintenant très naturellement.

Le travail d’Yves consiste en une alternance de séquences pourvues de longs dialogues avec des scènes d’action plus rythmées. J’imagine que vous préférez dessiner les secondes ?

Iouri Jigounov : Je prends le même plaisir à dessiner les deux types de séquences. La série XIII implique ce type de discussions où l’on découvre des éléments. À mon niveau, c’est peut-être un peu moins excitant à dessiner, car c’est tout simplement plus facile à réaliser. En effet, j’apprécie surtout les défis, et les scènes d’actions sont souvent composées d’une multitudes des challenges.

Quels sont les défis que vous rencontrez ?

Iouri Jigounov : Yves et moi n’avons déjà pas la même vision du découpage, une différence de points de vue qui nous enrichit mutuellement. Je joue donc sur de petits détails afin de maintenir le réalisme de la séquence et sa lisibilité. Cela me demande une part de réinterprétation de ce qu’Yves a imaginé ; je dois retranscrire son texte selon mes propres visions, car je dois les dessiner !

Yves Sente : En tant que scénariste, ce n’est déjà pas simple de mettre par écrit, ce que l’on voit en imagination. Décrire un film serait plus facile ! Ici, il s’agit de mettre par écrit des éléments qui n’existent pas encore. J’essaie donc d’être le plus précis possible pour démontrer les intentions des personnage. Mais dès que je passe le scénario à Iouri, il devient le chef, et je suis ravi dès qu’il réinterprète le tout pour que cela devienne réel.

Iouri Jigounov : Puis, je travaille de la même façon avec notre coloriste Bérengère Marquebreucq : je n’impose jamais rien, mais si je propose parfois quelques idées : il faut, par exemple, respecter une ambiance de coucher de soleil !

Autre particularité de ce nouvel opus : un dossier complémentaire de huit pages qui retracent la généalogie complète de XIII et des autres protagonistes. Fallait-il souligner cet aspect généalogique pour le lecteur ?

Yves Sente : Tout-à-fait, c’est fondamental de montrer que nous avons tous ces éléments en totalité et dans le détail. Nous allons d’ailleurs réaliser un prochain album en spin-off, qui va reprendra des éléments intéressants de ce passé, qui construisent la personnalité de XIII sans être essentiels pour comprendre le thriller de la série principale. Plus on dévoile d’éléments de ce passé, plus on crédibilise son implication dans les interactions avec les autres protagonistes. De même, la puissance de la famille de Janet prend tout son sens avec cette compréhension de ce passé. Il me paraît d’ailleurs clair que Janet ne peut rester insensible à XIII, émotionnellement parlant, car ils sont les deux derniers descendants sur Terre. Cette différence de perception est très rendue par le dessin de Iouri dans la séquence finale de ce vingt-quatrième tome.

Iouri Jigounov : Je suis content que la scène te convienne, car j’ai eu trois semaines d’arrêt en plein milieu de la séquence : de temps en temps, ma main se bloque, et je ne peux plus rien faire en attendant que l’inflammation du nerf ne passe.

Cette séquence complémentaire généalogique apporte d’ailleurs d’autres informations que la succession de ces fameux descendants !

Yves Sente : Oui, on tente de mieux comprendre les pensées des différents protagonistes : Annika, Carrington, XIII, Janet, puis Jones qui a envoyé valdinguer son numéro préféré ! Tous ces personnages cogitent, puis sur tous les écrans de télévision, un événement se produit… qui donne un indice de ce qui se déroulera dans le prochain album !

Comment s’articuleront justement les sorties du prochain tome et de ce spin-off généalogique ?

Yves Sente : Nous devons encore le confirmer, mais ils sortiront sans doute simultanément. Ce spin-off s’inscrira dans la veine de XIII Mystery – L’Enquête : du texte avec des illustrations.

Iouri Jigounov : Mais cela ne signifie pas que je vais dessiner deux albums en un an ! Quoique…, on verra !

Yves Sente : Cela fait sens de s’arrêter parfois, de reprendre tous les éléments dans l’ordre, et pas dans le désordre comme le rythme du récit le demande. Sans temps de pause pour faire le point, cela pourrait devenir lourd à assimiler pour le lecteur. Il en est a été de même avec l’arrêt proposé par Van Hamme et Vance avant d’entamer le cycle en Amérique centrale. À l’époque, Jean pouvait se permettre un cycle en douze tomes, mais en 2016, le lecteur est plus impatient. Avec la concurrence des séries télévisées, nous essayons de réaliser des cycles plus cours, et cela devrait sans doute encore se raccourcir dans le futur : deux ou trois tomes… ?

Un second cycle pourrait donc se clôturer dans votre prochain tome ?

Yves Sente : L’éditeur a utilisé le terme cycle au dos des albums, mais selon moi, il y a déjà trois cycles dans les dix-neuf premiers albums. Nous allons donc rebondir sur d’autres aspects de la vie de XIII, mais en les développant sur moins de tomes.

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire également notre article analysant ce nouvel opus : Un nouveau XIII en librairie : Jason Mac Lane et son colossal héritage

Commander XIII T24 - L’Héritage de Jason Mac Lane - par Yves Sente & Iouri Jigounov (Dargaud) chez Amazon ou à la FNAC

À propos de

XIII, lire également sur ActuaBD.com :
-  XIII se dévoile en kiosque et en librairie
-  Notre précédente interview d’Yves Sente : "La série XIII revisite les grands mythes de l’histoire des USA."
-  Notre précédente interview de Iouri Jigounov :  :"J’ai voulu abandonner la série Alpha car mes relations avec l’éditeur n’étaient plus bonnes"
-  XIII, 30 ans déjà !
-  Première saison pour XIII sur M6
-  Notre chronique de XIII T21 – Par I. Jigounov & Y. Sente – Dargaud
-  XIII : Une mini-série télévisée qui ne s’oublie pas
-  Une interview de Jean Van Hamme : « Il faut raconter le plus simplement possible une histoire complexe »
-  XIII : une production TV à suspense
-  Une interview de William Vance : « La série XIII n’est pas terminée ! »
-  Une autre interview de Jean Van Hamme : "Pour l’identité de XIII, j’ai hésité jusqu’au bout"
-  La Version irlandaise de XIII, l’album secret de Giraud & Van Hamme (Janvier 2007) ;
-  Les chroniques de Opération MonteCristo et de L’Or de Maximilien.
-  Van Hamme & Vance : Retour sur une success story (Février 2004) ;
-  La fin de XIII est programmée

Sur ActuaBD, XIII Mystery c’est aussi :
- XIII Mystery, T8 : Martha Shoebridge - Par Colin Wilson & Frank Giroud - Dargaud
- Callède & Vallée (XIII Mystery T7 : Betty Barnowsky) : « Les personnages représentent le vecteur principal de la lecture »
- XIII, 30 ans déjà !
- l’interview de L.-F. Bollée pour le tome 6 : « Jean Van Hamme a apprécié le parcours terrible et tragique de Billy Stockton »
- notre chronique de XIII Mystery T5 : Steve Rowland
- "Jean Van Hamme, c’est l’adéquation idéale entre un récit vif, musclé et un dialogue parfait."
- XIII : Le Mystery s’épaissit, avec le T4 Colonel Amos
- Yann & Henninot et leur T3 Little Jones : « Nous avons suivi les codes laissés par Van Hamme et Vance »
- La chronique du T3 Little Jones
- La chronique du T2 Irina
- Xavier Dorison : Avec XIII, on m’a confié un temple, j’ai essayé d’y ajouter ma pierre.
- La chronique du T1 La Mangouste
- William Vance : On sent la patte de Jean Van Hamme dans XIII Mystery !

Photos en médaillon : Charles-Louis Detournay

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • encore des spin off .... rien par contre sur une suite des XIII Mystery après le tome 13 ? Je relis les 4 dernier tome avant d’attaquer le nouveau, mais c’est tout de même moins fluide que les albums de Vanhamme.

    Rien à voir, a t on des nouvelles de W Vance, et de l’avancement de sa monographie par P Gaumer ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Patrick GAUMER le 5 juillet 2016 à  15:41 :

      William et moi continuons nos entretiens et le livre avance. Un peu de patience, tout de même !

      Bien cordialement,

      Patrick Gaumer

      Répondre à ce message

  • Bonjour à tous... Je viens juste écrire un petit mot d’encouragement pour les auteurs de la "suite" de la série XIII... Certains semblent regretter le "départ" de William Vance et Jean Van Hamme, certes. Cependant j’ai choisi, pour ma part d’aborder les nouveaux développements imaginés par Yves Sente et mis en traits par Iouri Jigounov avec un œil neuf et se voulant sans à-priori. Je ne suis pas déçu. Je trouve que l’idée de rebondir sur la "naissance" des futurs États-Unis d’Amérique avec les émigrés du Mayflower et en y incluant notre ami amnésique était une excellente idée. Je perçois aussi les filigranes des puissants lobbies politiques et économiques américains qui sont autant de machines prêtes à broyer Mac Lane... Bref il y a la matière à faire émerger de nouvelles aventures haletantes et je pense qu’il faut donner une chance aux nouveaux "pères" de XIII de poursuivre l’œuvre de départ. Enfin j’essaie de garder à l’esprit que l’histoire des USA est assez riche pour nous promettre encore de belles aventures, dont nous...nous nous souviendrons. Bravo aux auteurs, ne vous laissez pas abattre par les critiques négatives, un petit-fils ressemble toujours moins à son grand-père qu’à son père. Et pour vous remettre un peu de baume au cœur je vous pose une devinette : Qu’elle est la différence entre un critique et un créateur ? Et bien en fait le critique sera toujours le second à manifester quoi que ce soit car il est dénué de la moindre imagination et n’aura jamais aucun sens créatif...

    Répondre à ce message

  • Iouri Jigounov & Yves Sente dévoilent les coulisses de XIII
    8 octobre 21:58, par guivier aurelien

    Bonjour j aimerais savoir si il y aura une suite des BD XIII (tome 25) merci et bon courage pour la suite .

    Répondre à ce message