Ange (1/2) ("Nemesis") : « Les lecteurs n’ont plus envie qu’on leur serve une histoire dont ils liront la fin dans cinq ans… »

1er décembre 2014 1 commentaire
  • Près de dix ans après la fin de "Nemesis" terminée par Vincente Cifuentes, les scénaristes Ange ont décidé de relancer la série, en réalisant un nouveau tome 6, marquant le retour de Janolle au dessin. Un album percutant, qui permet de revenir sur un univers, situé entre polar et SF, qui relance la série vers une suite prometteuse !

Dix ans après la fin du second cycle de Némésis, vous avez retrouvé votre complice Janolle pour livrer un one-shot qui complète votre série. Quelle était la source de votre motivation ?

Ange (1/2) ("Nemesis") : « Les lecteurs n'ont plus envie qu'on leur serve une histoire dont ils liront la fin dans cinq ans… »
Le nouveau tome 6, astucieusement intitulé Reloading Six...

Le one-shot complète l’histoire en cours, il ne complète pas la série - qui continue... avec une atmosphère légèrement différente, ne serait-ce que parce qu’entre la pause de la série et de sa reprise, la technologie a vraiment fait un bond !
La première source de notre motivation, c’est l’amoooooûûûr. Nous adorons ces personnages, ils ont un caractère, une identité, et c’est un vrai bonheur que de les reprendre. La seconde, c’est que personne n’était satisfait du dernier tome de Nemesis dans les années 2000. Et comme les concepts SF ne sont pas étrangers à la série, il nous a paru intéressant de relancer la série en remplaçant le tome 6 de l’époque par un nouveau tome 6 qui soit, bien sûr, parfaitement cohérent avec l’histoire. On avait d’ailleurs placé les éléments pour le faire dans le tome 5. Qu’on ne nous dise plus qu’on n’a pas de suite dans les idées…

Dans la nouvelle mouture de série, comment s’inscrit alors Rebirth, le précédent tome 6 réalisé avec Vincente Cifuentes ?

...annule et remplace la précédente version de 2005.

La ligne officielle, c’est que Rebirth n’existe plus. Il est remplacé par le nouveau tome 6. En fait, il devient un « what if » collector puisque lui ne sera pas réédité et disparaîtra des bons de commande. C’est une autre vision d’un futur possible se déroulant après la dernière page du tome 5. Mais pour ceux qui l’ont lu à l’époque, ils comprendront aisément qu’on ne pouvait pas prolonger la série après Rebirth. Et comme on voulait continuer…

Dans cette nouveauté, vous rebondissez en utilisant à nouveau vos personnages principaux en leur offrant un rôle plus universel, alors qu’on les pensait finalement assez individualistes à la lecture des cinq premiers tomes. Vous vous adaptez à l’air du temps ?

Non, il y a longtemps - largement dix ans - que nous avions cette idée. On ne peut pas écrire une histoire de science-fiction, ou du moins flirter avec la science-fiction comme le fait Nemesis, sans penser à des histoires archétypales de paradoxe temporel ou de fin du monde. Et nos personnages ont peut-être des préoccupations terre-à-terre dans les premiers tomes, mais ils sont très vite confrontés à des enjeux planétaires... ce qui les prépare à l’idée de sauver la planète, "méthode Fischer".

Ceux qui auront lu le tome 6 Reloaded comprendront vite que cette méthode est, disons, pour le moins discutable...

Un extrait du nouveau tome 6, dessiné par Janolle

Avec cette responsabilité évoquée, peut-on porter sur votre récit une thématique écolo-responsable ?

Janolle a réalisé toutes des nouvelles couvertures pour cette resortie en librairie

Écolo-responsable ? Non, non, non ! Honnêtement, il n’y a pas d’idéologie derrière ce tome. Il n’y a pas de message, même écologique. Nous nous amusons juste avec l’apocalypse, comme tout auteur d’imaginaire rêve de le faire. Ce qui ne nous empêche pas d’essayer d’être éco-responsable dans notre vie quotidienne, bien sûr.

Votre style a beaucoup évolué en dix ans ! Après des intrigues globalement assez linéaires, vous livrez un récit auto-conclusif, qui multiplie les pistes, les flashbacks, les intersections et les développements. Cette évolution est-elle une conséquence de l’écriture en one-shots pour La Geste ?

En effet, l’habitude de faire des histoires plus concentrées sur La Geste des Chevaliers Dragons, des scénarios plus denses, où un coup d’état, un siège, trois histoires d’amour et le sort de quatre armées et un bébé dragon sont réglés à la planche 46 nous a poussé à faire une histoire plus concentrée aussi sur Nemesis. Mais le milieu de la BD a changé aussi. Il est très différent d’il y a une grosse dizaine d’années et se rapproche un peu plus chaque jour de l’Apocalypse. Les lecteurs n’ont peut-être plus envie qu’on leur serve une histoire dont ils liront la fin dans cinq ans…

Un extrait du nouveau tome 6, dessiné par Janolle

Subjectivement, on peut lire entre les lignes de votre scénario que chacun peut prendre le destin de la planète entre ses mains, mais doit également faire face aux conséquences de ses actes. Dans votre métier d’écrivains/scénaristes, estimez-vous que vous devez simplement divertir votre lecteur ou le chatouiller sur l’avenir de notre société ?

C’est intéressant de chatouiller le lecteur, mais comme nous le disions précédemment, nous ne le chatouillons guère dans Nemesis. D’autres de nos séries ou de nos romans, touchent à certains thèmes féministes, humanistes ou religieux, mais Fischer, Mallow et Roxanne, les héros de Nemesis ne sont là que pour nous divertir.

Sans vouloir trop en dévoiler au lecteur, vous avez demandé à votre dessinateur de réaliser des dessins à l’identique, voire une planche presque équivalente à une autre qu’il avait réalisé dix ans auparavant. Est-ce la volonté de démontrer la tournure elliptique du récit ? Ou une façon de signifier que la boucle était bouclée ?

C’était un plaisir narratif (Attention : Spoiler !) que de reprendre la dernière planche du tome 5 pour la dernière planche du tome 6 en la changeant légèrement. Un bon paradoxe - et une bonne histoire - se bouclent, et là, nous avions la possibilité de le faire non seulement narrativement, mais aussi graphiquement.

Le dessin de cet album a été terminé en février 2013, mais il ne sort que dix-huit mois plus tard. Quelle est la raison de ce délai ?

En fait, Alain [Janolle, s’investissant à fond dans les paradoxes temporels lors de la réalisation de cet album, s’est un peu trompé en terminant la dernière page… l’album a été commencé en 2013 et terminé en 2014… et pas un an plus tôt…

Mais le relaunch de Nemesis n’a pas été de tout repos. Entre la conception de l’album, celle de la nouvelle ligne graphique, les nouvelles couvertures (puisque certains albums étaient en rupture, il était évident qu’il fallait relancer la nouvelle édition de la série en même temps que la nouveauté), et le temps passé à convaincre les forces vives de chez Soleil que si, si, c’est une bonne idée d’éliminer un tome de la série pour le remplacer par un autre, ça a tout de même pris quelques mois.

Un extrait du nouveau tome 6, dessiné par Janolle

Quels sont vos projets ?

Outre la Geste 19 qui vient de sortir (somptueux et dessiné de main de maître par Patrick Boutin), l’année prochaine verra la suite du Collège Invisible, le Blondes 21, Nemesis 7 et 8, le tome 3 de Tibill et le projet avec Charlie Adlard(Walking Dead) pour 2016 probablement…

Pour les projets futurs, dans le désordre et sans rien dévoiler, une série de SF contemporaine (si, si, c’est possible), une série de Fantasy, avec de l’aventure ainsi que du souffle et qu’on espère très très belle, des livres plus intimistes aussi, sur des sujets qui nous tiennent à cœur, et bien sûr, la suite de Belladone avec Pierre [Alary]

La BD n’est pas encore morte, il y a encore des histoires à raconter et à dessiner et ce, dans tous les styles !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

De Nemesis, commander
- le nouveau tome 6 Reloading Six chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 5 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 4 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
- l’intégrale des tomes 1 à 3 chez Amazon ou à la FNAC

Concernant La Geste des Chevaliers dragons), lire des précédentes interviews d’Ange :
-  « L’origine de "La Geste des Chevaliers Dragons" remonte aux femmes »
-  « Sans leurs sentiments et leurs souffrances, les personnages seraient en carton-pâte. » (Janvier 2012)
-  « Marie des Dragons n’a rien à voir avec la Geste » (Novembre 2009)

Ainsi qu’un article général présentant la Geste : Entre Ange et Ténèbres, Soleil continue de privilégier l’Héroïc-Fantasy.

 
Participez à la discussion
1 Message :