Beau rebond du marché des Comics aux USA après la crise du Coronavirus.

8 janvier 2021 0 commentaire
  • C'était prévu, anticipé, calculé, sans espoir... Oui, la catastrophe était annoncée, certaine, prophétisée ! Proclamée par les inquiets, les déclinologues, les analystes, ceux qui passaient par là... Un cataclysme affiché, hurlé, même par les fins esprits, les pointures, les infaillibles, dont il arrive que certains se rassurent en trouvant les autres ringards ! Sûr, c'était la fin, la Bérézina, l'apocalypse, même les plus fortiches des super-héros en slip n'allaient pas pouvoir inverser l'inéluctable : l'industrie des Comics allait s'écrouler après la terrible pandémie du Covid-19!

Ben non. Les Cassandre en sont pour leur compte, les comptes ne sont pas faits : le marché de la BD a plutôt bien réagi aux contraintes imposées par la crise du Coronavirus, d’après les éditeurs US. Mais aussi les détaillants et les distributeurs.

Beau rebond du marché des Comics aux USA après la crise du Coronavirus.
Les vilains-méchants de service ont également été confinés pendant la crise. Réduits à l’inaction, les héros DC en ont profité eux aussi pour rattraper leurs retards de lecture, pour ensuite compléter les trous dans leurs collections !

Mais oui, en dépit de la fermeture au printemps 2020 des boutiques spécialisées, les comic shops, et des librairies, sans parler du catastrophique arrêt, par mesure sanitaire, de la distribution des Comics par la société Diamond Comic Distributors qui détenait le quasi monopole : les ventes ont été franchement bonnes à la reprise, dès mai et juin. Surprise et stupéfaction !
Ainsi, après un hésitant retour à la normale, elles ont explosé d’après l’enquête du journal Hollywood Reporter.

En été d’abord, puis au début de l’automne, les ventes ont été incroyables. Bien mieux que prévu ! Bien sûr il a fallu s’adapter, mesures sanitaires ad hoc et autres procédures pour autoriser les ventes, mais... Nouveautés, stocks, formats comic books ou romans graphiques, ouvrages compilés : les lecteurs se sont précipités ! Pour expliquer, on en vient à supposer que le boum des achats de comics a profité de l’absence forcée de vacances, et du report des sorties de films avec des personnages de Marvel et DC Comics. Peut-être.

Wolverine et les X-Men en sont convaincus : il n’existe pas de meilleur moyen que la BD pour vivre des aventures palpitantes !

Même le distributeurDiamond qui, au passage, a pris du plomb dans l’aile et laissé quelques (grosses) plumes, avec l’arrêt complet et définitif de son contrat de distribution, en juin dernier, avec le géant de l’industrie DC Comics, éditeur de Superman, Batman et Wonder Woman (voir notre article), qui a préféré, après des décennies de collaboration, s’organiser autrement, semble satisfait.

Diamond annonce des résultats très favorables et une stabilisation des commandes, voire bien mieux. Ainsi, les comics distribués par Diamond seraient passés de 5,9 millions en mars à 7 millions en septembre et octobre. Et, on l’a dit, le distributeur emblématique de l’industrie des comics n’a plus le monopole.
Ce renouveau et cette prospérité retrouvée amène l’ensemble de l’industrie des comics à faire preuve d’un grand optimisme en pensant à l’avenir. Méthode Coué ?

Tous à l’assaut de 2021 !

En attendant, cette dernière moitié, de la globalement assez sombre année 2020, a été une sacrée bouffée d’air frais pour le monde des comics. Il faut dire qu’au fil du temps l’industrie de la bande dessinée US a connu une multitude de crises : économique, créative ou avec la censure. Embarras dont elle a toujours su se relever, pour en sortir le plus souvent grandie. Est-elle encore en train de nous prouver qu’elle est décidément insubmersible ?

En dépit de quelques dommages collatéraux (suspension de projets, sorties annulées, licenciements...) qu’il serait malvenu de passer sous silence, pour la BD américaine l’année 2021 commence plutôt bien. En tout cas bien mieux que ce qui était attendu. Au-delà de la légitime amertume de certains acteurs, tous les espoirs sont permis pour une belle relance.

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?