Coup de Coeur pour "Célestin", le nouveau "Conte de la Pieuvre" signé Gess

28 avril 2021 0
  • Troisième "Conte de la Pieuvre" et nouvelle réussite pour ce récit qui peut se lire comme un one-shot. Incursion historique dans le Paris de l'hiver 1879,ce roman graphique social au cœur de la pègre de l'époque est un magnifique thriller fantastique.

Coup de Coeur pour "Célestin", le nouveau "Conte de la Pieuvre" signé GessGess s’était fait connaître des lecteurs avec Carmen McCallum mais a véritablement convaincu les amateurs chevronnés avec La Brigade chimérique. Depuis 2017, l’auteur poursuit le chemin entamé avec Serge Lehman avec Les Contes de la Pieuvre, un univers qu’il a imaginé dès 2010.

Gess
Photo DR

« Dès le début, j’avais une idée très claire de ce que je voulais écrire, nous expliquait récemment l’auteur. Ce qui m’intéressait dans le pari de la BD en ligne résidait dans l’absence de contrainte en ce qui concernait la pagination. Je pouvais développer ce qui m’intéressait, à mon propre rythme. [...] En le relisant, je me suis rendu compte qu’aucune page n’était superflue : tout sert à la narration. Je voulais réaliser un livre d’immersion, pour que le lecteur soit emporté, qu’il saisisse bien l’univers et les personnages. »

Prévu donc initialement pour le seul numérique, c’est finalement Delcourt qui publie en 2017 La Malédiction de Gustave Babel, un imposant pavé de près de deux cents pages qui met en scène un étonnant tueur polyglotte dans un Paris un peu fantasmé. Ce récit hors norme qui prend place entre 1890 et 1923, est sous-titré Un récit des Contes de la Pieuvre. Avec cet énigmatique intitulé, on comprend que Gess a d’emblée imaginé plusieurs récits autour de la Pieuvre, cette mafia parisienne qui recherche et utilise des talents particuliers.

Une dimension qui se confirme avec la sortie en 2019 d’un second Conte de la Pieuvre intitulé Le Destin de trouveur. Là où La Malédiction de Gustave Babel innovait déjà dans sa présentation, sa mise en scène et son adéquation de ton entre le fond et la forme, ce volume poursuit cette démarche, consacrant désormais Gess comme un auteur fondamental, que cela soit pour son écriture ou son graphisme. Il multiplie les points de vue psychologiques alors qu’il s’était surtout focalisé sur deux (voire trois) individus seulement dans Babel. Le tempo de ce récit est beaucoup plus rythmé, entraînant le lecteur dans un tourbillon d’événements et dans une lecture addictive. Enfin, Paris qui n’était qu’un personnage secondaire dans Babel passe ici au premier plan.

À la suite ce passionnant polar parisien, psychologique, fantastique et envoûtant, qui n’avait pas laissé non plus indifférent le jury de sélection du Festival d’Angoulême 2020, nous avions hâte que Gess poursuive son cheminement créatif avec un troisième volume. Et nous sommes plus que récompensé avec Célestin et le cœur de Vendrezanne paru il y a quelques jours.

Après des héros aussi marquants que Babel ou le Trouveur dans les précédents albums, on s’attendait à une montée en puissance avec le troisième personnage, mais d’emblée, l’auteur surprend en présentant Célestin, simple serveur qui ne cherche surtout pas à sortir du cadre. Bien sûr, l’intérêt croit lorsqu’on comprend que Célestin ne travaille pas n’importe dans n’importe quelle taverne de la capitale, mais bien au sein de la fameuse "Auberge de la Pieuvre", autour de laquelle on tourne concentriquement depuis deux volumes.

Célestin sort aussi de la norme, car ce commis si discret et serviable qu’il en est devenu presque invisible, dispose d’un pouvoir : celui de voir la vraie nature des personnes qui l’entourent, et en les regardant dans les yeux, il peut sonder leurs âmes. Mais son talent, le gentil Célestin a décidé de le cacher, afin de ne pas attirer l’attention de ses patrons, le quatuor qui dirige de mains de fer cette mafia parisienne qu’est la Pieuvre. Mais parfois, le destin s’impose. Devenu inopinément détenteur du secret du Passage Vendrezanne, c’est seul que le jeune homme va devoir affronter la Pieuvre...

Après Paris dans le T.2, L’Auberge de la Pieuvre prend la place centrale du troisième opus.


Grâce à la double-page ci-dessous, le lecteur comprend d’emblée le système de lecture instauré par l’auteur. Gess reprend des pistes initiées précédemment comme le fait de mêler plusieurs réalités dans le récit.

La question est de savoir s’il fallait avoir lu les précédents tomes pour profiter pleinement de celui-ci ? Une fois n’est pas coutume, nous répondons : "Non" ! Parce que le récit se suffit pleinement à lui-même (on s’étonne d’ailleurs d’avoir un arc narratif complémentaire en fin de volume) et parce qu’arrivé à la fin du récit, on s’est tant amusé à remettre ces nouveaux éléments dans un contexte global, que l’on peut agréablement se prendre à relire les premiers tomes pour ceux qui le désirent.

Le rôle de l’Auberge ainsi que le fil rouge que constitue le fameux Hypnotiseur qu’on retrouve dans tous les livres, ainsi que le quatuor de la Pieuvre, dont c’est le tour de l’Oeil d’être au centre de l’intrigue, après la Bouche dans le précédent opus, s’éclairent encore davantage.

Outre ces qualités, nous sommes surtout frappés par le jeu opéré par Gess pour affiner la frontière entre le réel et la fiction. Dans les introductions des chapitres qui structurent le récit à la manière des feuilletons de la fin du XIXe siècle, l’auteur mêle des citations réelles à celles de son cru. Elles lui permettent d’entrer directement dans le cœur de l’action dès l’entame du chapitre, tout en glissant des indices au lecteur.

Le tout est magnifié par un trait réaliste aux couleurs narratives plein de détails historiques mais qui laisse une grande place au fantastique.

Ajoutez à cela plein d’hommages glissés ça et là, enotamment à Tardi (voir ci-dessus), et vous obtiendrez une image nette de l’intelligence, de l’habilité et du talent de l’auteur. C’est avec ce type d’album que la bande dessinée progresse.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Célestin et le coeur de Vendrezanne - Par Gess - Éditions Delcourt.

Sur le même sujet, lire :
- Gess nous entraîne dans les méandres obscurs des Contes de la Pieuvre
- l’interview de Gess : « D’emblée, j’ai imaginé plusieurs récits autour des "Contes de la Pieuvre" »

Des Contes de la Pieuvre, acheter :
- La Malédiction de Gustave Babel sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Un Destin de Trouveur sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- Célestin et le coeur de Vendrezanne sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Du même auteur, lire :
- L’intégrale de Teddy Bear, la SF de Gess avant Carmen McCallum
- Carmen McCallum : les tomes 7 L’Appel de Baïkonour et 8 Dans le vide de Kirkwood
- L’Esprit du 11 janvier, une enquête mythologique - Par Serge Lehman & Gess – Delcourt
- L’Oeil de la nuit : tomes 1, 2 et 3

Visuels : Gess - Delcourt, 2021.

  Un commentaire ?