Romans Graphiques

Hmong - Par Vicky Lyfoung - Éd. Delcourt

Par Alexandre Delaitre le 14 avril 2023                      Lien  
Pour sa première bande dessinée publiée aux éditions Delcourt, Vicky Lyfoung nous embarque dans un récit haut en couleur à travers l’histoire de son peuple, les Hmong. Alimentant les mythes et légendes des montagnes de l’Asie du Sud, cette population immémoriale est désormais condamnée à vivre cachée pour assurer sa survie. Ce documentaire portant sur la famille de l’autrice honore brillamment leur mémoire.

Il y a fort à parier que les Hmongs constituent une découverte à la lecture de ces lignes. Le monde de la culture ne s’est intéressé qu’en de très rares occasions à cette ethnie d’Asie du Sud. Il a fallu attendre 2009 pour que ce peuple soit mis à l’honneur dans le cinéma américain avec le Gran Torino de Clint Eastwood. Quatorze ans plus tard, Vicky Lyfoung fait entrer les siens dans le neuvième art.

Hmong - Par Vicky Lyfoung - Éd. Delcourt
© Vicky Lyfoung, Delcourt

La primo-autrice délivre un récit autobiographique condensé ; celui d’une jeune femme incomprise par ses camarades de classe à l’évocation de ses origines, qu’elle-même ne comprenait pas en raison du silence de ses parents. En 2005, le reportage du journaliste Cyril Payen à propos des derniers survivants hmongs vivant reclus dans la jungle puis le décès brutal de son père en 2012 vont la pousser à en apprendre davantage.

Hmong retrace cette découverte d’elle-même et des secrets de famille enfouis, à laquelle l’histoire de ce « peuple libre » (signification du terme « Hmong ») est intimement liée. Pour ce faire, l’autrice a recours à une narration fluide et efficace. Celle-ci allie anecdotes personnelles comme la fuite de ses parents pour la France ; et évènements à la fois mythologiques et historiques, à l’image des alliances commerciales et militaires nouées avec la France puis les États-Unis qui les condamnent à l’exil pour fuir la répression.

© Vicky Lyfoung, Delcourt

Vicky Lefoung dresse un contraste saisissant entre la tragédie de ce récit et le trait super-deformed [1] qu’elle attribue à ses personnages. Le noir et blanc adopté tranche également avec la richesse des informations anthropologiques et historiques délivrées. Le mélange des genres autobiographiques et documentaires nous tient en haleine tout au long de ces 160 planches.

Plus qu’un simple exposé de la culture hmong, le ton très personnel de l’autrice nous plonge pleinement dans sa quête d’identité ; parfois même en se laissant aller à quelques remarques humoristiques pour dédramatiser les épreuves que son peuple a traversées. Le travail important accordé à la contextualisation nous permet de saisir complétement les enjeux liés à la question de cette population ; sans pour autant ressentir l’effet d’être noyé sous les nombreuses informations.

© Vicky Lyfoung, Delcourt

Cette première bande dessinée constitue une très belle découverte en provenance de la collection Encrages de Delcourt. La bande dessinée réussit sa mission principale de nous sensibiliser à l’histoire des Hmongs, forcés de vivre dans l’errance et l’oubli. Pour celles et ceux qui se sont laissés convaincre, Vicky Lyfoung continue sa tournée de dédicaces en France !

(par Alexandre Delaitre)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782413043676

Hmong - par Vicky Lyfoung - Editions Delcourt - collection Encrages - 160 pages - Format : 173x237mm - Date de parution : 08/02/2023 - prix : 16,50 euros

[1super-deformed style graphique dans lequel les personnages sont dessinés avec une tête plus grande que leur tronc.

Delcourt Bande dessinée du réel BD de reportage Autobiographie Documentaire
 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Hmong - Par Vicky Lyfoung - Éd. Delcourt
    15 avril 08:30, par Nuéedecoockies

    Le côté chibi est sympa, même si je ne suis pas convaincu que ça soit le style le plus approprié pour les passages de récit militaire réaliste et de drame. Après c’est peut être parce que je suis matrixé à ne voir du chibi que dans des parodies.

    Côté scénario, on est dans le tragique habituelle des minorités de la région ou même celles de l’ex empire russe avec les tcherkess mais avec quelques particularités liées au hmong. L’histoire des hmong en bd est très sympa quand on s’intéresse à l’histoire mais qu’on est pas particulièrement passionné par ce thème au point d’acheter un livre en premier lieu, on y rentrera plus facilement que dans un livre d’histoire classique, peut être même que ça peut allumer la flamme de l’intérêt d’en acheter un sur le thème (dans ce cas là je vous conseille d’acheter un livre sur la guerre froide si vous ne l’avez pas connue, sinon vous ne comprendrez pas la complexité de la raison de l’abandon et pourquoi la gauche est restée aveugle à ce problème).

    "Il y a fort à parier que les Hmongs constituent une découverte à la lecture de ces lignes."
    Vu qu’un officier de l’armée de terre a donné sa vie pour alerter du drame hmong et qu’avoir envoyé les hmong en guyane n’était pas la solution la plus ouf trouvée (même si au final ils ont été les premiers à arriver a donné de l’indépendance alimentaire au territoire), cette phrase ajoute au tragique.
    Son suicide n’a servi à rien, à part alimenter 2 faits divers dans la presse... et aujourd’hui quelqu’un redécouvre le drame des hmong mais plus d’une décennie plus tard et à travers une bd.

    Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Alexandre Delaitre  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD