Le Prix Mor Vran et le Prix SNCF Polar BD sont décernés à Cyril Lieron et Benoit Dahan pour le tome 1 de "L’Affaire du ticket scandaleux"

25 juin 2020 0 commentaire
  • Et de six ! "L’Affaire du ticket scandaleux" (Ankama), jubilatoire et spectaculaire tome 1 du diptyque "Dans la tête de Sherlock Holmes", vient à nouveau d’être récompensé en ce début d’été de deux nouveaux prix : le Prix Mor Vran du festival du Goéland Masqué (Penmac’h, Finistère) et le Prix SNCF du POLAR, branche BD, qui vient tout juste de tomber. Rappelons que pour ce dernier, la sélection était la même, pour la première fois, que celle du Fauve Polar SNCF. Premières réactions des deux lauréats, Benoit Dahan (dessin) et Cyril Lieron (scénario).
Le Prix Mor Vran et le Prix SNCF Polar BD sont décernés à Cyril Lieron et Benoit Dahan pour le tome 1 de "L'Affaire du ticket scandaleux"
Cyril Lieron

Tout d’abord : bravo ! Vous voici couronnés d’un double prix... Le tout dernier, et non des moindres, le Prix SNCF du Polar BD, est tout frais, puisque décerné ce jeudi. Quel est votre sentiment par rapport à ce prix, qui est issu d’un vote du public, rappelons-le...

Benoit Dahan : C’est une très grande satisfaction. Déjà car c’est un prix reconnu, mais encore plus du fait que c’est un grand panel de votants -le public au sens large- qui l’a décidé. Ça force notre reconnaissance et notre émotion !

Cyril Lieron : C’est avec beaucoup de gratitude que j’accueille ce prix. C’est un peu banal de dire ça, mais je tiens à remercier chaleureusement tous les votants, qu’ils nous aient choisi ou non. Avoir la reconnaissance d’un jury averti est évidemment une source de fierté, et ce serait mentir que de dire que je n’ai pas eu ma petite déception lors de la remise du Fauve Polar SNCF, à Angoulême. Mais, quand on publie un livre ou une BD, c’est bien évidemment pour qu’il soit lu par un maximum de personnes si cela est possible, et surtout peut-être, pour que les lecteur.ices passent un bon moment avec. Qu’en refermant le livre on se dise : « C’était vraiment sympa, original ou cool ». Et avoir, ce prix, décerné par le public, est une satisfaction particulièrement agréable !

La sélection était la même que celle du Fauve Polar (toujours SNCF), et c’est No direction de Moynot (Sarbacane) qui avait été couronné. Estimiez-vous avoir une chance de l’emporter, au regard de la (rude) concurrence ? Aviez-vous une crainte d’être trop de la branche à énigme et pas assez de celle du noir ?

BD : Le panel de « polars » est souvent très varié chaque année, donc tout était possible parmi les titres de cette année qui étaient tous qualitatifs. Si on pense au sens vraiment « Noir » du polar, effectivement on pourrait s’estimer moins adaptés, mais si on évoque le genre roman policier en général, difficile d’être plus emblématique que Sherlock Holmes ou Agatha Christie. D’ailleurs, il arrive parfois que certains titres sélectionnés tiennent plus, à mon humble avis, du thriller que du polar (lorsqu’il y a meurtre mais pas d’enquête, notamment), mais c’est juste une question de définition. Quoiqu’il en soit, cette variété est forcément une richesse.

CL : Nous savions que celui qui obtient le Fauve de cette sélection n’obtient pas obligatoirement le Prix polar SNCF du public. Sans penser que nous avions toutes nos chances face à cette concurrence, nous le souhaitions vraiment très fort ! Quant à mes craintes de ne pas être assez « noir », non. On ne fait pas une BD pour se mesurer aux autres ou pour obtenir un prix.

Benoit Dahan

Le Prix Mor Vran est décerné lui par un jury dans le cadre du festival du Goéland Masqué, plutôt de tendance noire / polar… Et vous succédez à Grammercy Park (Cailleaux et de Fombelle – Gallimard BD) Vous connaissiez ce festival ? D’ailleurs, Sherlock vous a-t-il ouvert les portes du petit monde du polar ? Si elles n’étaient pas déjà entrouvertes…

BD : Pour être honnête, non nous ne connaissions pas ce festival avant 2019. Pour les portes ouvertes ou entrouvertes, quelques festivals polars (pas exclusivement BD) nous ont contactés, effectivement. Malheureusement nous n’étions pas disponibles pour tous, il n’y a pas assez de weekends dans une année pour tout faire ! Et en ce moment, personnellement je limite très fortement les festivals jusqu’à la fin du travail sur le tome 2. Pour en revenir au prix Mor Vran, nous sommes ravis, c’est encore un grand honneur, très franchement. Cerise sur le gâteau, j’ai toujours été frustré d’avoir si peu dédicacé en Bretagne, région pour laquelle j’ai toujours eu une grande affection.

CL : En toutes sincérité, je ne connaissais pas ce festival. Mais ce sera avec grand plaisir que nous nous y rendrons, au moins pour la sortie du Tome 2. Quant à Sherlock, il m’ouvre non seulement les portes du polar, mais également de la publication en générale, puisque c’est ma première BD en tant qu’auteur.

Image inédite du second tome.

Vous sentez vous particulièrement à l’aise dans ce genre du polar ? Après Sherlock, avez vous des projets (communs ou pas) dans le genre ?

BD : Oui, ou tout au moins je me sens à l’aise dans les histoires d’enquêtes. J’ai l’impression d’y être immergé déjà depuis un bon moment, puisque ma série précédente, « Psycho Investigateur » avec Erwan Courbier, est déjà du polar, de l’enquête psychologique mais avec une bonne dose de fantastique. Plus sombre que Sherlock Holmes, d’ailleurs. Comme l’enquête et le mystère font partie des genres qui me plaisent le plus, il est tout à fait probable que mes prochains projets, même lointains, gardent encore au moins un pied dedans. Mais d’abord, la fin de ce diptyque, puis ensuite une autre affaire Dans la Tête de Sherlock Holmes sur laquelle nous réfléchissons déjà avec Cyril.

CL : Ce tome est particulièrement axé sur l’enquête, tout en ayant une intrigue qui s’avère inquiétante. Ce n’est pas un exercice facile. Mais nous ne nous sentions pas effrayés non plus. Benoit et moi sommes de vieux complices depuis le lycée, et nous savions que nous y mettrions tout notre cœur, comme nous l’aurions fait pour de l’aventure, du comique, du fantastique ou autre.
Après Sherlock, il y aura en effet une nouvelle enquête de Sherlock. Le tome 2 conclura l’affaire du ticket scandaleux. Le tome 3, que nous envisageons de faire un peu plus long, sera très probablement un one-shot, avec une histoire complètement différente, de nouveaux protagonistes, et toujours inédite.

Et pour finir, la traditionnelle question : à quand la suite de ce tome 1 ?

BD : Alors là, je laisse Cyril répondre, je vois à l’instant qu’il a tout dit à ce sujet !

CL : D’une part, le travail sur le dessin est absolument colossal pour Benoit. On ne réalise pas toujours très bien l’investissement que ça demande au dessinateur. Du fait que nous avons fait beaucoup de dédicaces en salons ou en librairies, nous avons pris du retard ; Mea culpa. D’autres part, la crise que nous n’avons pas totalement fini de traverser a bousculé le calendrier des sorties pour toute la profession. Mais si tout se passe bien, ce sera pour le premier trimestre 2021.

Propos recueillis par Frédéric Prilleux.

(par Fred PRILLEUX)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?