Newsletter ActuaBD

Les neuf vies de Will Eisner par Benjamin Herzberg [PODCAST]

  • Pour sa 10e biennale de la bande dessinée, Cherbourg honorait l’auteur-phare de la BD US et même mondiale dans une exposition qui s’est clôturée hier. Cela avait été une belle occasion d’admirer quantité d'originaux signés Eisner et de réaffirmer les liens entre le port normand et New-York. En clôture, le musée avait reçu pour une conférence celui qui avait été l'assistant du créateur du "Spirit" sur ses deux derniers ouvrages "Fagin le Juif", et "Le Complot", Benjamin Herzberg, venu spécialement de Washington pour la circonstance. Pour ceux qui n’ont pas pu y assister, nous avons concocté ce podcast que l’on peut écouter sur toutes les plateformes.

Pourquoi Will Eisner est-il un classique immuable ? Parce qu’il est l’homme qui, dans les années 1930, a mis le pied à l’étrier de quelques-uns des plus grands auteurs du comic-book, de son camarade de classe Bob Kane au « King » des comics Jack Kirby, à l’élégant et raffiné éditorialiste graphique Jules Feiffer, ou encore Joe Kubert  ? Parce qu’il créa dès 1940 l’un des premiers anti-super-héros, The Spirit et parce qu’il décida, contrairement à ses collègues, à ne jamais céder ses droits aux « Companies  » ? Parce qu’à l’âge où les créateurs partent en retraite, il cristallisa le concept de « roman graphique » et livra ses ultimes chefs d’œuvre ? Parce que ce grand pédagogue a eu une telle influence sur le métier que de son vivant, on créa un Eisner Award qui est la distinction la plus convoitée de la profession ?

Pour tout cela, oui. Mais aussi parce que c’est un dessinateur fabuleux et un incroyable narrateur.

Écoutez l’interview de Benjamin Herzberg [PODCAST]

Benjamin Herzberg est un spécialiste de la BD qui a été l’assistant de Will Eisner sur ses deux derniers ouvrages « Fagin le Juif », et « Le Complot ». Il a donné des conférences sur Eisner en France, à la Bibliothèque du Congrès Américain et dans des universités. Il a aidé à distribuer ses œuvres en France et contribué à des expositions internationales sur l’artiste américain. Il fait partie du comité d’organisation de la « Will Eisner Week », qui promeut les œuvres du celui qui a rendu populaire le romans graphique. La dernière exposition qu’il a produite, « Will’s War » a été organisée en partenariat avec l’Armée américaine. Elle e été la dernière grande exposition temporaire au Geppi Entertainment Museum, avant que la collection du Musée ne soit intégrée à la Bibliothèque du Congrès américain

Dans l’actualité, les éditions Delcourt publient la Trilogie du Rêveur, un roman graphique sur ses débuts de dessinateur de comics à l’époque des pionniers.

LES MEILLEURES BD DE WILL EISNER

Les neuf vies de Will Eisner par Benjamin Herzberg [PODCAST]  Monographie (catalogue de l’expo) : L’Esprit de Will Eisner (Ed. Toth)

-  The Spirit (Ed. Soleil)
-  La Trilogie du Bronx(Ed. Delcourt)
-  Itinéraire d’un rêveur (Ed. Delcourt)
-  Les Clés de la bande dessinée (Ed. Delcourt)
-  Fagin le juif (Ed. Delcourt)
-  Le Complot (Ed. Grasset)

Benjamin Herzberg à Cherbourg
Photos : Jean-Claude Kupermic

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Découvrir sur Spotify
- Découvrir sur Anchor
- Découvrir sur Breaker
- Découvrir sur Google Podcasts
- Découvrir sur Apple Podcasts
- Découvrir sur Pocket Casts
- Découvrir sur Radio Public

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Aux auditeurs attentifs : sous le coup de l’émotion microphonique, quelques erreurs se sont glissées dans mes descriptions de la carrière d’Eisner. Tout d’abord, j’ai mentionné en parlant trop vite à propos de Superman Simon & Schuster (l’éditeur bien connu) à la place bien évidemment de Siegel & Shuster (Joe Shuster and Jerry Siegel étant les deux auteurs créateurs de Superman). Par ailleurs, j’ai dit que la première convention où Eisner est invité, provoquant son retour à la BD, était en 74 à San Diego alors que c’était bien sûr en juin 1971 et à New York, où il fut invité par Phil Seuling. À ma décharge, j’avais un visuel de 1974 sous les yeux en parlant, ce qui a contribué à ce que je m’emmêle les pédales. Toutes autres bourdes pourront être signalée par l’auditeur compatissant.

    En ce qui concerne les repères biographiques, voici les dates qui correspondent à ce que je nomme "les 9 vies de Will Eisner" et qui pourront vous aider à suivre le podcast :

    1) 1917-1935 Travaux de jeunesse – Encrage et ancrage social
    2) 1936-1939 Père fondateur de l’industrie du comics avec l’atelier Eisner-Iger
    3) 1940 -1952 Le Spirit
    4) 1942-1971 Effort de guerre, Joe Dope, Army Motors, Firepower (42-45) et PS Monthly, pour l’Armée américaine (53-71)
    5) 1948-1971 BD éducatives et commerciales
    6) 1971-1977 Eisner underground et « Mad »
    7) 1974-1991 Professeur d’art séquentiel
    8) 1978-2001 Romans graphiques – réalisme social
    9) 2001-2005 Manifestes graphiques – acteur social

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD