Newsletter ActuaBD

Patrick Mardikian en passe de présider la Cité de la Bande Dessinée d’Angoulême

  • Dans le sillage de Patrick Bouty qui avait réussi à organiser une union de la gauche en Charente et devenu président du Conseil départemental, Patrick Mardikian, élu avec Hélène Gingast dans le canton d’Angoulême 1, a été nommé à la vice-présidence à la Culture, au Patrimoine et au Tourisme du Conseil départemental de la Charente. À ce titre, il lui échoit la présidence de la Cité de la BD d’Angoulême, une institution fondée par son père Jean Mardikian qui l’avait présidée pendant 30 ans.

Décidément, le nom de Mardikian laissera à jamais une trace indélébile sur l’histoire de la BD à Angoulême. Jean Mardikian était, avec Francis Groux et Claude Moliterni, l’un des trois fondateurs du Festival qui fête bientôt ses 50 ans.

Mais il était bien plus que cela. Il était le plus politique du trio et, dans une action continue en tant qu’élu de la ville, il est celui qui a mis en place les institutions angoumoisines de la bande dessinée qui tournent autour de la Cité de la BD. Il avait eu cette vision : faire d’Angoulême une cité de l’image avec des filières consacrées à la BD, à l’animation, au jeu vidéo, au cinéma… Il n’avait cependant pas réussi à marier le Festival avec ces institutions... Il nous avait raconté tout cela sur ActuaBD.. C’est aujourd’hui son fils Patrick qui s’assoit dans le fauteuil occupé jadis par son père.

Patrick Mardikian en passe de présider la Cité de la Bande Dessinée d'Angoulême
Patrick et Jean Mardikian, une lignée de passionnés de la BD
Photo : Laurent Melikian

« C’est avec humilité et en mesurant le poids du passé que j’endosse la responsabilité de la vice-présidence à la Culture, au Patrimoine et au Tourisme du Conseil départemental de la Charente, écrit Patrick Mardikian dans un communiqué. Terre de Marguerite d’Angoulême et de François 1er, initiateurs de la Renaissance ; terre de littérature avec Jean-Louis Guez de Balzac, François, duc de La Rochefoucauld ; terre d’hommes visionnaires et de culture avec Félix Gaillard, Jean Monnet ou bien encore François Mitterrand ; terre d’art et de festivals… Notre territoire est riche de son histoire, de son patrimoine et de sa culture. A nous de le porter et de le faire rayonner ! La tâche est immense et le Département a un rôle prépondérant à jouer dans la transmission et la valorisation de son identité. C’est un honneur que d’y travailler aux côtés de Philippe Bouty et de son équipe. Que le travail commence ! »

La culture, Patrick Mardikian connaît. Pas seulement parce que son père à été longtemps adjoint à la culture du Maire d’Angoulême et qu’il est « tombé dedans quand il était petit » mais parce qu’à titre personnel, il a été le fondateur des Gastronomades, un festival réputé de la gastronomie, et du Festival du Film d’Angoulême (avec Marie-France Brière et Dominique Besnehard), et l’organisateur de l’événement musical Piano en Valois.

Il avait aussi lancé l’action « Angoulême, la renaissance » avec quelques Grands Prix d’Angoulême, à une époque où les dérives de la gouvernance du FIBD étaient par trop manifestes. Cette connaissance du dossier devrait donner de la pertinence dans un territoire de la BD aujourd’hui apaisé entre une Cité de la BD très bien cornaquée par son directeur général Pierre Lungheretti et une association du Festival présidée par… Delphine Groux, la propre fille de l’autre fondateur du Festival, Francis Groux, qui a confié la gestion du FIBD à la société 9e Art+ de Franck Bondoux.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD