Purple Heart tome 1, Le Sauveur - par Warnauts & Raives - Le Lombard

9 janvier 2020 0 commentaire
  • Warnauts et Raives reviennent ici à leur passion pour le polar et le roman noir. Résultat : un album sombre et prenant… À lire et à écouter dans cette chronique.

Joshua [1] est revenu en vie de la guerre de 39-45. En vie, mais meurtri jusqu’à l’âme par ce qu’il y a vécu, et par la perte d’un ami tombé au champ d’honneur. En vie, et porteur d’une belle décoration violette, la même que celle accordée à titre posthume à son camarade. De retour aux États-Unis, dans un monde en pleine mutation qui voit les démesures architecturales se multiplier, il n’a pas repris ses études de droit et s’est fait détective privé pour un cabinet d’avocats. Ce premier volume, dans la filiation de Lou Cale nous montre donc une enquête de ce jeune privé, et nous entraîne pour une plongée dans des bas-fonds qui n’auront de cesse de prendre le héros et le lecteur par surprise.

Purple Heart tome 1, Le Sauveur - par Warnauts & Raives - Le Lombard

Pour Warnauts et Raives, les deux auteurs toujours en osmose, il s’agissait d’utiliser de manière frontale les codes de la fiction policière à l’américaine. Ainsi la voix off permet, tout au long de l’album, des raccourcis en comblant les vides du temps qui passe.

Ces codes donnent notamment à Raives et Warnauts l’occasion de nous parler de ce qu’était historiquement la place de la femme. Et si ces deux auteurs belges ont toujours aimé dessiner des femmes en les révélant dans la puissance du désir charnel, il est tout aussi vrai qu’ils nous présentent des femmes fortes, ambitieuses, souvent blessées par l’existence mais qui affrontent le présent avec beauté et puissance.

Il en va de même pour le racisme. Ils en parlent à travers le métissage, le mélange des cultures, autant d’éléments constitutifs de notre société contemporaine, ici capturés dans leur pleine création.

On se trouve donc face à un album digne des meilleurs films policiers des années cinquante. Les auteurs, un peu à la manière de Leo Malet, prennent plaisir à mêler plusieurs intrigues : un adultère, une affaire de gros sous, des tableaux volés aux Juifs pendant la guerre, et des nazis toujours actifs. Le tout avec, soulignons-le, une parfaite lisibilité !

Très littéraire dans sa construction, ce livre est également très cinématographique dans sa mise en scène. Il y a de nombreuses références au cinéma, avec une des héroïnes sosie de Marilyn Monroe, ou une affiche du Grand Sommeil par exemple. Les cadres également semblent tout droit sorti de ce fameux septième art, si habile à nous dévoiler les failles et horreurs de notre monde

Comme dans tous leurs albums, Warnauts et Raives réussissent à faire de la couleur un élément essentiel de la narration. De séquences en séquences, les pages se nimbent de teintes différentes, pour souligner un découpage en chapitre distincts.

Les décors ont toujours été importants dans les livres de nos deux acolytes, mais dans cette nouvelle série, avec l’accent mis sur l’environnement de la ville et ses démesures, ses ruelles et ses perspectives infinies, le décor, notamment les voitures, occupe une place encore plus primordiale. Les paysages urbains ou campagnards, les bolides rutilants, appartiennent incontestablement au récit, au lieu de simplement lui servir de support.

Warnauts et Raives, au fil des années, et en toute discrétion, se sont construit une œuvre magistrale, tant au niveau graphique que narratif. Lire leurs ouvrages, c’est toujours entamer un voyage dans lequel l’inattendu peut surgir de n’importe quelle case. Ils ont des constantes, la Belgique, le racisme, la guerre, mais ils parviennent à ne jamais être redondants. Et ils le prouvent une fois de plus avec cette nouvelle série qui plaira à tous les amateurs de bon polar à l’ancienne !

(par Jacques Schraûwen)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Purple Heat – 1. Le Sauveur - par Warnauts et Raives – Le Lombard - 64 pages – date de parution : septembre 2019

[1nom biblique signifiant « le sauveur »

  Un commentaire ?