"Spider-Man : Far From Home" : le tisseur, nouveau roi de l’univers... et d’Hollywood !

12 juillet 2019 6 commentaires
  • Iron Man est mort. L'Avenger doré laisse derrière lui un héritage lourd. Qui pourra prendre sa place en tant que plus grand héros de la Terre ? Le choix de Tony Stark s'était porté sur son talentueux protégé, Peter Parker alias Spider-Man. Mais l'homme-araignée, ne s'estimant pas à la hauteur de son mentor, semble ne pas vouloir de cette responsabilité...

En deuil de Tony Stark, Peter Parker décide de prendre quelques jours avec ses camarades lors d’un voyage scolaire en Europe. Malheureusement pour lui, ses vacances vont être "hackées" par Nick Fury, le plus grand espion du monde. Spidey va alors rencontrer Mysterio, un nouveau super-héros qui lui semble plus indiqué pour succéder à Iron Man. Mais les apparences sont parfois trompeuses...

Après Captain America : Civil War, Spider-Man : Homecoming, Avengers : Infinity War et Avengers : Endgame, Marvel Studios poursuit sa réinterprétation moderne du mythe de l’homme-araignée. Opérant une déconstruction de l’univers du personnage : exit Manhattan, le Daily Bugle, Oscorp, les Osborn et l’entourage classique du tisseur. Mais même dépourvu de tout cela, Spider-Man reste Spider-Man, et Marvel Studios réussit avec brio à moderniser le personnage, là ou le reboot précédent avait échoué.

"Spider-Man : Far From Home" : le tisseur, nouveau roi de l'univers... et d'Hollywood !
L’héritage de Iron Man pèse sur Peter.
© Sony Pictures Entertainment

Spider-Man : Far From Home est un film jouant sur les faux-semblants, les apparences, la manipulation de l’information et les Fake News, et ce jusqu’à la fin de son générique. Des thématiques qui font de ce long-métrage un film dans l’air du temps.

Il faut dire qu’avec un super-vilain comme Mysterio, il était difficile de ne pas aborder ces thèmes, et encore une fois Marvel Studios propose une réinvention réussie de ses personnages. Les pouvoirs du vilain sont très bien traduits et offrent notamment une superbe séquence toute droite sortie des comic-books. Bien évidemment, l’une des caractéristiques de Mysterio est qu’il est une allégorie du cinéma lui-même et cela, le film ne l’a pas oublié, notamment grâce à une scène de "making-of" plutôt réussie. Même réussite en ce qui concerne le "vrai" costume du super-vilain.

Une brillante réinterprétation du personnage qui reste (heureusement) fidèle à son design original à tête d’aquarium.
© Sony Pictures Entertainment

Après des années présentant des vilains sans grand intérêt, le studio hollywoodien semble enfin avoir trouvé sa voie avec des personnages comme Thanos, Killmonger ou encore Vulture. L’excellent interprète de Mysterio, Jake Gyllenhaal, livre cependant une performance honnête mais jamais transcendante. Le reste du casting s’en sort relativement bien, en particulier Samuel L. Jackson qui s’amuse toujours autant à incarner Nick Fury et bien sûr Tom Holland qui excelle dans le rôle du tisseur.

Derrière la caméra, Jon Watts s’est considérablement amélioré depuis Spider-Man : Homecoming, surtout dans les séquences d’action qui sont ici spectaculaires et qui diffèrent de ce que l’on a pu voir jusque-là dans le Marvel Cinematic Universe - MCU. On pourrait cependant reprocher quelques effets spéciaux vraiment ratés et une bande originale quasiment inexistante.

Samuel L. Jackson, 70 ans, toujours fidèle au poste.
© Sony Pictures Entertainment

Les studios Disney poursuivent ici l’entreprise de déconstruction amorcée depuis 2016 : cette fois, notre héros n’est même plus à New York, mais à Venise, Prague, et Londres... Des nouveaux décors offrant des perspectives intéressantes pour faire évoluer le personnage, en particulier dans la Sérénissime. Mais au fur et mesure du film, les éléments classiques du personnage sont de retour, nous renvoyant parfois même à la trilogie de Sam Raimi ! Après la déconstruction, place à la reconstruction du mythe de Spider-Man, même s’il faut attendre le troisième opus -toujours pas annoncé- pour vérifier cela.

Spider-Man : Far From Home est un très bon divertissement, dans les clous de tout ce qu’a fait Marvel jusqu’ici. Le film est autant un bon épilogue à Avengers : Endgame qu’une rampe de lancement au futur du MCU. Le plan de Marvel Studios concernant tête de toile apparaît enfin plus clair. La relève de Iron Man est assurée.

Iron Man est mort, vive Spider-Man !

PS : À noter que pour la première fois depuis longtemps, les deux scènes post-génériques sont vraiment utiles et importantes pour la suite.

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Spider-Man : Far From Home – Réalisé par Jon Watts – Écrit par Chris McKenna et Erik Sommers - Avec Tom Holland, Jake Gyllenhaal, Samuel L. Jackson, Zendaya, Jacob Batalon, Cobie Smulders, Jon Favreau et Marisa Tomei - Musique de Michael Giacchino – 129 minutes - Sortie le 3 juillet 2019.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Relecture
    entre la deuxième et troisième photo.
    « Spider-Man : Homecoming, surtout dans les séquences d’action qui sont ici spectaculaires et qui manque un mot ici différent de ce que l’on a pu voir jusque-là »

    A la toute fin « La plan de Marvel Studios concernant tête de toile » Le plan bien-sûr

    Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent SAVI le 12 juillet à  17:41 :

      Il ne manquait pas de mot, il s’agit du verbe "différer" que l’on pourrait remplacer par "se distinguer" ou "se différencier". J’admets cependant que j’avais inversé les accents, mea culpa.

      C’était bien "Le plan" et non pas "La plan", on ne peut décidément rien vous cacher !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Colonnier le 12 juillet à  17:59 :

        L’accent change tout...

        Répondre à ce message

        • Répondu par MD le 12 juillet à  18:07 :

          Les producteurs ont de grandes ambitions pour ce filmhttp://www.comicsblog.fr/35430-Sony_serait_pret_e_rompre_son_accord_avec_Marvel_si_SpiderMan__Far_From_Home_nengrangeait_pas_un_milliard_de_recettes

          Répondre à ce message

          • Répondu par Vincent SAVI le 12 juillet à  18:21 :

            Atteindre le milliard à Hollywood (surtout pour les productions Disney) ce n’est plus vraiment un exploit.

            Je pense que Marvel Studios a de grandes ambitions pour le personnage, mais le fait que les droits appartiennent encore à Sony rendent les choses plus compliqués.

            Répondre à ce message

            • Répondu par MD le 12 juillet à  20:17 :

              Oui, Marvel a vendu les droits quand elle avait cruellement besoin de cash, à deux doigts de la banqueroute, vers 2000. Idem pour Hulk à Vivendi, les X-Men à la Fox, mais aussi le Blade de Tomb of Dracula et les Fantastic Four. A l’époque, pas de Marvel Studios ! Maintenant que la situation s’est arrangée, Marvel est tentée d’offrir un univers Marvel cinématographique en phase avec tous les persos de ses comics.

              Répondre à ce message