Angoulême 2020 : Prix « Couilles au cul » pour Nime et Prix Schlingo pour « Le Dictateur » de Caloucalou et Fabien Toulmé

2 février 2020 0 commentaire
  • Chaque année, le OFF of OFF, le festival off de la BD d’Angoulême, décerne successivement le Prix « Couilles au cul » qui distingue le courage d’un auteur de bande dessinée, de dessin de presse et d’humour et le Prix Charlie Schlingo qui récompense un album décalé et irrévérencieux. C’est le dessinateur algérien Nime qui est distingué cette année et l’album « Cher Dictateur » de Caloucalou et Fabien Toulmé (Fluide Glacial) Prix Schlingo 2020.

Le Off of Off cultive l’irrévérence à Angoulême face à un Festival International de la BD protégé par les CRS. Pour preuve, les distinctions qu’elle remet chaque année : le Prix « Couilles au cul » du courage artistique et le Prix Schlingo.

Le premier, lancé par Yann Lindingre et ActuaBD il y a cinq ans, avec son intitulé volontairement trivial et provocant, distingue un artiste à la fois talentueux et courageux, qui doit se battre pour continuer de publier. En recevant ce prix, le lauréat qui subit des menaces dans son pays s’assure des soutiens par le monde et s’ouvre des opportunités professionnelles, notamment à Angoulême.

Angoulême 2020 : Prix « Couilles au cul » pour Nime et Prix Schlingo pour « Le Dictateur » de Caloucalou et Fabien Toulmé
Le dessinateur Nime, Prix "Couilles au cul" du courage artistique 2020.

Né en Algérie à Oran en 1985, Nime est graphiste, illustrateur, caricaturiste et auteur de bande dessinée. En 2009, il avait été accueilli en résidence à la Maison des auteurs d’Angoulême pour y développer le projet "Anecdotes", dans lequel il mettait en scène la société algérienne et le quotidien d’un jeune dessinateur algérien. Depuis 2013, il gère sa propre agence de communication, spécialisée dans la création graphique et l’art dédié à la publicité, tout en continuant à travailler sur ses projets personnels tels que sa bande dessinée de laquelle nous pouvons trouver des extraits sur son blog "Dans ma bulle", ou encore l’autoédition de bandes dessinées.

Alors qu’on commémore cette année les cinq ans de l’assassinat de la rédaction de Charlie Hebdo, l’Algérie, en pleine campagne électorale, avait condamné le dessinateur de BD Nime à un an de prison avec sursis, dont trois mois ferme, pour le dessin que l’on voit ci-contre.

JPEGArrêté le 26 novembre 2019 dans son agence publicitaire, tout son matériel informatique ainsi que celui de ses collègues a été confisqué. Nime a été inculpé pour « offense au président de la République », « outrage à fonctionnaire de l’État » et « distribution de documents de nature à nuire à l’intérêt national ». Il vient d’être libéré et, n’ayant toujours pas reçu en retour son matériel informatique et ses disques durs où se trouvent tous ses ouvrages, il vient chercher son prix à Angoulême en espérant trouver des éditeurs pour ses projets de bande dessinée.

Nime a reçu une paire de coucougnettes bien poilues, œuvre d’un artiste d’art contemporain angoumoisin et un petit bijou dont nous vous reparlerons bientôt.

Charlie Schlingo vu par Florence Cestac
© Florence Cestac

Révérence pour l’irrévérence

Le prix Charlie Schlingo, comme le Off, offre le contrepied à une festival au palmarès éthéré et convenable du FIBD. C’est la récompense suprême des gros nez, du rouge qui tache, des infréquentables. Sa marraine (par ailleurs aussi celle de BD2020), venue spécialement pour le remettre, est la dessinatrice Florence Cestac, experte en appendices nasaux démesurés.

Elle a remis le prix à l’album Cher Dictateur de Caloucalou et Fabien Toulmé (Fluide Glacial). Voici ce qu’en disait Vincent Savi dans nos pages : « Les éditions Fluide Glacial nous proposent de découvrir un charmant petit pays, le Zaboulistan. Peuplé de 5 750 867 habitants dont la devise est : "bonté et bêtises", ce pays vit sous le joug d’un dictateur terrible, mais la révolution gronde...  »

Spirituel, quelquefois outrancier, cet album est un merveilleux moment de rigolade aux accents terriblement contemporains. En bref, un album infréquentable hautement recommandable. Les auteurs ont reçu un diplôme signé Cestac ainsi que six bouteilles de la « Cuvée Schlingo » afin qu’ils puissent continuer à rester drôles.

Fabien Toulmé et Caloucalou, lauréats du Prix Schlingo 2020

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?