Après cinq ans d’attente, Patrice Pellerin revient avec un nouvel "Épervier"

24 décembre 2020 5
  • Le dixième opus d'une des plus belles sagas maritimes actuelles aura su se faire attendre, mais une fois de plus, Pellerin éblouit par ses minutieuses reconstitutions et ses rebondissements qui nous charment et nous retiennent en haleine.

Le premier tome du second cycle de Yann de Kermeur sortait en 2009 avec une mission confiée par le roi lui-même à celui qui est, entretemps, devenu l’un de ses corsaires : rejoindre le Canada pour continuer la mission d’un agent secret et... Et l’on n’en sait pas plus ! Car sa mission est si secrète que l’Épervier comme le lecteur ne l’apprendront qu’en chemin. Pellerin ne savait pas d’ailleurs lui-même vraiment tous les détails de cette mystérieuse tâche...

S’ensuit une série de rebondissements qui se portent sur trois fronts : des complots à Paris autour du roi et fomentés par une mystérieuse conjuration dirigée par un sadique homme en noir ; les déboires de la belle Agnès mariée de force à un marquis qui n’en veut qu’à sa vertu mais surtout à son argent ; sans oublier bien entendu l’Épervier qui a bien du mal à éviter les pièges qu’on lui tend, qu’ils proviennent des comploteurs, des Anglais ou d’autres sordides personnages rencontrés au cours du voyage.

Après cinq ans d'attente, Patrice Pellerin revient avec un nouvel "Épervier"

C’est d’ailleurs sous l’emprise d’un coup de sang que nous avions laissé notre capitaine à la fin du tome 9, tirant au boulet sur la ville française de Louisbourg, ville portuaire qui protège l’embouchure du St-Laurent, car ses propres hommes y étaient retenus contre leur gré.

Ce cliffhanger nous avait tenu en haleine pendant cinq ans, et il trouve comme il se doit son dénouement dès les premières pages de ce dixième opus. C’est d’ailleurs l’une des grandes qualités de la narration de Patrice Pellerin que de proposer des rebondissements qu’on n’attendait pas, mêlé à d’autres que l’on voyait venir depuis plus huit ans (soit deux tomes), comme le fait de découvrir que la belle princesse amérindienne Mali parle parfaitement le français. Le jeu de séduction entre Yann et elle peut maintenant débuter...

Une version N&B est également parue

Il a fallu donc être patient pour profiter du quatrième opus de ce nouveau cycle, mais l’attente en valait la peine. Cet épisode réserve en effet bien des retournements de situations, certains annoncés depuis la fin du tome précédent, tandis que d’autres, annoncés depuis belle lurette, arrivent enfin. Saluons d’ailleurs l’effort de l’auteur qui mène son récit simultanément sur les trois lieux à la fois, ce qui permet de maintenir une très grande dynamique.

Dans cette nouveauté, ce sont la France et les complots ade la cour qui volent presque la vedette à l’Épervier. Ces révélations sont passionnantes. On ne peut d’ailleurs que conseiller au lecteur de relire au minimum les tomes 7, 8 et 9 de la série s’il veut profiter pleinement de cette nouveauté.

Mais pourquoi un tel délai entre deux tomes ? En perfectionniste, Patrice Pellerin s’occupe non seulement du scénario et du dessin de ses albums, mais aussi des couleurs. Bateaux, bastions avancés, villes et palais se situent à leurs exacts emplacements, avec une reconstitution documentée de l’architecture de l’époque qui jusqu’à vérifier leur orientation pour s’assurer que le soleil éclaire bien telle élément de la structure à une telle heure. Nous ne sommes pas seulement face à une aventure passionnante mais aussi face un véritable documentaire sur la période.

Mais à force de s’intéresser aux constructions et aux bateaux, Pellerin délaisse parfois le dessin de ses héros. Ainsi, les faces imberbes ont tendance à tendre vers une certaine androgynie, au point que s’il n’y avait la cicatrice de Yann, on pourrait parfois confondre son visage avec celui d’Agnès. Mais il en faut plus pour prendre en défaut l’expérimenté Pellerin qui joue précisément avec cet élément pour déguiser son héroïne en jeune homme et proposer de nouveaux rebondissements. Quel diable d’auteur !

Extrait de la version noire et blanche

Ce dixième tome reste donc non seulement l’un des meilleurs du cycle et surtout un excellent album de bande dessinée dans l’absolu. En plus des différentes révélations (et oui, on apprend enfin pourquoi Yann devait venir au Canada), ce volume s’ahève sur nouveau cliffhanger... qui va encore nous faire tenir en haleine, on l’imagine, pendant quelques années. Qu’importe ! Car l’on sait maintenant que ce cycle comptera encore deux tomes, et que comme dans la première grande aventure du trésor de Tlaloc, le plus important n’est pas la destination, mais bien le voyage !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

L’Epervier, T.10 : La Princesse indienne - Par Patrice Pellerin - Quadrants

Acheter sur :
- la version classique de cet album sur BD Fugue, FNAC, Amazon.
- la version limitée noire et blanche de cet album sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

Concernant l’Epervier sur ActuaBD, lire :
- Un focus sur le travail de Patrice Pellerin et son cycle canadien dans le TT du T.9
- La naissance de l’Epervier dans l’intégrale de Barbe-Rouge consacrée aux récits de Pellerin
- L’Épervier, sommet de la bande dessinée historique
- L’Epervier en tournage et « L’Épervier » hisse sa voile sur France Télévisions
- Les chronique des tomes 7, 8 et 9
- notre interview de Patrice Pellerin : « Je dessine toujours pour une seule personne ! »
- Un magazine pour l’Épervier et L’Epervier et Patrice Pellerin sont au rendez-vous !

Toutes les illustrations sont : © Editions Soleil, 2020 – Pellerin.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Patrice PELLERIN est un des plus grands auteurs de BD actuelle. Son travail est presque unique dans la bd comptemporaine.
    A quand une reconnaissance plus marquée de ses pairs ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 1er février à  09:07 :

      Jamais, ça n’est plus du tout à la mode. Et il n’y a plus que la mode qui compte.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 février à  21:35 :

        La reconnaissance de ses pairs, il l’a. Ce qui lui manque, c’est la reconnaissance des medias. C’est vrai que les séries BD ne sont plus à la mode. Alors que les séries télé cartonnent.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 3 février à  08:32 :

          Faux, il n’a absolument pas la reconnaissance de ses pairs. Et pour les séries, vous avez entièrement raison, elles sont décriées, alors qu’elles marchent très forts en mangas, c’est le principe, et même en roman graphique, le succès de l’Arabe du Futur devrait ouvrir les yeux des éditeurs qui ne parient plus que sur des one-shots, jusqu’à ce qu’elles redeviennent à la mode.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 15 février à  16:38 :

            Pour ma part, je ne connais personne dans le milieu des dessinateurs qui n’admire ni ne respecte le travail de Pellerin. Y compris chez des dessinateurs plus « branchés » que lui. Pour rencontrer enfin la reconnaissance méritée, les médias et les prix, il devrait probablement délaisser un temps son personnage et faire un one-shot que son éditeur devrait fortement défendre. Ça pourrait marcher. Ou pas. Peut-être est-il il tout simplement trop classique.

            Répondre à ce message