Bunker - T2 : Point Zéro - Par Bec, Betbeder & Genzianella - Dupuis

19 mars 2008 0 commentaire
  • Dans {Point Zéro}, deuxième album de la série {Bunker}, Christophe bec passe la main à Nicolas Genzianella pour le dessin, mais reste aux commandes du scénario avec son acolyte Stéphane Betbeder. Des changements qui ne nuisent en rien à la qualité de cette suite.

Le pétrole est une denrée rare, surtout pour une nation en guerre. Pour faire face à la menace Ieretik, le Velikiistok se doit donc de s’en assurer un approvisionnement régulier. Les Territoires du Sud du jeune prince Aberrahman Derleth Al-Hazin, allié douteux du Velikiistok, regorgent de cette or noir. Aleksi Stassik, le jeune soldat affecté sur la Demarkacia dans le premier tome, y est envoyé avec son contingent pour assurer la sécurité d’une mission diplomatique, envoyée sur place pour maintenir les livraisons de brut au Velikiistok. Des négociations houleuses et dont les résultats présagent d’un futur incertain…

Bunker - T2 : Point Zéro - Par Bec, Betbeder & Genzianella - Dupuis

Après nous avoir entraîné dans les hauteurs enneigées et infinies de la Demarkacia dans Les Frontières Interdites, Christophe Bec, accompagné au scénario par Stéphane Betbeder, nous perd avec Point Zéro dans les plaines désertiques des Terres du Sud. Mais où que l’on se situe géographiquement, les deux scénaristes sont parvenus à nous faire éprouver les mêmes sensations oppressantes d’espaces particulièrement inhospitaliers pour l’homme.

En axant aussi son histoire sur des problèmes très actuels, comme la dépendance de l’homme au pétrole ou la guerre sainte dans laquelle se lance les Territoires du Sud contre le Velikiistok. Bec et Betbeder nous font pénétrer un peu plus encore dans l’écheveau de leur récit. Ils y distillent aussi quelques éléments de réponse sur le personnage mystérieux et central de Stassik, sans pour autant trop en révéler et laisser au lecteur une profonde envie d’en savoir plus.

Même si, pris par d’autres projets, Christophe Bec a préféré ne plus s’occuper de la partie graphique de Bunker et de passer la main a Nicola Genzianella, cet album tient le niveau. Le trait de crayon du dessinateur italien s’avère en parfaite continuité avec le trait ultra-réaliste de Bec.

Bunker se signalait comme une des séries les plus prometteuses lancées en 2007. Promesse tenue avec Point Zéro. Vivement la suite…

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?