Interviews

Dorison, Bec, Betbeder, Crosa : La BD franco-belge contre les mangas ?

Par Arnaud Claes (L’Agence BD) le 21 février 2007                      Lien  
Réunis par les Humanoïdes Associés à l'occasion du Festival d'Angoulême, les auteurs de {Sanctuaire} et de son adaptation manga {Sanctuaire Reminded} (collection Shogun) se sont prêtés pour ActuaBD au jeu de l'interview croisée.

C’est Guillaume Dorison qui a eu l’idée d’adapter Sanctuaire en format manga et vous en a parlé, Xavier, quelle a été votre réaction au premier abord ?

Xavier Dorison : Honnêtement, sur le moment je me suis un peu demandé comment, pourquoi… ? Je connais assez mal le manga. Et puis, je me suis demandé : qu’est-ce que Sanctuaire va y gagner ? Ça me fait très plaisir qu’on ait fait une BD qui génère d’autres choses, tant que ces choses sont bien. Donc je me suis demandé comment on pourrait faire quelque chose de bien, et puis, après un peu de réflexion, on a trouvé la solution qui a conduit à Sanctuaire Reminded.

Dans les bonus de l’album, on peut lire que Christophe, vous n’étiez pas emballé à l’origine, qu’est-ce qui vous a convaincu ?

Christophe Bec : On m’avait présenté le projet de manière floue : il y allait y avoir un manga, et ça pourrait être des dessinateurs japonais. Moi, dans le manga, il y a des choses que j’adore, et aussi des trucs qui me tombent des mains. Donc j’ai dit : oui, peut-être, mais je veux savoir qui le fait ! Si c’est le dessinateur de Zipang, c’est oui tout de suite ; si c’est un dessinateur qui nous fait des gueules grimaçantes toutes les cases, c’est non ! Après, c’est devenu plus précis : ce serait un dessinateur européen, Riccardo Crosa, on a vu des pages d’essai, et là j’ai dit oui.

Dorison, Bec, Betbeder, Crosa : La BD franco-belge contre les mangas ?
Version Sanctuaire...
(c) X. Dorison, C. Bec - Les Humanoïdes Associés

Ensuite, c’est vous qui avez pensé à Stéphane Betbeder pour le scénario.

CB : Moi, bêtement, je pensais que c’était Xavier qui allait le faire…

XD : C’était très bête !

CB : Xavier qui est un peu surbooké. Le projet partait sur 3000 pages. On a cherché un scénariste, et c’est vrai que j’ai un peu orienté vers Stéphane que je connaissais. Et surtout il appréciait la série… Et puis, je ne voulais pas une adaptation bête et méchante, il fallait un scénariste qui apporte un truc en plus.

Même question, Stéphane : au départ vous n’étiez pas chaud pour embarquer sur ce projet, qu’est-ce qui vous a convaincu de le faire ?

Stéphane Betbeder : Beaucoup d’argent ! J’ai un contrat énorme ! (rires) Blague à part : Le challenge : la tête dans le guidon, donner le meilleur de soi au moment où j’écris. La manière de travailler sur ce type de projet est différente que la BD franco-belge où je me pose beaucoup de questions, où je pèse chaque mot.
Avec Sanctuaire Reminded, j’essaye de donner le meilleur avec 30 pages par mois. C’est très excitant. Et c’est très formateur aussi pour le travail sur le rythme : j’en tire un bénéfice dans mon travail pour la BD franco-belge.

...version Sanctuaire Reminded
(c) S. Betbeder, R. Crosa - Les Humanoïdes Associés

C’était un changement pour vous aussi, Riccardo : vous aviez l’habitude de travailler plutôt sur de la BD d’humour…

Riccardo Crosa : Pas seulement, je fais beaucoup de choses en Italie : des bandes dessinées humoristiques, mais aussi des choses plus réalistes. Par contre, je n’avais jamais fait de manga. Je n’en lis pas beaucoup. En Italie, le manga est arrivé avec Otomo, et ce n’est pas seulement un bon dessinateur, mais aussi un bon "metteur en scène de la page". J’adore les bandes dessinées et les films, et j’essaie toujours de mêler les deux. J’aime la fluidité dans la construction des planches des mangas.

Qu’est-ce que ce projet vous a apporté ?

RC : Je n’avais jamais utilisé de trames auparavant. J’ai dû apprendre à le faire. Sinon, mon style est assez différent de ma production habituelle : j’observe beaucoup Otomo et d’autres dessinateurs pour adapter mon style sur ce projet, car j’aime surtout la bande dessinée et les comics. Du manga, j’apprécie la construction et le rythme.

Pensez-vous que ce type de travail est un moyen de jeter des ponts entre deux lectorats ?

XD : Ce serait pas mal ! Je serais content que des lecteurs de BD franco-belge se disent : tiens, j’aime bien Sanctuaire, je vais regarder ce qu’ils ont fait en manga, et que pourquoi pas, un jour, des gens qui ont aimé le manga regardent la BD d’origine. Ça permettrait de créer des passerelles.

Sanctuaire Reminded : descente vers le machélodon
(c) S. Betbeder, R. Crosa - Les Humanoïdes Associés

On parle beaucoup de crise de la bande dessinée, de la montée en puissance des mangas et de l’impact que ça va avoir sur la BD franco-belge, comment est-ce que vous voyez l’avenir ? Est-il pour vous au métissage ?

XD : Le manga a des armes très puissantes par rapport à la bande dessinée franco-belge. Variété de thèmes, grande place pour la narration, périodicité…
Aujourd’hui, la grande arme qui reste à la BD franco-belge, c’est la couleur, naturellement, et avant tout une qualité graphique. La question étant : est-ce qu’aujourd’hui, une grande partie du public est capable d’apprécier cette qualité graphique, ou est-ce qu’il se contente – et ce n’est pas péjoratif – d’une qualité iconique ? C’est-à-dire : est-ce qu’il aime ce qu’on lui raconte, mais est-ce qu’il s’intéresse aussi à la qualité formelle de ce qu’on lui raconte ? Tout, aujourd’hui, dans la société, nous montre que la qualité formelle est de moins en moins appréciée : la qualité conceptuelle est la seule à être valorisée. Donc de ce point de vue-là, j’aurais tendance à dire que le manga va continuer à prendre des parts de marché… Et que nous sommes peut-être la dernière génération à avoir pu faire de la BD franco-belge comme on aimait la faire !

CB : C’est vrai que beaucoup d’auteurs s’interrogent là-dessus, évidemment. C’est au cœur des discussions… Les avis sont très partagés : pour certains, il faut s’adapter au format du manga ; d’autres, et je les rejoindrais plutôt, pensent qu’il faut aller encore plus dans la spécificité de la BD franco-belge, c’est-à-dire aller vraiment vers des objets de luxe et dans une exigence encore plus forte. Finalement, peut-être que le manga, c’est de la série télé, et nous on est là pour faire du grand cinéma. Mais, à mon avis, on va se casser la gueule à aller sur leur terrain, : personne ne fera jamais mieux du manga que ces grands studios avec des gars qui ont 40 ans de métier, comme par exemple Otomo, qui chapeautent ça. On ne pourra pas lutter. Après, il peut y avoir des choses hybrides très intéressantes, mais moi… ça fait 15 ans que je fais de la bande dessinée, je ne me vois pas tout d’un coup faire du manga parce que j’estime que c’est à la mode. A la limite, je vais préférer faire des choses encore plus spécifiques, justement, que le manga ne peut pas faire… Il faut aussi réfléchir à d’autres formats d’albums, à des paginations différentes, peut-être faire des collections et non plus des séries… Je sais qu’il y a pas mal d’auteurs qui commencent à prendre un peu le pouvoir dans les maisons d’édition, qui proposent des solutions aux éditeurs, parce que les éditeurs sont un peu perdus, ils ne savent pas ce qui va arriver. Quand on discute avec eux, ils disent : on n’en sait rien.

Christophe Bec, Xavier Dorison, Stéphane Betbeder, Riccardo Crosa
Photo A. Claes

C’est un sujet assez brûlant, puisqu’on vient d’apprendre que Morvan et Munuera ne feraient pas le prochain Spirou. Morvan essayait de donner à la série une orientation manga…

XD : Les ventes ne sont pas la mesure de tout ! On ne fait pas ce métier-là en se disant le matin : bon, alors, j’ai bien relevé mon panel Secodip, donc en fonction de ça, je vais choisir mes sujets ! Ça ne marche pas comme ça… Aujourd’hui, Spirou, ce n’est pas un manga, c’est une série franco-belge ; il faut qu’on la fasse de mieux en mieux, et point à la ligne ! Si vous êtes joueur de jazz, et qu’on vous dit maintenant c’est le rock qui marche, vous allez pas faire du rock pour autant ! Vous vendrez un peu moins de disques, il y aura un peu moins de gens aux concerts, mais on fait d’abord ce métier parce qu’on l’aime ! Pendant 40 ans, Spirou n’a pas été un manga, je ne vois pas pourquoi ça le deviendrait demain. Ce qui n’exclut pas que Spirou devienne totalement un manga.... Mais dans une autre version !

SB : Une anecdote : hier soir je discutais avec Riccardo et Javier Rodriguez, le dessinateur de Lolita HR, et ils disaient : "Mais comment ils font, les dessinateurs en franco-belge, ils font 3 à 4 planches par mois... Qu’est-ce qu’ils font le reste du temps ?!"… Plus sérieusement, on ne peut pas en rester à la série classique avec un tome qui sort une fois par an, il faut vraiment trouver d’autres formes...

Xavier, Christophe, est-ce que vous vous voyez malgré tout travailler un jour sur un format manga ?

XD : Avant Sanctuaire Reminded j’aurais dit non, mais maintenant je dirais oui !

CB : Il faut surtout trouver le scénario, mais 30, 40 planches par mois… Moi j’ai du mal à en faire une seule, donc je vais pas en faire 30 ! (rires)

Et s’il y avait un manga que vous aimeriez adapter en BD franco-belge...?

RC : Je ne sais pas, il faudrait que j’y réfléchisse… Il est beaucoup plus difficile de faire un film à partir d’une série télé que l’inverse. Il y a beaucoup de choses qu’on peut faire dans une série qu’il est impossible de faire à l’intérieur d’un film. A chaque fois qu’on essaie d’adapter une série télé au cinéma, on échoue. X-FilesStar Trek… Je pense que ça fonctionne dans un sens, moins bien dans l’autre.

CB : En effet, le résumé est un exercice plus difficile que le développement. On peut peut-être reprendre un concept et en faire autre chose…

XD : Imagine Old Boy !

CB : Voilà ! Prendre le principe d’Old Boy, un personnage qu’on a enfermé pendant 10 ans, qui ressort, et en faire une autre histoire. Ce sera forcément une autre histoire...

XD : Je prendrais bien Sanctuaire Reminded pour en faire une BD !

SB : Et quand vous aurez fini, nous on l’adaptera en manga !

(rires)

(par Arnaud Claes (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Propos recueillis à Angoulême le 27 janvier 2007

🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
PAR Arnaud Claes (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD