Funérailles T. 5 - par Florent Maudoux - Label 619 chez Ankama éditions

7 décembre 2018 0 commentaire
  • La suite des aventures de Scipio et Prétorius, alias Funérailles. Au programme : carnaval et combats en méta-armure pour un tome prenant mais à l'intrigue un peu trop déconnectée de l'ensemble de la série.

Funérailles est le spin-off sombre de Freak’s Squeele, la première série de Florent Maudoux dans le Label 619 chez Ankama.

L’auteur opère un mélange audacieux de genres et de références, dans un registre nettement plus sinistre et tourmenté que la série-mère. Les éléments de Dark Fantasy tels que les combats d’épée et l’architecture gothique côtoient des hommes cyber-améliorés et une populace scotchée à l’écran. Toutes ces références créent un univers complexe, fascinant et très addictif.

La série raconte les destins de Scipio et de Prétorius, les jumeaux parfaits dont l’un est ensuite défiguré et mutilé et deviendra le futur professeur Funérailles de Freak’s Squeele.

Funérailles T. 5 - par Florent Maudoux - Label 619 chez Ankama éditions
Orane et sa full metal jacket inspirée de son animal totem : le scorpion

À l’occasion de la sortie du tome cinq, revenons rapidement sur les épisodes précédents.

Le premier tome plante le décor : l’univers sombre et violent de Rem, aux machinations politiques omniprésentes et aux combats de méta-gladiateurs relayés par les cyclopes. Séparés à la naissance, Scipio et Prétorius sympathisent sans se reconnaître. Tous deux décident de changer Rem et la purger de sa corruption, en commençant par servir dans son armée en guerre contre ses voisins.

Le deuxième tome est consacré à leur formation, celle de Scipio en tant que gladiateur et celle de Prétorius qui passe de simple soldat à médecin dans la XIIIe légion, réputée pour son insubordination, sa solidarité interne et sa témérité.

Dans le troisième volume, Scipio entame sa carrière de gladiateur et retrouve la XIIIe légion, à qui il transmet tout son savoir. À la fin du tome, les héros retrouvent la XIIIe Légion exsangue après une bataille à laquelle ils n’ont pas participé.

Le quatrième tome est une parenthèse consacrée à Eve Van Helsing, la générale de la XIIIe légion. Y est révélée la fondation de la Treizième Légion, son allégeance à Spartacus (le père de Scipio et Prétorius), puis le retour au présent avec la fameuse bataille qui décime cette légion.

Dans le tome cinq, la XIIIe Légion a traversé un désert et se trouve en relâche à Urhesh, une cité lointaine ralliée à Rem. La ville se prépare pour le carnaval. Mais pendant la fête, elle est attaquée par la déesse Isis et ses chevaliers-saints, avatars fanatiques des dieux de l’Égypte ancienne. Seule Orane, "Mammouth", parvient à leur tenir tête grâce à son armure de méta-guerrière du Scorpion.

Des armures de combat soignées et inventives

Le cinquième tome confirme le talent de Florent Maudoux pour ficeler des albums haletants, tout en imaginant des tenues toujours plus extravagantes pour ses héros. Visuellement, c’est à couper le souffle.

Si chaque tome possède sa propre logique et tient le lecteur en haleine, l’arc narratif global manque cependant de clarté. Les transitions entre albums sont souvent abruptes, alors que l’auteur use de cliffhangers terriblement efficaces en fin d’album, créant une attente qui n’est pas comblée par la suite. Dans ce tome en particulier, la situation est mise en place assez laborieusement, tant l’intrigue est éloignée du reste de la série. Le doute persiste quant à l’intérêt pour la XIIIe légion de se rendre si loin pour si peu d’enjeux véritables.

Autre source de confusion, le ton et le genre changent selon les tomes, passant de jeux de masques machiavéliques et passionnants dans le premier à des combats qui, bien que spectaculaires, finissent par traîner en longueur dans ce cinquième tome.

On comprend tout de même qu’il s’agit de la quête initiatique de Scipio et Prétorius, la recherche de leurs origines, leur apprentissage du combat et la constitution d’une armée fidèle, éléments nécessaires pour défier leurs ennemis à Rem. Saluons également, dans les tomes quatre et cinq, la montée en puissance des figures féminines qui finissent justement par voler la vedette à nos jumeaux. Mais après plusieurs tomes loin de la capitale, dont deux où nos héros font offices de figurants, nous attendons avec impatience le retour à Rem et la confrontation avec leur ennemie jurée.

Une maîtrise graphique irréprochable

Signalons que Florent Maudoux a également publié une histoire courte en collaboration avec Mathieu Bablet et Rebecca Morse en ouverture du deuxième tome de Midnight Tales chez Ankama également, une nouvelle série prometteuse dont nous vous reparlerons.

(par Lise LAMARCHE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?