Actualité

L’utilisateur d’une IA pour la création d’une BD est-il un auteur ? La question est en débat devant la justice américaine

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 février 2023                      Lien  
C’est une critique récurrente qui revient très souvent en commentaire de notre article sur la publication en France de la première BD française créée avec l’Intelligence Artificielle (IA) : Midjourney n’est pas un auteur. Or il semble bien que le Copyright Office américain ait finalement reconnu la qualité d’autrice à Kris Kashtanova pour l’œuvre dans son ensemble qu’elle a créée avec ce logiciel, mais pas pour les images individuelles dont la propriété reste en débat. Un article du New York Times qui vient de paraître fait le point sur ce sujet.

Notre article annonçant la publication dans l’hexagone de la première BD réalisée par l’Intelligence Artificielle a suscité bien des commentaires sur les réseaux. Or cette question est déjà l’objet depuis quelques semaines d’une bataille rangée entre juristes américains.

Ainsi, ces derniers jours le post sur Facebook de Kris Kashtanova, l’ « autrice » (il faut garder les guillemets pour l’instant) de Zarya of the Dawn, une BD conçue avec l’IA Midjourney, se faisait triomphaliste : le Copyright Office américain acceptait quelle appose un copyright sur son œuvre.

En revanche le Copyright Office a décidé de ne pas statuer sur les images individuelles, celles-ci dépendant d’une communauté d’images générées de façon publique où l’on fait le jeu du partage, comme Wikipedia ou Deviant Art par exemple. Il semble cependant que si elles ont été travaillées un minimum, elles ne ressortent plus de l’IA et sont dès lors considérées comme « copyrightables »… La décision du Copyright Office peut être lue intégralement ici (PDF, en anglais)

L'utilisateur d'une IA pour la création d'une BD est-il un auteur ? La question est en débat devant la justice américaine
Décision de l’Office des copyrights américains (PDF en anglais)

« Les images de "Ravine " ont été générées de façon "privée" pour la plupart, objecte Medhi Touzani, l’auteur de la première BD hexagonale créée avec un IA, que nous avons interrogé hier. Même si certaines ont été soumises au vote de la communauté (le portrait d’Arland par exemple, je l’ai choisi car il était très bien noté sur midjourney, donc c’est un genre de star ce Arland :-) 99% des utilisateurs ne piquent pas les images des autres, autant en faire de nouvelles, c’est si simple à faire. Moi-même si quelqu’un utilise la "prompt" qui a servi à générer Arland, je n’en ferai pas un fromage, et pas un procès non plus, vu que je l’ai mis sur un serveur public et c’est un peu comme donner son accord pour des "variations", mais pas pour des copies pures et dures. »

Extrait de "Le Voyage à Ravine" - Par Mehdi Touzani - Autoédition

Kristina Kashtanova a eu les honneurs du Wall Street Journal bien avant la bronca suscitée par la décision de l’Office américain des Copyrights. L’affaire fait grand bruit et devrait faire couler encore bien des pixels.

À suivre..., comme on disait à la fin des années 1970, à une époque où les dessins se faisaient à la main.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9798367036329

✍ Mehdi Touzani ✏️ IA Etats-Unis France Nos Dossiers
 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Moebius ( et d’autres) était génial sans IA, cette pseudo artiste n’est rien sans IA. Une coupure de courant et c’est terminé également.

    Répondre à ce message

    • Répondu par gloubhi le 25 février à  12:17 :

      C’est marrant que vous citiez Moebius car il était passionné d’art numérique et de tout ce qui fait "la chose graphique" en général. Il aurait surement utilisé les IA s’il était encore parmis nous, comme il s’est intéressé très tôt à l’animation 3D (images de synthèse) et avait adopté la palette graphique quand elles devinrent assez performantes pour lui permettre de s’exprimer.
      Par contre, il avait plus e problèmes avec les éditeurs, n’aimait pas la "recolorisation" de l’incal pour laquelle il n’avait pas eu son mot à dire, et aurait sans doute désapprouvé la récente "miniaturisation" d’Edena où ça se voit que les couleurs n’ont pas été retravaillée pour ce format, ce qui donne un résultat "un peu dégueu" et en tous cas loin de celles du format original.

      mélange de quelques vidéos où il s’exprime lui-même sur différents sujets

      art numérique et outils
      https://www.youtube.com/watch?v=dvIB8Tv_ixE

      les kamikazes et le mépris envers les auteurs de BD et autres formes d’expression
      https://www.youtube.com/watch?v=1j_H11fmUrk

      Un extrait de la tentative "Starwatcher" (abandonnée car trop couteux à cette époque)
      https://www.youtube.com/watch?v=Dw5V0y5eG38

      Bon tout le monde n’est pas moebius et il n’y a rien à reprocher à ceux qui aiment travailler à l’ancienne. Chacun fait ce qu’il lui plait.

      Après, sur un autre thème, on trouvera ici et là sur le net les torrents d’insultes et de mépris pour les peintres impressionnistes quand ils ont commencé à présenter leurs oeuvres... Ou les graffitis, où l’art abstrait, et tellement d’autres choses...

      Bon week end

      Répondre à ce message

      • Répondu le 25 février à  13:43 :

        Moebius "utilisait" des outils informatiques tout comme je vous écrit avec mon ordinateur et dessine sur un iPad avec procréate. En revanche, pour répondre à votre commentaire, je n’ai pas entré des données dans un programme chargé de fabriquer le commentaire en question. Nos échanges sont dépendants d’une technologie mais pas ma pensée ni ma création, je reviens au papier régulièrement que ce soit pour écrire à un tiers ou dessiner une planche. Ceci dit, il aurait été intéressant de voir ce qu’un Moebius, avec tout son génie, sa carrière, son expérience, aurai fait de l’IA. On peut imaginer une participation expérimentale au nouveau Métal Hurlant, mais moi je parie sur le fait que son dessin, si charnel, lui aurait sans doute manqué, par ailleurs, à la fin de sa vie il ne quitte plus le crayon, le rotring et le papier avec lesquels il grave ses illustrations métaphysiques avec la plus grande liberté et sans artifice. Les images de Moebius continuent à vivre et à nous influencer, pourtant cet homme n’est plus là, il était virtuel mais pas son oeuvre.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 février à  19:26 :

          Moebius aussi a eu une panne de courant, hélas.

          Répondre à ce message

        • Répondu par schmot le 26 février à  11:59 :

          Pour rester sur la thématique Moebius... Il a dessiné pour beaucoup d’auteurs talentueux dans le scénario mais sans aucun talent graphique. Pour beaucoup d’auteurs qui veulent écrire des scénarios il n’est pas toujours possible d’avoir accès à des dessinateurs pour l’illustration. Donc il faut penser à cette situation, si je suis doué pour l’histoire pourquoi ne pas utiliser une IA pour mes illustrations ? On saluera ici la talent d’écriture et pas trop celui de dessinateur, et après ? L’important est d’avoir permis d’élargir nos possibilités. Après on est assez intelligent pour savoir qui et quoi féliciter et mettre en avant. Ici clairement bravo a l’autrice pour son écriture, et un intérêt moyen pour les dessins.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 26 février à  13:42 :

            Mais il ne faut pas croire au miracle. Aucune machine ou IA ne remplacera jamais un humain de talent. L’arrivée de l’IA dans la création d’image est similaire à ce qui s’est passé quand on a inventé Photoshop, ou quand on a inventé les CGI. ça n’a jamais permis de remplacer les humains et ce sont des humains qui les utilisent, avec plus ou moins de talent. Le succès d’une firme comme Pixar ne doit rien aux machines mais tout aux humains qui s’en servent.

            Répondre à ce message

PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD