Newsletter ActuaBD

Le Coup de cafard : dans la maison il y a des fantômes - Par Gato Fernandez - éd. iLatina

  • Nous vous le présentions au printemps dernier alors que l’album était en financement participatif, "Le coup de cafard" de Gato Fernandez a rejoint les étals de nos librairies le 11 juin dernier. Il devient ainsi le second album de la jeune collection Novela Grafica et la toute première bande dessinée de son autrice ! Un album, que l’on imagine cathartique, sur la thématique de l’inceste.

Vous l’aurez donc compris, la campagne de financement participatif dont nous nous faisions le relais s’est vue couronnée de succès. Gato Fernandez devient ainsi la seconde primo-autrice, après Nacha Vollenweider, à être publiée par les éditions iLatina. Militante féministe convaincue, et ce depuis des années, l’artiste argentine nous conte dans son Coup de cafard le quotidien de la jeune Lucía.

Lucía vit avec son frère, Fédé, sa mère, sa grand-mère paternelle, Chana, et Alberto, son père. Dotée d’une imagination débordante, lorsque ses doudous favoris sont cachés, Lucía revêt les atours d’une valeureuse combattante et part à l’assaut de monstres fabuleux. Mais, dans sa maison, Lucía croise aussi régulièrement des fantômes… Elle aime donc chercher de nouvelles cachettes pour leur échapper. Peut-être que cela lui permettra également d’échapper aux cafards qui ont infesté sa vie ?

Le Coup de cafard : dans la maison il y a des fantômes - Par Gato Fernandez - éd. iLatina
© éditions iLatina

Alter ego de l’autrice, le personnage de Lucía use de divers mécanismes mentaux, à commencer par son imagination, pour se protéger du fléau qu’incarne Alberto, son père. Victime d’inceste dès son plus jeune âge, l’héroïne du Coup de cafard érige une forteresse psychologique pour se défendre face aux sévices subis.

éditions iLatina

Si l’acte pédophile mis en image et dénoncé par Gato Fernandez choque, l’absence de réaction des proches, leur mutisme et le déni dans lequel ils sont plongés est aussi révoltant. D’un côté la grand-mère envahissante, omniprésente dans l’éducation de Lucía et son frère, surprotectrice avec son fils, de l’autre la mère de Lucía, apparemment sans réaction après qu’une autre mère lui fasse mention de propos alarmants tenus chez une jeune amie. L’unité familiale est totalement dysfonctionnelle, les insultes entre les parents vont bon train et les deux enfants se trouvent pris entre deux feux.

© éditions iLatina

Là où Gato Fernandez parvient à rendre ce Coup de cafard unique et intéressant c’est dans sa transmission de l’incompréhension dans laquelle est plongée Lucía. Il est certes impossible pour elle de résister, ce n’est qu’une enfant, mais on comprend rapidement qu’il est tout aussi impossible pour elle d’analyser la situation.

Et c’est peut-être cette direction que nous aurions souhaité. Le Coup de cafard est une bande dessinée autofictionnelle sur l’inceste qui centre sa narration sur la victime de ces abus sexuels. Nous aurions donc apprécié en apprendre plus sur Lucía, son quotidien et sa construction en tant qu’individu afin d’approcher l’ampleur d’un tel traumatisme et surtout, ses conséquences.

On saluera toutefois, comme écrit plus haut, l’idée de représentation des mécanismes mentaux de protection, le traitement (bien que rapide) de l’impact sur la découverte de la sexualité ainsi que les tabous créés par le poids du traditionalisme religieux. Ce dernier point nous permet d’aborder les touches d’humour qu’a insufflées Gato Fernandez dans sa BD et qui, loin d’être de simples ressorts comiques, s’intègrent pleinement au récit. Mention spéciale au bidet-Dieu qui recueillera nombre des confidences de la jeune fille.

© éditions iLatina

Côté dessin, le trait est sobre et le style se cherche. L’autrice argentine s’autorise quelques compositions plus travaillées et des pleines pages réussies. Il en ressort une gestion du rythme relativement maîtrisée bien que la narration souffre de quelques lenteurs et soucis de lisibilité, notamment ces scènes de bistrots entourées de souris. Les décors sont quant à eux inégaux bien que l’on ressente l’attention particulière accordée au traitement des scènes imaginaires.

© éditions iLatina

Nous retenons donc la découverte d’une artiste prometteuse dont le trait devrait s’affiner avec le temps. Et nul doute que nous entendrons parler à nouveau de Gato Fernandez tant sa volonté de témoigner et de prendre part au débat public transparaît de ce Coup de cafard.

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Coup de cafard - Par Gato Fernandez - Traduction : Thomas Dassance - éd. iLatina - Collection : Novela Grafica - Sortie le 11 juin 2021 - 96 pages - 22 euros.

 
Newsletter ActuaBD