Actualité

Le phénomène Dreamland

Par Gabriel FRANCE le 11 octobre 2022                      Lien  
Après plus de 15 ans de publication, Dreamland fait peau neuve ! Cette grande fresque aussi réaliste que fantastique revient en force en librairie dans une nouvelle édition nommée Remaster ! Un choix ambitieux qui mène donc à la refonte complète des premiers tomes, puisque l’auteur Reno Lemaire s’est mis en tête de réviser graphiquement et narrativement son manga afin de remettre au goût du jour sa série et de séduire des lecteurs qui auraient pu la bouder il y a quelques années.

En prévision de sa sortie cette semaine, nous avons rencontré lors de la Japan Expo 2022 Reno Lemaire et ses deux assistants : PE et Géo. Cet article sera donc agrémenté de leurs propos recueillis à cette occasion.

Pour celles et ceux qui découvrent Dreamland, Géo vous présente brièvement la série : « Je dirais que Dreamland, c’est un manga d’aventure un peu déglingo où l’on suit un groupe de quatre jeunes Montpelliérains, en même temps dans la vie de tous les jours à travers leurs études, leurs jobs, leurs amourettes, etc., et en parallèle, la nuit, on les retrouve dans le monde des rêves : le Dreamland, dans une aventure incroyable avec des pouvoirs, des complots, des divinités et donc tout ceci mêle l’épique à l’intime de la plus belle des façons. »

En effet, les deux points forts de la série sont d’un côté le Dreamland, monde onirique façonné par les rêves des humains et en perpétuelle évolution depuis des milliers d’années et d’un autre côté, la vraisemblance de la série lorsqu’elle s’ancre dans notre réalité. Après de nombreuses années de publication, l’auteur a su construire un univers aussi immense que complexe, régi par des règles aussi loufoques que bien pensées.

Le phénomène Dreamland
Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

Reno : « Le concept de Dreamland, c’est Terrence [NDLR : le principal protagoniste]. J’ai d’abord créé Terrence, j’ai créé son design : un mec avec un sweat à capuche bleu et avec l’accord chromatique, j’en ai fait un rouquin.
Dès le début, je le dessine avec les mains dans son sweat, un peu voûté avec l’air endormi, je me dis c’est un gars d’environ 17 ans, pas très énergique, et déjà là je l’aimais bien. Et ensuite quand tu veux créer un perso, pour le rendre intéressant, il faut qu’il ait une cicatrice (morale), il faut qu’il ait un passé.
 »

Le profil personnage est en effet très creusé, bien au-delà des apparences : « À chaque fois que je crée des personnages, je leur imagine aussi un passé, un présent et un futur, comme ça je sais d’où ils viennent, qui ils sont et je sais où ils vont. Et donc pour en revenir à Terrence je suis parti sur le deuil de la mère et je trouvais intéressant de lui faire un frère, comme ça on a trois garçons (inclus le père) sans la figure maternelle de la famille. Ensuite je me suis posé cette question : - comment il l’a perdue ? »

Parce que Terrence n’a pas d’armure, il a pas d’épée donc on est dans un monde réaliste : « Elle est pas morte bouffée par un dragon ! Là j’ai eu l’idée de l’incendie et en a découlé la peur du feu, la phobie de Terrence. Et enfin j’ai pensé : qui dit phobie dit cauchemar, j’ai imaginé un monde des rêves et là c’était parti, c’est comme ça qu’est né le Dreamland ! »

Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

Dreamland est donc un manga fait par un Français et dans lequel n’importe lequel d’entre nous peut s’identifier. Ici, fini les écoles japonaises à uniformes, les clubs après les cours ou encore les romances qui n’en finissent pas : Dreamland se passe à Montpellier et s’inscrit dans notre quotidien, tellement même que la série réussit à être dépaysante en traitant de cours de gestion, du stress du Bac ou encore de relation amoureuse (réaliste !) entre deux lycéens. Loin de tous les artifices habituels, Dreamland joue habilement des codes du Shonen afin d’apporter une touche de fraîcheur dans le paysage de l’art séquentiel.

Une des grandes forces de Dreamland, c’est la simplicité pour un jeune lecteur francophone de s’identifier aux personnages : on a l’impression qu’il y a autant de Reno que de nous tous dans Dreamland...

Reno : « Une bonne histoire c’est des persos attachants et un perso attachant il fait pas forcement des choses exceptionnelles, il est attachant parce qu’il est vrai.
Ça ne sert à rien de faire des enjeux de folie si tes persos n’ont pas séduit les lecteurs. C’est mon nindo [1] de raconteur d’histoires : c’est les personnages qui font l’histoire.
 »

Avec aujourd’hui vingt tomes à son actif, Dreamland est à la fois pionnier et pilier du genre. L’histoire de ces quatre héros, Les Lucky Stars, a connu bon nombre de rebondissements et Reno sait parfaitement nous faire passer du rire aux larmes. La première partie s’étalant sur 19 tomes, le 20e sorti l’année dernière démarre donc la deuxième partie de la série.

Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

Les Lucky Stars évoluent beaucoup tout au long de cette partie 1, en particulier Savane et Eve qui font de sacrés progrès. La partie 2 récemment commencée va amener son lot d’évolution, va-t-elle enfin permettre à Terrence de contrôler correctement ces pouvoirs ? Reno : « Sans spoiler, dans la première partie, les personnages comme les lecteurs étaient spectateurs de l’action, j’ai mis tout l’échiquier en place pour que dans la suite de l’histoire les héros deviennent acteurs. Ils ont pris de la maturité, et pour la seconde partie, ouais, les gens ne sont vraiment pas prêts parce que je peux sans problème faire mourir un personnage hyper-important sans que tu le voies venir. Et c’est là que je suis content d’être chez un éditeur français car quand tu regardes ma première partie, sur les 19 premiers tomes, en 5000 pages, Terrence se bat 40 pages maxi, et au-delà de ça, faire des arcs entiers où tu ne vois pas les héros. Ce serait impensable au Japon ! »

La première partie est en effet hyper-dense : il y a plus de 340 personnages qui ont un nom, en 19 tomes ! Pour une grande partie du public, le principal frein à la lecture de Dreamland sont les dessins. En effet, le trait des premiers tomes accuse son époque et malgré une remise à niveau des tomes 1,2 et 3 en 2012 avec des modifications des trames et des niveaux de gris, le style du début de Dreamland restait particulier et ne convenait pas aux yeux de certains lecteurs. Fort heureusement pour eux, le style de Reno n’a pas qu’évolué mais c’est même transformé dans la suite de l’œuvre. Et c’est avec son niveau de dessin actuel qu’il s’est lancé dans cette nouvelle édition qui remplacera au fur et à mesure les tomes actuellement disponibles en librairie.

Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

L’évolution graphique est donc au premier plan de cette nouvelle édition mais il y aussi d’autres points intéressants comme par exemple : la redynamisation des dialogues, l’ajout de scènes, ou encore la mise à la page de certains éléments comme la mention de séries connues comme My Hero Academia ou l’existence des réseaux sociaux. C’est comme si Dreamland sortait en 2022...

Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

Une des particularités de Dreamland est le fait que depuis peu, deux assistants font officiellement partie du processus de création d’un tome. Contrairement au Japon, ce métier n’est pas vraiment une vocation en France : souvent les artistes veulent avant tout faire leurs propres séries.

« Ceux qui font de l’assistanat sont des auteurs en devenir, nous dit PE. Contrairement au Japon où des gens sont spécialisés dans ce métier, en France il n’y avait que très peu d’auteurs qui ont ou ont eu des assistants. Mais grâce à notre officialisation, le fait qu’on soit maintenant cité dans les tomes, et qu’on se déplace en dédicace, peut être que ça créera des vocations. »

Reno, Geo et P-E - Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

Dreamland a, sans contexte, ouvert une voie au manga français et celui-ci est en pleine expansion grâce à plusieurs auteurs aussi talentueux les uns que les autres qui émergent en proposant d’excellentes productions. : « C’était logique, nous dit Reno, on est la génération test, que ce soit éditorialement ou commercialement. Et là, la génération qui arrive sur le marché, a digéré à fond les codes du manga. De ma génération, si on compte LastMan, on est peu à être rentables. Depuis 2006, il y a eu plus de 250 tentatives, 250 auteurs et autrices signés en édition pour une série, c’est énorme et pourtant 16 ans après, c’est toujours les mêmes que l’on cite. »

Il poursuit : « On est parfois considérés comme du « sous manga » par les libraires ou par certains festivals. Alors que pourtant, contrairement à un auteur japonais, on est dans l’ombre mais on est au charbon ! Par exemple à titre personnel, je fais environ 500 dédicaces par jour et pas loin de 2000 sur les 4 jours, et c’est pour ça que je viens à la Japan. Et pourtant, même avec l’explosion du manga en France, on reste la cinquième roue du carrosse. Cette année, sur la Japan Expo, le manga français était en force. Mais faut pas se leurrer, c’est parce qu’il n’y a pas de Japonais, on verra l’année prochaine. »

Géo :« Pour les mentalités c’est en route je pense, c’est juste lent comme processus. Dreamland ça s’est fait petit à petit, Radiant en anime ça a été un pas en plus, l’anime de Dreamland va remettre encore une couche. Vu que l’animation c’est un peu le média-roi, plus les mangas français en auront et plus ils seront reconnus. »

Les plus chanceux d’entre nos lecteurs ont déjà pu récupérer un petit livret (exclusif à la Japan Expo 2022) présentant les 90 premières pages du tome 1 du Remaster. Pour les autres, ce même extrait est disponible en lecture gratuite sur le site de Pika Edition avec des pages couleurs en bonus. (lien en fin d’article)

Remaster sort ce 12 octobre au prix de lancement de 5€, en même temps que le tome 21 de la série, vous reprendriez bien un peu de Dreamland ?

Stand Japan Expo Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition
Dreamland – Par Reno Lemaire
© Pika Edition

Voir en ligne : Lire l’extrait du Tome 1 de Dreamland Remaster

(par Gabriel FRANCE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782811666644

PAR Gabriel FRANCE  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD