Les Nouvelles aventures de Lapinot T. 5 : "L’Apocalypse joyeuse" de Lewis Trondheim (L’Association) : le ciel leur tombe sur la tête

18 janvier 2021 5
  • Les Nouvelles aventures de Lapinot sont pour le moment l'unique œuvre hébergée dans l'inattendue collection 48CC de L'Association. Mais Lewis Trondheim en est déjà au cinquième volume en à peine plus de trois ans. Si la saveur des premiers albums s'est estompée, les fervents lecteurs du héros aux grands pieds ne seront pas déçus.

Cette aventure de Lapinot commence fort mal. Dès la première page, il est passé à tabac par quelques parents qui l’accusent d’être un voyeur pédophile, simplement parce qu’il a eu le malheur de s’assoir sur un banc et d’utiliser son smartphone à proximité de jeux pour enfants. Cela lui vaut de nombreuses contusions, un bras dans le plâtre pendant huit semaines et un traumatisme psychologique dont il lui faudra tout l’album pour se dépatouiller.

Les Nouvelles aventures de Lapinot T. 5 : "L'Apocalypse joyeuse" de Lewis Trondheim (L'Association) : le ciel leur tombe sur la tête
L’Apocalypse joyeuse © Lewis Trondheim / L’Association 2021

Quelques pages plus loin, le sort s’acharne. Alors qu’il se rend à la campagne chez son ami Titi, en compagnie bien sûr de Richard, pour prendre quelques jours de repos, une météorite s’abat sur sa voiture. L’événement déjà rarissime déclenche une série de rebondissements qui, pendant deux jours, vont pousser Lapinot dans ses retranchements. Même l’humour de Richard en prend un coup.

Avec ce cinquième tome des Nouvelles aventures de Lapinot, Lewis Trondheim confirme les choix ébauchés dès Un monde un peu meilleur en 2017, volume dans lequel il a ressuscité le personnage qui l’a fait connaître. La surprise était double. Non seulement l’auteur revenait sur une décision vieille de quelques années, mais il choisissait en plus de le faire au sein d’une collection - « 48CC » - à rebours des principes qui avaient prévalu à la fondation de L’Association, nouveau terrier de Lapinot. Ces Nouvelles aventures conservaient en effet la forme de la série-mère - des épisodes paraissant en album de quarante-huit pages en couleurs et à la couverture cartonnée - alors que L’Association, dont Lewis Trondheim est l’un des cofondateurs, s’est édifiée en contradiction déclarée avec ce modèle.

L’Apocalypse joyeuse © Lewis Trondheim / L’Association 2021

Ironie d’un recyclage de recyclage ? Peut-être. Il y a aussi la possibilité, pour l’auteur, d’être édité avec très peu de contraintes, puisqu’il fait toujours partie du comité de lecture de L’Association. Et la chance, pour la maison d’édition, d’avoir des parutions dont les ventes seront plutôt sûres, Lapinot ayant conservé de nombreux lecteurs. Toujours est-il que Lewis Trondheim profite de la seconde vie de Lapinot pour faire évoluer, peu à peu, ses personnages et ses histoires. L’humour fuse moins, mais les protagonistes gagnent en profondeur et la série en cohérence.

Si l’on excepte Les Herbes folles paru en 2019, dont le format comme le fil narratif en font un volume à part, Les Nouvelles aventures de Lapinot sont résolument ancrées dans notre monde contemporain. Les technologies représentées - téléphones portables, GPS... - comme les thématiques évoquées - collapsologie, engagement... - sont très actuelles. Les comportements même des personnages principaux ou secondaires font échos aux évolutions sociales et sociétales les plus récentes, comme lorsque l’on peut voir un quidam filmer Lapinot en train de se faire frapper.

L’Apocalypse joyeuse se rapproche beaucoup de Prosélytisme & morts-vivants, sorti il y a un an. L’ambiance de fin du monde, la force des liens entre Richard et Lapinot, les courses-poursuites endiablées donnent aux deux albums une même tonalité. Mais une certaine gravité marque l’épisode le plus récent. Lapinot est en proie aux doutes. Lui si moraliste hésite sur la conduite à tenir après son agression et est surpris par ses propres réactions. Comme si, à leur rythme, les personnages de Lewis Trondheim devenaient plus matures, sans perdre leurs traits de caractère originels.

L’Apocalypse joyeuse © Lewis Trondheim / L’Association 2021
L’Apocalypse joyeuse © Lewis Trondheim / L’Association 2021

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
5 Messages :