Chez L’Association, une fin d’été dans la continuité

15 août 2020 0 commentaire
  • Les lapins sont de retour fin août chez L'Association : le quatrième volume des "Nouvelles Aventures de Lapinot" de Lewis Trondheim et le quatorzième numéro de "Mon Lapin Quotidien" paraissent simultanément. Rien de vraiment surprenant pour les lecteurs habitués de L'Association, mais un contraste saisissant entre les deux publications.

Hasard du calendrier, conséquence du confinement, qui a conduit au report de nombreuses sorties, ou politique éditoriale malicieuse ? Les faits sont là : le 20 août, deux lapins fort différents surgissent en librairie, édités par L’Association. La revue Mon Lapin Quotidien connaît enfin sa quatorzième mouture - elle devait sortir au printemps - et Les Nouvelles Aventures de Lapinot, signées par Lewis Trondheim, s’enrichissent d’un quatrième tome, titré Un peu d’amour.

Chez L'Association, une fin d'été dans la continuité
Un peu d’amour © Lewis Trondheim / L’Association 2020

Lapinot est dorénavant bien installé dans le catalogue de L’Association. S’il a connu la majorité de ses aventures chez Dargaud, il a retrouvé en 2017 son foyer - il y est né avec Les Carottes de Patagonie en 1992 - pour inaugurer une collection ironiquement nommée « 48CC ». Depuis Un Monde un peu meilleur ont paru Les Herbes folles (2018) et Prosélytisme et morts-vivants (2020), réveillant une série endormie pendant presque quinze ans. Mais l’on ne se débarrasse pas si facilement d’un personnage fétiche - Lewis Trondheim s’en est expliqué - et son retour, comme celui de la série Donjon, n’aura finalement pas tant tardé.

Il n’est donc pas si étonnant de retrouver Lapinot à L’Association. La collection « 48CC », dont il est pour l’instant le seul hôte, a tout d’une fausse piste. Reprenant le vocable forgé par Jean-Christophe Menu dans Plates-bandes (L’Association, 2005) pour désigner les albums de 48 pages en couleurs et à couverture cartonnée, cette collection n’abrite pas uniquement des livres répondant aux canons d’un format qui dominait très largement le monde de l’édition de bande dessinée jusqu’au début des années 2000. En effet, le deuxième volume, Les Herbes folles, est d’un petit format épais, à l’italienne, alors que les trois autres correspondent aux standards de l’édition mainstream. Comme s’il s’agissait finalement de répondre, mais sans s’imposer de carcan, aux « gros » éditeurs qui se sont appropriés les formats popularisés par L’Association dans les années 1990 et 2000.

Un peu d’amour © Lewis Trondheim / L’Association 2020

De la même façon que les formats peuvent varier, les constructions narratives changent d’un tome à l’autre. Alors qu’Un Monde un peu meilleur et Prosélytisme et morts-vivants renouent avec les principales caractéristiques de la série publiée chez Dargaud - une trame globalement linéaire, des personnages sympathiques, un humour léger - même si Lewis Trondheim a un peu perdu de sa verve, Les Herbes folles et Un peu d’amour explorent de nouvelles pistes. Le récit du deuxième tome était entièrement « muet » et composé d’un seul dessin par page. Le quatrième volume, lui, est constitué de 125 strips - il faut compter celui de couverture - qui forment une histoire complète mais aussi une succession de gags indépendants [1].

Lewis Trondheim aime les contraintes scénaristiques. Elles lui permettent parfois de renouveler son univers. Ce n’est que partiellement le cas dans Un peu d’amour. Lapinot y fait la rencontre d’un sans-domicile qui devient écrivain et d’une bibliothécaire quelque peu nerveuse et obstinée. L’histoire est simple, ne fait appel à aucun artifice fantastique et est très ancrée dans notre époque. D’une lecture globalement plaisante, elle n’apporte pas véritablement de surprise. Le dispositif en strips ne semble finalement pas indispensable. Les gags sont inégaux et les meilleurs auraient pu intégrer une narration moins hachée. Reste que le duo Lapinot-Richard « fonctionne » toujours aussi bien, ce qui n’empêche pas les personnages d’évoluer. En somme, Lapinot vit sa vie.

Un peu d’amour © Lewis Trondheim / L’Association 2020
Un peu d’amour © Lewis Trondheim / L’Association 2020
MLQ #14 © Faucompré / Killoffer / L’Association 2020

Mon Lapin Quotidien est beaucoup plus étonnant. Une volonté de L’Association de cultiver deux extrêmes à la fois ? Peut-être, car MLQ est, en comparaison de Lapinot, de la dynamite. Provocateur, politique, bouillonnant, éclectique, Mon Lapin Quotidien, qui a plus de trois ans d’existence, ne correspond à aucun modèle et ne se donne aucune limite. Les lecteurs y trouveront bien sûr des bandes dessinées et des illustrations, parfois issues de publications à paraître à L’Association, mais aussi de la poésie, de fausses petites annonces, des textes politiques...

MLQ #14 © L’Association 2020

MLQ quatorzième du nom ne fait pas exception. Toujours sous la houlette de Quentin Faucompré et Killoffer, co-rédacteurs en chef, et de Rocco pour la conception graphique, une attribution clé pour une revue de très grand format accueillant une cinquantaine d’autrices et auteurs, Mon Lapin Quotidien est enrichi de quatre pages et abrite en son centre des extraits de Mon Pangolin d’avril, avatar confiné et numérique du journal. De nouveaux contributeurs, comme Valfret Asperatus, Jackie Berroyer, Baptiste Brunello, David Dufresne, Camille Lavaud, Charles Pennequin ou Baptiste Virot, sont conviés, garantissant un renouvellement constant de la revue.

La nuit, dont la profondeur illustre superbement la une, est la thématique principale mais pas exclusive de ce numéro. L’inventivité, l’humour, l’absurde sont présents. Les références abondent et ouvrent sur une diversité de champs artistiques. Revue hors-normes par sa taille comme par sa vivacité, Mon Lapin Quotidien détonne et rappelle que L’Association a toujours une place particulière dans la bande dessinée alternative, trente ans après sa création.

MLQ #14 © L’Association 2020
MLQ #14 © L’Association 2020

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

- Les Nouvelles Aventures de Lapinot T. 3 Un peu d’amour - Par Lewis Trondheim (couleurs : Brigitte Findakly, Pierre Chabosy & Lewis Trondheim) - L’Association - collection 48CC - 22 x 28,7 cm - 48 pages couleurs - couverture cartonnée - ISBN 9782844147912 - parution le 20 août 2020.

À propos de Lapinot de Lewis Trondheim, lire également sur ActuaBD :
- Lapinot chez Dupuis ? & L’accélérateur Atomique - Les Formidables Aventures de Lapinot T9 – Trondheim – Dargaud
- Le retour de Lapinot ? & Déjà la fin du retour de Lapinot ?
- Les Formidables Aventures sans Lapinot continuent ! & La nouvelle aventure de Lapinot sans Lapinot prépubliée dans Spirou !
- Mildiou (nouvelle édition) - Par Lewis Trondheim - L’Association
- Lewis Trondheim et L’Association redonnent vie à Lapinot... et se mettent au 48cc !
- Un Lapinot en belle forme dans "Les Herbes folles" (Lewis Trondheim - L’Association)
- Entretiens, expo, Lapinot : Lewis Trondheim tous azimuts !

- Mon Lapin Quotidien #14 - L’Association - 41 x 58 cm - 16 pages en bichromie et noir & blanc - ISBN 9782844147929 - parution le 20 août 2020.

Directrice de la publication : Céline Merrien. Rédacteurs en chef : Faucompré & Killoffer. Conception & réalisation graphique : Rocco. Illustrations de une : Faucompré & Killoffer. Soutien logistique : Fanny Dalle-Rive. Fabrication : Sylvie Blanchette.

Avec : Hélène Aldeguer & Téa Alvarrobie & Laurent André & Valfret Asperatus & François Ayroles & David B. & Martes Bathori & Edmond Baudoin & Thomas Baumgartner & Charles Berberian & Jackie Berroyer & JM Bertoyas & Bonne Frite & Denis Bourdaud & Antoine Boute & Baptiste Brunello & Brice Catherin & Éric Chevillard & Cléa Chopard & Amaury Cornut & Jean-Luc Coudray & Pablo Cueco & Dans le ciel tout va bien & David Dufresne & Jean-Yves Duhoo & Florence Dupré La Tour & Sophie Dutertre & Christelle Enault & Fantazio & Quentin Faucompré & Jochen Gerner & Maïté Grandjouan & Joël Hubaut & Antony Huchette & collectif Icinori & Laurent Impeduglia & Joko & Killoffer & Camille Lavaud & Hervé Le Tellier & Étienne Lécroart & Dominique Lestel & Mape813 & Clémentine Mélois & Dorothée de Monfreid & Jean-François Moriceau & Morvandiau & Petra Mrzyk & Raphaëlle Muller & Muzo & Nadja & Phileas PYM & Pablúx & José Parrondo & Tom de Pékin & Charles Pennequin & Guillaume Pinard & Geoffroy Pithon & Placid & Mathieu Potte-Bonneville & Mirtha Pozzi & Emmanuel Rabu & Rocco & Christian Rosset & Jean-Jacques Rullier & Loïc Sécheresse & Stanislas & Corinne Taunay & Tofépi & Delfeil de Ton & Hector de la Vallée & David Vandermeulen & Vincent Vanoli & Baptiste Virot & Fabio Viscogliosi & Aleksandra Waliszewska & Aurélie William-Levaux.

Apéro-lancement de MLQ #14 le jeudi 27 août à partir de 19h30 à La Friche librairie, 56 rue Léon Frot Paris XIe.

À propos de Mon Lapin Quotidien, lire également sur ActuaBD :
- "Mon Lapin Quotidien" #1 : L’Association en grand format !
- De Trondheim à Schrauwen, L’Association mise sur la diversité
- La rentrée de L’Association en trois livres et un Lapin
- "Mon Lapin Quotidien" n° 13 - L’Association
- Faucompré & Killoffer ("Mon Pangolin d’Avril") : « La nécessité de l’art n’apparaît jamais plus éclatante qu’à travers ce genre d’épreuve. »

[1Ces strips ont été prépubliés par Lewis Trondheim sur son compte Instagram au rythme d’un strip tous les quatre jours en moyenne.

  Un commentaire ?