Romans Graphiques

Özge Samancı, une enfance en Turquie

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 novembre 2022                      Lien  
On pourrait nommer son album, « Nager à contre-courant », aux éditions du Faubourg, « La Turque du futur » ou « Izmiropolis » tant nous sommes dans un registre comparable aux romans graphiques de Marjane Satrapi et Riad Sattouf : un retour quelque peu nostalgique sur un monde révolu, que l’on a quitté, mais qui vous accompagne toute la vie. Özge Samancı, plasticienne et dessinatrice, est née à Izmir en Turquie et vit aujourd’hui à Chicago. Son album, paru en France parallèlement au « Journal Inquiet d’Istanbul » d’Ersin Karabulut chez Dargaud, offre à lire un véritable petit manuel pour comprendre la Turquie contemporaine.

L’histoire de cet ouvrage mérite d’être racontée : Özge avait dessiné dans son coin des petites bandes dessinées qui racontaient des anecdotes de son enfance, pages qu’elle photocopiait et qu’elle partageait avec ses copines.

Ce qu’elle ignorait, c’est que celles-ci les avaient compilées et les diffusaient à leur tour, comme on le ferait d’un fanzine. Et puis un jour, lors d’une fête sur le campus, elle vit arriver vers elle une foule de « fans » qui avaient lu son histoire et qui en réclamaient la suite…

La suite, c’est ce que nous avons aujourd’hui entre mes mains… L’histoire d’une famille d’Izmir en Turquie dans les années 1980. À part papa et maman, il y a Pelin, la grande sœur, qui veut être ingénieure, à la grande satisfaction de ses parents, et puis l’oncle Nihat, le frère de sa mère, un peul cool, trop cool même, vivant dans un squat et régulièrement au chômage mais sympa, il prend la vie comme elle vient, du bon côté, sans que sa sœur lui en fasse le reproche. C’est plutôt son mari, le père d’Özge, orphelin de père et de mère (ils sont morts dans un accident) et de ce fait un peu raide, qui s’inquiète de ce mauvais exemple.

Özge Samancı, une enfance en Turquie
Toute la société est formatée autour d’un narratif nationaliste centré sur le fondateur de la république, Mustapha Kemal Atatürk.

Özge est une petite fille espiègle, observatrice et curieuse. Sa star à elle, ce ne sont ni des chanteuses ni des joueurs de foot, mais… le commandant Cousteau qu’elle a découvert en même temps que Popeye et Dallas sur la seule chaîne nationale.

La voilà qui se met à rêver à faire de la plongée, à mener une vie d’aventurière, et même à faire du dessin. Mais de cela, il n’est pas question pour cette famille pauvre qui se sacrifie pour leurs enfants : il faut une situation en béton, dans les meilleures écoles, avec des notes excellentes. Brillante, Özge n’est cependant pas au niveau. Ratant son examen d’entrée d’ingénieure, elle opte pour les maths, sans savoir si c’est bien ça, sa vocation…

Dans cette société corsetée, le parcours obligé est celui de l’excellence.

D’autant que l’atmosphère est lourde dans le pays. Mustapha Kemal Atatürk, le fondateur de la république turque, est présent à chaque instant de la vie : à l’école, une statue orne l’entrée, on récite ses sentences, il est célébré à la télévision, et les bons élèves ont tous la règle où figure son profil.

S’épand à l’école, dans les médias, dans les conversations-même, une laïcité radicale pétrie de nationalisme dont le "père de la nation" est la référence ultime. Les familles comme les commerces exposent sa photo, à l’instar d’une image pieuse. Un général domine le pays d’une main de fer et les éléments gauchistes, comme le prof d’Özge, tué par la police, sont durement réprimés, torturés, supprimés.

La figure du "père de la nation" s’insinue jusque dans les objets scolaires les plus usuels. Ce n’est pas de la fiction.
On remarque ici la technique narrative de l’autrice, notamment faite de collages.

Özge raconte tout cela avec son trait primesautier, fait de collages et d’expérimentations graphiques, s’émancipant de l’habituel gaufrier et des conventions du genre. Avec son air de Petit Prince effrontée aux couleurs roux-renard, comme elle se dessine, elle nous offre un joli conte dont les couleurs vives ne cachent pas les zones d’ombre.

Dans cette société machiste, les femmes ne sont pas considérées. Jusqu’à constituer une proie...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 978249359408

Nager à contre-courant – Par Özge Samancı – Editions du Faubourg

L’autrice est à Paris cette semaine pour rencontrer son public français :

le 24 novembre à la librairie BDNet Nation (Paris 20e) à 16h30
le 25 novembre à la librairie Bulles en vrac (Paris 5e) de 17h à 20h
le 26 novembre à la librairie Eyrolles (Paris 5e) de 16 à 18h

Editions du Faubourg ✏️ Özge Samancı à partir de 13 ans Autobiographie Politique 🛒 Acheter 📖 Feuilleter  
PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD