Angoulême 2017

  • 2017 est une année-clé dans l’histoire du Festival : c’est l’année où s’achève le contrat de 9eArt+. Mais il fallait le dénoncer avec une année d’avance et le FIBD a raté l’occasion de le faire dans les formes. Cependant, la contestation s’affirme de plus en plus nettement, d’autant que l’édition 2016 a été un désastre en termes de communication avec l’absence de femmes au Grand Prix et une cérémonie douteuse de "faux-fauves".

  • 29 janvier 2017 23 commentaires

    Après le scandale de la cérémonie 2016 avec ses "faux fauve", son humour incontrôlé et quelquefois vulgaire, son amateurisme et son soupçon de parfum machiste, le FIBD était attendu au tournant. Il s'est acquitté cette année d'une cérémonie sans faute. Quant au palmarès, il est dans la droite ligne de la (...)

  • 27 janvier 2017 0 commentaire

    En guise de prélude à "une politique artistique ambitieuse autour du manga" que le Festival annonce vouloir réellement amorcer en 2018, dès cette année une exposition sur Kazuo Kamimira annonce la couleur. La réunion, rare, de presque 150 originaux permet de vérifier le qualificatif d’ "estampiste" (...)

  • 26 janvier 2017 0 commentaire

    Cosey Grand Prix, c’était pour beaucoup une évidence. Il faisait depuis longtemps partie de la « short list », du temps de la regrettée Académie des Grands Prix comme dans les listes proposées depuis le changement de scrutin, preuve que cet auteur avait séduit un large cénacle (...)

  • 26 janvier 2017 3 commentaires

    A l’occasion du retour de Prix Goscinny à Angoulême, un obélisque a été érigé sur le parvis de la gare, tandis qu’Emmanuel Guibert reçoit le trophée 2017 pour son dernier album, "Martha et Alan", mais aussi pour l’ensemble de son œuvre. Une récompense méritée pour un auteur qui a toujours fait preuve d'une (...)