Angoulême 2017 : Fauve jeunesse pour Tebo ("La Jeunesse de Mickey")

27 janvier 2017 2 commentaires
  • Comme de coutume, le jeudi du FIBD est le jour des collégiens, lycéens, étudiants et jeunes amateurs divers, tous réunis au théâtre d'Angoulême pour les prix "Découvertes" 2017. Une cérémonie rythmée et bien organisée.
Angoulême 2017 : Fauve jeunesse pour Tebo ("La Jeunesse de Mickey")
Ninn de Johan Pilet et Jean-Michel Darlot. Kennes Ed.

En guise d’introduction pour cette cérémonie des Prix Découvertes, Matthieu Yakovleff de Couac Productions a présenté L’Art est une arme de construction massive, une grande « planche » réalisée après les attentats par 45 auteurs plus que confirmés, et dont des tirages réalisés par l’imprimeur de Charlie Hebdo sont en vente sur le site des Droits de l’Homme

En comique et animateur confirmé, Davy Mourier a conduit très professionnellement cette cérémonie des Prix jeunesse 2016. Sans de (trop) longues présentations des partenaires et politiques, le rythme que Mourier a imposé à la cérémonie permit de casser l’ennui habituel de la litanie des prix, aidé il est vrai par une mère de famille assez interpellée car son fils ne lisait « que » de la bande dessinée. La salle a apprécié ce premier degré, à juste titre.

Sans transition, passons à la liste des prix :

- Prix des Écoles d’Angoulême : La Cantoche, premier service, par Nob chez BD Kids)

Nob, ravi de recevoir le prix, se fendit d’une petite déclaration aussi humoristique qu’interactive : « J’ai sans doute été récompensé car la cantine est une thématique qui parle aux enfants. D’ailleurs, leur adressa-t-il, Qu’est-ce que vous n’aimez pas manger à la cantine ? Vos réponses m’aideront pour les prochains tomes de la série ! »

« Les choux de Bruxelles, les endives, et les épinards », répondirent le jury d’enfants dont chacun parlait à tour de rôle, en levant le doigt, comme à l’école !

- Prix des Collèges de Poitou-Charentes : Ninn T1 La Ligne noire , Par Jean-Michel Darlot & Johan Pilet (Kennes Editions)

« Nous avons réalisé cette bande dessinée, expliqua le scénariste Jean-Michel Darlot, En suivant nos envies sans viser un public particulier. Nous sommes donc ravis qu’elle ait pu toucher les collégiens ! »

Un très bon choix du jury, car Ninn évoque avec intelligence et malice le cheminement d’une jeune adolescente face à la vie, mais aussi face à ses origines. À la fois social et fantastique, avec une belle ouverture vers le merveilleux, voici un excellent titre récompensé par les collèges de la région, qui salue l’opiniâtreté de Dimitri Kennes et sa jeune maison d’édition, qui ont cru dès le début à cette fable moderne.

Tébo et Mickey, apportent leurs premiers lauriers aux éditions Glénat

- Prix des lycéens de Poitou-Charentes : L’Homme qui tua Lucky Luke, de Matthieu Bonhomme (Lucky Comics).

Voici ce que nous disions dans notre article consacré à ce bel hommage : « En fin connaisseur du médium bande dessinée, Bonhomme a su habilement varier les ambiances pour livrer un récit qui se lit d’une traite. Après un début lugubre, l’alternance de moments intimes et de partage, ou de séquences non dénuées d’humour donne une belle cohérence au récit, permettant à toutes ces allusions et références de prendre le pas sur une intrigue un peu moins convaincante. Le lecteur ne s’y trompe pas, notamment dans une superbe séquence finale qui fait la part belle à la psychologie de l’homme qui tire plus que son ombre. »

Honoré par ce prix, Matthieu Bonhomme fit part de sa pensée du moment : « J’ai décidé de faire de la bande dessinée lorsque j’étais au lycée , a expliqué l’auteur. Sans savoir quel type de bande dessinée je pourrais réaliser dans le futur. Et plus tard, lorsque j’ai eu la chance d’accomplir ce désir, je me suis demandé ce que le lycéen que j’étais penserait des bandes dessinées que j’ai réalisées. Vous m’apportez une réponse qui me fait super plaisir, je suis très touché, merci ! Et merci à Madame Morris, et à mes éditeurs, de m’avoir permis de faire cette histoire à ma façon. »

- Prix du concours de la BD scolaire :

Sur les quelque six mille planches envoyées, voici les candidats récompensés :

Le prix Coup de cœur : Léopold Kalinda pour une très belle bande dessinée muette sur la différence Dans un monde sans berger
Le Prix du scénario : Kerrian Giammattei pour Bien vu Monsieur Darwin
Le Prix du graphisme : Elliot Royer pour Dessins jetés
Prix d’Angoulême : Clémence André pour Un monde à part, traitant de l’autisme, un handicap dont l’enfermement des personnes qui en sont frappées ne permet pas toujours d’en saisir l’importance notamment du grand nombre de familles touchées.

Les quatre lauréats du prix Concours de la BD scolaire : Léopold Kalinda, Kerrian Gianmattéi, Elliot Royer et Clémence André.
Face à Davy Mourier, Jean Solé et Benjamin Renner (parrain de cette édition 2017)

- Prix Jeunes Talents :

3e lauréat : Yannick Grossetête pour L’Étang
2e lauréat : Fabien Roché pour Jour 1 : Qu’est-ce que je fous là ?
1er lauréat : Nassim Sarni pour Jeux Olympiques des Athlètes aléatoirement répartis

Légende de la photo : Cheyenne Olivier, lauréate du prix en 2016.

- Prix Jeunes Talents Région de Poitou-Charentes pour Théo Masson et sa bande dessinée : Une Vie meilleure

- Prix du Challenge Digital

Vidu & Batraf pour leur œuvre interactive : L’Immeuble, construit tel un jeu de piste en bande dessinée, avec l’histoire qui s’écrit au fur et à mesure qu’on visite cette construction.

Fauve d’Angoulême - Prix Jeunesse

La cérémonie s’est conclue comme de coutume par la remise du Fauve Jeunesse. Le Jury composé des enfants avec Benjamin Renner, parrain de cette édition en tant que lauréat jeunesse de l’édition précédente. Et le prix a été attribué à Tebo pour La Jeunesse de Mickey.

Ce prix récompense très légitiment la vision dynamique de l’auteur concernant l’un des personnages qui berça son enfance. Que cela soit sur le fond, les personnages, ou les astuces graphiques de Tebo, ce fauve salue bien entendu le travail de Tebo, mais également l’impulsion donnée par Jacques Glénat pour revisiter avec truculence les personnages de Disney.

Avec le second degré qui le caractérise, Tebo prit la parole : « Je remercie mes neveux et nièces d’avoir voté pour moi. Et surtout merci à Jacques Glénat pour m’avoir forcé à faire cet album ! »

Tébo entouré par son jury de lycéens

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Toutes les photos sont : Didier Pasamonik (l’Agence BD).

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Un prix mérité pour ce très bel album !
    Je pense que le jury était composé de collégiens et non de lycéens.
    Les lycéens auraient peut être préféré le livre de Winshluss, excellent également mais avec des ressorts humoristiques plus "matures".

    Répondre à ce message

    • Répondu par Zot ! le 27 janvier 2017 à  18:37 :

      et une belle consécration pour cette collection Mickey revisité... Des fois, les licences commerciales peuvent révéler d’excellentes surprises !!

      Répondre à ce message