Angoulême désignée « Ville créative » par l’UNESCO

1er novembre 2019 0 commentaire
  • Créé en 2004 par l’UNESCO, le Réseau des villes créatives, fort de quelque 246 villes, a pour but de promouvoir la ville comme un laboratoire créatif mettant les industries culturelles au cœur de son développement. Il vient de désigner Angoulême dans le réseau des « villes créatives » au titre de la littérature.

C’est une victoire personnelle du maire de la ville, Xavier Bonnefont, qui a mené cette croisade. « Cette reconnaissance donne enfin ses lettres de noblesse à la bande dessinée comme un genre littéraire à part entière au niveau de l’UNESCO », écrit-il sur sa page Facebook non sans proclamer sa cité, de façon un peu grandiloquente, « capitale mondiale de la bande dessinée ».

C’est une jolie victoire en effet, menée avec le soutien de l’État, des collectivités régionales et des institutions locales de la Bande dessinée, dont la Cité Internationale de la bande dessinée, le Festival International de la BD et l’École Européenne Supérieure de l’Image. Et d’inviter toute le monde le mercredi 6 novembre prochain à 16h30, à Angoulême, dans les locaux du Musée de la BD aux Chais Magelis pour fêter l’événement !

Angoulême désignée « Ville créative » par l'UNESCO
Photo : Ville d’Angoulême

Prélude à « BD2020 »

Cette annonce arrive à point nommé pour lancer cette année 2020 déclarée « l’année de la Bande dessinée » par le ministre de la Culture Franck Riester et qui devrait, dans l’année qui vient, se concrétiser par des dizaines de manifestations supplémentaires pour la promotion du 9e art dans toute la France. On peut d’ailleurs d’ores et déjà inscrire ses événements à venir sur le site "BD2020" du Ministère de la Culture

C’est une satisfaction aussi pour la ville, ses habitants, amateurs de BD comme politiques, qui ont construit dans cette ancienne région papetière depuis la Renaissance les ressources pour créer une « Cité des images » unique en son genre dont la bande dessinée, depuis 1974, grâce au FIBD, est devenue l’étendard.

Autour d’elles, écoles et entreprises de l’image se sont agglomérées depuis presque 50 ans, dont le Pôle Magelis composé de plus de 100 entreprises et 12 écoles spécialisées dans ce secteur est la figure de proue.

Cet accessit s’accompagne d’un engagement en 9 points de la ville dans un cadre quadriennal repris sur le site « creativebd.angouleme.fr ». Beaucoup s’appuient naturellement sur les structures et des initiatives déjà existantes dans la ville (CIBDI, Maison des auteurs, EESI, FIBD, Magelis…) :

1. Animer une réflexion internationale sur la filière bande dessinée.
2. Partager des savoirs-faires sur la bande dessinée
3. Développer l’accueil pour la création
4. Protéger la création à l’international
5. Structurer l’aménagement de la ville par la bande dessinée
6. Faciliter l’accès à un enseignement universitaire de la bande dessinée
7. Défendre la création par des autrices
8. Promouvoir la création et le patrimoine à dimension internationale

DOCUMENT : Le plan d’actions pluriannuel proposé par la ville dans le cadre du réseau "Ville créative" de l’UNESCO.

On soulignera le point 7 qui se donne à favoriser le travail des autrices. La polémique de 2016 sur l’absence de femmes dans les nominations pour le Grand Prix est passée par là…

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?