Romans Graphiques

Dernier Week-End de janvier : le retour compliqué de Bastien Vivès à la comédie romantique.

Par Kelian NGUYEN le 12 août 2022                      Lien  
Après quelques aventures en haute mer, Bastien Vivès retrouve son terrain de jeu favori : la comédie romantique. Dans un cadre inédit, qu’il connaît cependant : celui du Festival international de la BD d'Angoulême. Avec une histoire d’adultère qui vient en tête de gondole de la rentrée 2022 de Casterman.

Après Corto Maltese, Bastien Vivès revient à ce qu’il sait faire de mieux : la comédie romantique. On s’attendait à un retour fracassant sur son premier terrain de jeu. Fracassant, il l’est, mais il suscite bien des interrogations.

Le cadre, on vous le présente : comme chaque année, Denis Choupin auteur de BD, vient exécuter sa corvée de représentation en janvier au Festival international de la BD d’Angoulême. Il a la cinquantaine, un peu d’embonpoint, une calvitie naissante et une moustache à la Gérard Jugnot. Après bien des années paisibles mais un peu ternes, la notoriété semble enfin pointer le bout de son nez.

Passage obligé, sa présence dans ce genre d’événements relève plus -soyons clairs- de la contrainte que du plaisir. Denis a, à côté, une vie de famille bien rangée dont un fils qui doit célébrer ses fiançailles impérativement le dernier jour de la grand-messe angoumoisine. Le séjour de Denis sera donc écourté pour cette édition.

Sauf qu’à Angoulême, il existe des points de passages inéluctables : les retrouvailles entre collègues, les courtisaneries avec les éditeurs, les négociations avec les collectionneurs-acheteurs... Rien de bien fascinant.

Jusqu’à ce que Denis croise la route de Vanessa, la femme d’un collectionneur de BD qu’elle accompagne parce qu’il le faut bien. Entre le dessinateur et la ravissante, on sent bien que quelque chose se noue. Et, pendant les quelques jours qui les réunissent encore, les deux amants vont goûter aux délices du fruit défendu.

Dernier Week-End de janvier : le retour compliqué de Bastien Vivès à la comédie romantique.

On ne présente plus Bastien Vivès, l’auteur de comédies romantiques touchantes et vraies telles que Le Goût du chlore ou Le Chemisier (Casterman.) C’est un auteur qui excelle dans les récits de tranches de vie. Il manie avec génie les formes, les sentiments et la vérité et connaît très bien le FIBD pour y avoir remporté en 2009 le Prix Révélation pour Le Goût du chlore et le Prix de la série pour Last Man en 2015.

Récemment père de famille, approchant de la quarantaine, Bastien Vivès nous présente, ici, une idylle improbable : la distance qui sépare les deux amants mène à une histoire sans remord ni lendemain. La tentation et le fantasme guident leur aventure, de manière rectiligne, jusqu’à la faute.

Le point culminant de cette romance est la scène de danse entre Denis et Vanessa. Bastien Vivès retrouve ici sa virtuosité dans le dessin des corps. Seuls quelques traits suffisent pour exprimer et transmettre les sensations que ressentent les protagonistes. Ces formes plus ou moins abstraites ondulent de page en page dans le tourbillon d’une foule de fêtards. La scène de lit (très attendue, évidemment) est, elle, beaucoup plus prude. Ce qui est plutôt surprenant pour un auteur publié dans la collection BDcul...

Cette aventure est-elle vécue ou fantasmée ? Cela ne nous regarde pas. En sous-texte, cependant, on sent poindre une interrogation bien plus universelle : aime-t-on vraiment ceux qu’on aime ? Où commence et où s’arrête le jeu social des apparences ? A-t-on laissé passer les années en étant certain de ne pas se fourvoyer ? Les réponses à ces questions existentielles ne sont pas évidentes. C’est tout l’enjeu de ce Dernier week-end de janvier.

(par Kelian NGUYEN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782203243200

PAR Kelian NGUYEN  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD