Elles T. 1 : La Nouvelle(s) – Par Aveline Stokart et Kid Toussaint – Le Lombard

11 mai 2021 5
  • Elles : premier album d'une série qui s'annonce prometteuse sur le changement de personnalité. Si, au scénario, Kid Toussaint, commence à devenir un auteur reconnu, au dessin, Aveline Stokart, signe un premier album réussi.

Elle, elle est une jeune fille semblable à toutes les lycéennes de son âge. Pour cette nouvelle année scolaire, elle rejoint un nouvel établissement, où sa personnalité fraiche et positive l’aide assez facilement à intégrer une bande d’amis. Elle devient rapidement très proche du groupe, où l’on trouve Maëlys sa meilleure amie, Linotte l’étourdie, Otis qui trouve joli tout ce qui est vaguement féminin, ainsi que Farid le trublion.

Mais, Elle n’est pas seule dans sa tête et si, pendant des mois, elle a su contenir ses multiples personnalités, un jour, un événement va les réveiller. Chacune des différentes Elle(s) est liée à des émotions et des humeurs différentes, que la Elle « de base » ne peut contrôler. Et ce photographe qui la suit pour la prendre discrètement en photo, est-il lié au mystère de la naissance de Elle ?

Elles T. 1 : La Nouvelle(s) – Par Aveline Stokart et Kid Toussaint – Le Lombard
Aveline Stokart et Kid Toussaint - Elles - © Le Lombard

Au premier abord, les dessins et les couleurs girly de cet album peuvent donner l’impression d’une aventure réservée aux jeunes ados. Certes, le thème de la construction identitaire, représenté par la personnalité fragmentée de Elle, intéressera particulièrement les adolescents, mais Kid Toussaint ajoute des éléments accrocheurs à l’intrigue principale, qui font que chacun trouvera son compte avec cet album. Ce serait une erreur de considérer Elles uniquement comme une BD jeunesse. Car au-delà de ses multiples personnalités, Elle est entourée de mystères, qui vont l’envoyer chercher des réponses dans son passé et l’amener à mener une réflexion sur ces phénomènes.

Aveline Stokart et Kid Toussaint - Elles - © Le Lombard

Le changement de personnalité, qui est le thème central de l’album, est montré de manière subtile. La transformation de l’héroïne est représentée par sa couleur de cheveux, qui change lorsqu’une autre Elle entre en action. Cette astuce facilite la lecture et permet de ne pas perdre le fil entre les cinq Elle. Les personnages secondaires réussis apportent chacun au récit, entre ceux qui servent comme élément comique et ceux qui sont des clés qui permettent de faire progresser l’intrigue.

Aveline Stokart et Kid Toussaint - Elles - © Le Lombard

Au dessin, Aveline Stokart, qui a travaillé jusqu’ici dans l’animation, signe sa première bande dessinée, avec des graphismes qui ne laissent pas indifférent, proches des meilleurs dessins d’animation. Elle rend ses personnages très expressifs, idéal dans une bande dessinée qui a pour thème le changement d’humeur. C’est notamment le cas pour Elle, dont le changement de personnalité peut se lire facilement sur le visage. Fort de son expérience dans le milieu de l’animation, la dessinatrice utilise des procédés cinématographiques comme le flou pour réduire la profondeur de champ. La dessinatrice n’hésite pas à donner un côté poétique à certaines scènes, renforçant les émotions à la lecture. Un joli premier essai.

(par Adrien LAURENT)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • question aux spécialistes : c’est quel type de dessin ? c’est fait avec illustrator ?
    parce que ces décors sans trait je comprends pas trop comment c’est fait.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Auteur-trice le 11 mai à  10:02 :

      C’est fait à l’ordi, certainement en vectoriel, mais pas obligé, si les décors vous posent question c’est juste parce qu’ils sont flous pour donner de la profondeur de champs, ce n’est pas très compliqué à faire, surtout que c’est les mêmes décors qui servent plusieurs fois.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 mai à  11:26 :

        merci pour l’explication, en vectoriel il faut quand même faire un croquis j’imagine ? sinon les personnages seraient pas juste

        Répondre à ce message

        • Répondu par Robert le 11 mai à  19:41 :

          Pas forcément, tout dépend de la maîtrise du dessin en général et de la maîtrise d’Illustrator en particulier.
          Et certains dessinateurs font des croquis numériques à la tablette graphique avant de finaliser avec tel ou tel outil (Illustrator, Photoshop, Painter, etc.).

          Répondre à ce message

          • Répondu le 12 mai à  08:07 :

            Si on fouille un peu (sur Instagram), on découvre qu’Aveline Stokart utilise un Ipad avec crayon et le logiciel Procreate.
            L’influence Disney/Pixar est très évidente et l’artiste ne s’en démarque pas. Le goût d’une génération qui a grandi avec Toy Story et Les Indestructibles.

            Répondre à ce message