Entre joie et polémique

13 janvier 2005 0 commentaire
  • L'événement incontournable « de toute la profession » et des bédéphiles ouvrira ses portes dans une poignée de jours.

Joann Sfar décrivait l’ambiance
du festival par ces mots : « c’est un rendez vous annuel bourré de défauts où personne n’est jamais content mais où on s’amuse bien. Depuis treize ans que j’y vais, c’est toujours comme ça, on râle, mais on râle tous ensemble ». Mais comme le soulignait Benoît Mouchart sur notre forum, c’est également une manifestation culturelle destinée au grand public où se pressent 200.000 visiteurs.

Les ouvrages sélectionnés pour les différents prix ont d’emblée suscité une vive polémique. Pourtant, ces livres sont pour la plupart audacieux, intéressants et sont le reflet du meilleur de la bande dessinée franco-belge et internationale.

Les médias accordent généralement une large couverture au festival de la bande dessinée d’Angoulême. C’est l’occasion pour les curieux de découvrir différemment un art qu’ils ne connaissent peut-être que par les classiques des années 60 ou par les best-sellers. Angoulême est un événement, et même s’il fait grincer quelques dents, les répercussions culturelles, économiques, humaines et médiatiques sont importantes.

Même si l’ambiance ne sera pas tout à fait la même de par la récente disparition de Will Eisner, admiré par une grande partie de la profession, gageons que cette édition sera un très bon cru.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?