Jylland : un "Game of Thrones" viking

17 avril 2021 0
  • Première véritable série des Éditions Anspach, Jylland devrait marquer les lecteurs amateurs de complots et de sociétés rudes, où l'on n'hésite pas à trahir et à assassiner ceux qui se mettent en travers de son chemin. Sus au manichéisme !

Eu égard à ses anciennes fonctions de rédacteur en chef d’ActuaBD, nous avons toujours fait preuve d’une certaine réserve concernant les albums édités par Nicolas Anspach. Mais force est de constater que notre ancien collègue sait mener sa barque : en trois années, il a su alterner production propre et édition de titres étrangers avec discernement et constance dans la qualité. Parmi ces traductions, nous avions notamment remarqué L’Exilé, un western shakespearien au temps des Vikings. Et voilà que la série que les Éditions Anspach lance cette semaine traite à nouveau des peuples du nord, une traduction issu du catalogue de l’éditeur hollandais Uitgeverij L.

Jylland : un "Game of Thrones" viking

Notre récit débute alors le chef viking Sten rentre dans son royaume avec son équipage après une campagne de pillages de plusieurs mois. Grâce à sa ruse et à sa hargne, car Sten est peu soucieux des victimes de ses méfaits, ises cales sont pleines d’or, pour le bonheur de son équipage. Et encore, il n’a pas tout pris, et a laissé une partie de son trésor de guerre sous bonne garde.

Mais la situation a changé dans son pays natal. Son père mourant, le roi Magnulv, a décidé de convertir son peuple au christianisme qui ne glorifie pas la violence comme c’était le cas pour les dieux d’Asgard. Il souhaite que tous les royaumes de Jylland (soit la partie septentrionale de l’actuel Danemark) soient pacifiés. L’ancienne culture viking doit être définitivement abandonnée. Plus de pillages et de combats ! Place au commerce...

Épuisé, le roi Magnuluv meurt, et Rodor le frère de Sten, succède à son père, souhaitant maintenir cette politique pacifique. Au point que Sten n’est même pas autorisé à conserver ses trésors conquis. Révolté, il cherche à combattre cette nouvelle politique... Mais comment tuer une religion ?


La couverture originale du tome 1

Si vous avez apprécié les jeux de pouvoir de Game of Thrones, les coups retors et les trahisons de Jylland vous captiveront. Certes, l’album prend le temps bien présenter ses personnages avant de monter en régime, mais Jylland est une série, même la première de la jeune maison d’édition, et on s’attend à encore beaucoup de retournements de situations concoctés par le scénariste Bruno De Roover.

La couverture d’origine du tome 2

Quant au dessin du Polonais Przemyslaw Klosin, s’il n’égale pas celui de son compatriote Rosinski sur Thorgal, il ne démérite pas non plus, jouant sur les volumes et les couleurs pour dépeindre une société pleine d’authenticité, de testostérone et de vent salé. On peut d’ailleurs être étonné du choix de cette couverture où le personnage central apparaît tout en puissance, mais on comprend mieux cette posture après avoir lu ce premier récit, surtout que la couverture originale était bien moins réussie.

Tout l’intérêt de Jylland se place dans la construction du personnage central. Sten a tous les comportements d’un salaud, mais on ne peut s’empêcher de s’attacher à lui, comprenant la situation dans laquelle il se trouve. Et l’on admire presque les stratégies qu’il ourdit avec habilité.

Jylland séduit et le tome 2 s’annonce déjà pour le mois d’octobre, et le tome 3 pour avril prochain. Avec les personnages bien en place, on s’attend encore à pas mal de retournements de situation... pour ceux qui n’auront pas été abandonnés sur le bord de la route !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Du même auteur, lire notre chronique : "L’Exilé", un western shakespearien au temps des Vikings

  Un commentaire ?