Les nouvelles aventures de Cubitus, T6 : Mon chien à moi – Par Rodrigue & Aucaigne – Le Lombard

11 septembre 2010 3
  • Contraints à loger sous le même toit, Cubitus et Sénéchal rivalisent en gags et au travers des âges pour estimer qui est le plus méritoire. Plus orientés dans la ligne de Dupa, ces nouvelles aventures méritent le coup d’œil !

En l’absence de son voisin, Sémaphore a fort complaisamment accepté de garder son chat Sénéchal, éternel ennemi de Cubitus. La cohabitation risque d’être difficile !!! Pour calmer les esprits, Sémaphore a une idée brillante : revoir les rapports chien-chat à travers l’Histoire, les inventions, et le sport. Les liens entre Cubitus et Sénéchal s’en retrouveront peut-être renforcées…

Ainsi que nous l’avions déjà présenté, l’humoristique Pierre Aucaigne accompagné par Michel Rodrigue au dessin ont repris le réputé chien blanc dans de nouvelles aventures. Si le comique absurde, voire surréaliste, était la cheville ouvrière de Dupa, Aucaigne avait désiré s’aventurer également sous des horizons plus modernes, avec des fortunes diverses. Certes, le papa de Cubitus l’avait expérimenté avant lui, mais n’est pas Dupa qui veut, et cet excès de modernité tombait souvent à plat.

Les nouvelles aventures de Cubitus, T6 : Mon chien à moi – Par Rodrigue & Aucaigne – Le Lombard
Un hommage à un autre célèbre duo de la bande dessinée

Les premiers gags de ce sixième tome viennent tristement confirmer cet état de fait : certains sont drôles, mais d’autres ratent leur effet. Rodrigue ne ménage pourtant pas ses efforts : excepté une couverture qui ne restera pas dans les annales, il a très bien adopté le style de Dupa. Sans réelle consistance, on en viendrait bien vite à ranger le recueil lorsqu’une excellente idée surgit après le premier tiers de l’album : faire cohabiter Cubitus et le chat Sénéchal, dont certaines disputes verbales n’étaient sans rappeler celles de Talon et Lefuneste, les héros de Greg, le mentor de Dupa.

Cette cohabitation permet donc à Aucaigne de nous livrer des gags dignes de ce nom, faisant voyager nos protagonistes au travers des âges, la plupart respectant la tradition de l’imaginaire absurde et délirant du créateur d’origine. L’album se conclut d’ailleurs sur une parodie du film de King-Kong dont le propos rappelle les courts-récits illustrant les thèmes des Super Tintin et qui ont fait à l’époque le délice des lecteurs.

Au final, ces sixièmes nouvelles aventures se lisent avec plaisir malgré des niveaux de gags très divers. Reste à espérer que le tome 7 garde la verve découverte en fin de volume.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Ces nouvelles aventures de Cubitus, ce sont aussi :
- les chroniques des tomes 1 et 4.
- l’interview de Rodrigue & Aucaigne

 
Participez à la discussion
3 Messages :