"Mao" : Rumiko Takahashi revient en force dans nos librairies

6 juillet 2020 0 commentaire
  • La créatrice géniale du cultissime "Ranma 1/2", Grand Prix du festival d'Angoulême en 2019, Rumiko Takahashi revient en force avec "Mao", une nouvelle série dans une veine shonen à base d’exorcistes, de yokais et de voyages entre les époques. Elle signe là son grand retour au Japon, et les deux premiers tomes viennent d'être édités en français par Glénat, présageant d'une série au long cours des plus passionnantes.
"Mao" : Rumiko Takahashi revient en force dans nos librairies
MAO © 2019 Rumiko TAKAHASHI / SHOGAKUKAN.

Le sacre de Rumiko Takahashi à Angoulême en 2019 avait défrayé la chronique, autant que son absence au festival cette année. Le Grand Prix qu’elle y avait reçu couronnait l’ensemble de sa carrière, depuis ses débuts avec Lamu à son œuvre-phare Ranma 1/2. Si son importance dans l’histoire du manga est indéniable, elle est peut-être encore plus marquante en France, car elle a participé très activement à la popularisation du manga dans l’Hexagone dans les années 1990 avec les adaptations animées de ses séries qui passèrent dans le fameux Club Dorothée.

Son œuvre a pour ainsi dire façonné la passion française pour le manga et a préfiguré, dès la fin des années 1980, la vague nippone qui allait par la suite déferler dans le vaste monde du 9e art européen. Logique donc de la voir recevoir la prestigieuse statuette d’Angoulême l’année dernière.

Son absence de la programmation de l’édition 2020 du festival n’en était donc que plus étrange et regrettable, laissant parfois même planer rumeurs et craintes sur sa santé. Mais pas de panique : la pionnière du shonen au féminin va bien, en atteste sa dernière série en date actuellement prépubliée au Japon dans l’hebdomadaire Weekly Shonen Sunday de l’éditeur Shogakukan, et par Glénat chez nous : Mao. Elle avait décliné l’offre pour des raisons familiales.

Nanoka et sa première confrontation avec un démon.
MAO © 2019 Rumiko TAKAHASHI / SHOGAKUKAN.

Dans cette nouvelle série, on suit les aventures de Nanoka, une jeune fille dont les parents ont disparu lors d’un accident quand elle était enfant, accident dont elle est par miracle la seule rescapée. Maintenant adolescente, elle découvre par hasard un portail vers une version fantastique du Japon des années 1920 peuplée de yokais, ces célèbres démons de la mythologie japonaise.

Là, elle fera la connaissance de Mao, héritier d’une caste de docteurs mystiques appelés les maîtres omnyos, qui traque sans relâche un démon-chat très puissant depuis plus de 900 ans et dont le destin semble lié à celui de Nanoka. Ensemble, et accompagnés d’Otoya, l’apprenti de Mao, ils lutteront contre des forces démoniaques et tenteront d’entraver l’accomplissement d’une prophétie prédisant la fin du monde...

Seuls les pouvoirs d’un maître omnyo peuvent libérer quelqu’un de l’emprise d’un démon.
MAO © 2019 Rumiko TAKAHASHI / SHOGAKUKAN.

Dans Mao, on retrouve tous les ingrédients qui font le succès de la "recette Takahashi". Un humour candide, des personnages attachants au caractère atypique, et un savant mélange de culture et superstition traditionnelle, de récit historique et de quête initiatique. La série n’est d’ailleurs pas sans rappeler Inu Yasha, un des plus grands succès de l’autrice, dans lequel on retrouve aussi une jeune fille projetée dans le passé pour lutter contre des yokais aux côtés d’une mentor puissant et mystérieux.

La trait de l’autrice, fidèle à son style reconnaissable entre mille, sert à merveille une intrigue prenante dès les premières pages de cette artiste qui excelle autant pour raconter des histoires que pour les dessiner.

Mao et Otoya.
MAO © 2019 Rumiko TAKAHASHI / SHOGAKUKAN.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

• “Mao T. 1" - Par Rumiko Takahashi - Glénat - 01/07/2020 - 192 pages - 6,90€.

• "Mao T. 2" - Par Rumiko Takahashi - Gménat - 01/07/2020 - 192 pages - 6,90€.
Acheter "Mao T. 2" sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

  Un commentaire ?