Matt Kindt ("Du sang sur les mains") : "Je voulais faire une œuvre qui ne pouvait pas être faite avec autre chose que les comics."

19 février 2018 0 commentaire
  • À la fois scénariste et dessinateur, Matt Kindt est un auteur américain important, qui alterne récits de super-héros pour Valiant Comics notamment et productions plus personnelles, souvent dans le genre du polar. À l'occasion de la sortie française de son livre "Du sang sur les mains" aux éditions Monsieur Toussaint Louverture, nous l'avons rencontré pour vous.

Remontons quelques années en arrière, lorsque vous faisiez des fanzines : est-ce que vous pouvez nous raconter un peu plus en détail cette période ?

Matt Kindt : J’ai commencé par lire des comics, notamment le Daredevil de Frank Miller. J’étais un fan de Marvel Comics et plus tard j’ai commencé à faire mon propre comics en adaptant Le Puits et le pendule d’Edgar Allan Poe : j’en ai fait mon premier fanzine.

Quelles sont vos références comme auteur de comics ?

J’ai lu des comics jusqu’au lycée. Je lisais beaucoup de comics de super-héros : les X-Men de Chris Claremont... Mais j’ai voulu changer et j’ai lu Eightball de Dan Clowes et c’est ce qui m’a vraiment inspiré. C’est ce qui a fait que je me suis dit "- Là je veux faire du comic-book".

Vous êtes notamment connu pour avoir écrit de nombreuses histoires autour du polar, du roman noir, des histoires puzzle : pourquoi cet attrait pour ces récits-là ?

Je voulais faire une œuvre qui ne pouvait pas être faite avec autre chose que les comics. Quelque chose qu’on ne peut pas faire avec le roman ou au cinéma. Je voulais faire également une œuvre qui reste. La plupart des comics, on les lit en dix minutes et puis c’est terminé. Je voulais faire une chose sur laquelle les gens peuvent revenir rechercher des choses, lire une deuxième fois et découvrir du nouveau à chaque fois.

Matt Kindt ("Du sang sur les mains") : "Je voulais faire une œuvre qui ne pouvait pas être faite avec autre chose que les comics."
Super Spy ©Top Shelf Productions

Une de tes précédentes histoires, Super Spy, était sortie en webcomics, pourquoi ce format du webcomic et quelles sont les particularités de ce média ?

Ce que je voulais faire, c’était tout d’abord montrer une façon différente de faire de la narration. Avoir des cases qui se succèdent et non pas des pages qu’on tourne, trouver quelque chose d’original dans la narration. Pour ça, le web était quelque chose d’intéressant.

Pour être honnête, je ne pensais pas que ça sortirait sur papier et j’ai retravaillé Super Spy car ce n’était pas prêt pour le format papier. Ce qui m’intéresse, c’est la façon dont on perçoit le média, la façon de lire, c’est vraiment ce qui m’intéresse dans une bande dessinée.

Depuis 2014, vous participez à la refondation de l’univers Valiant Comics. Qu’est-ce qui change par rapport à vos créations personnelles, quelles différences pouvez-vous noter dans la conception de l’histoire par rapport à une série comme Pistolwhip ou Superspy ?

La différence se fait surtout avec les artistes avec qui je travaille. Ils ont tous un style différent, ils ont leur façon de dessiner. Mais personnellement, je ne change pas ma façon d’écrire, j’écris comme j’écrirais mon travail personnel et ils me laissent faire. Je peux faire des histoires spéciales avec des super-héros, un petit peu étranges et je suis assez libre de le faire.

Du Sang sur les mains. De l’art subtil des crimes étranges © Matt Kindt / Monsieur Toussaint Louverture 2018

Un mot sur votre dernière sortie, Du sang sur les mains : en dehors de l’aspect polar, il y a tout un travail sur le neuvième art, comment travaillez-vous les histoires spécifiques à ce genre ?

Je démarre toujours avec l’histoire, elle provoque le travail que je fais sur les planches : ces planches noires dans lesquelles deux personnages s’affrontent et j’ai ce personnage qui voit tout en noir & blanc, qui parle toujours de justice et je me suis demandé quelle serait la meilleure représentation de cette vision. C’est toujours l’histoire qui va dicter et j’avance en suivant, c’est l’histoire qui me porte.

En France, 36 % des auteurs de bandes dessinées vivent sous le seuil de pauvreté. Ce constat est aussi avéré aux États-Unis. Est-ce que vous voyez des améliorations à venir sur la condition des auteurs ?

En fait, pour être tout à fait honnête, je pensais que c’était plus que cela. Je travaille dans un studio avec deux autres artistes : un qui a mon âge et une qui est plus jeune. Comme je leur dis souvent : la bande dessinée est un média pour les jeunes et les vieux. Il n’y a rien au milieu.

Quand on a 20 à 25 ans, soit on continue, on explose d’un coup, on a du succès et ensuite on s’efface. Soit on essaie d’avoir du succès et ça n’arrive jamais. Soit vous êtes un artiste jeune et vous essayez, vous essayez, vous essayez puis vous devenez vieux et peut-être que le succès arrivera mais c’est une industrie très compliquée et je suis vraiment étonné qu’il n’y ait pas plus de pauvreté.

Propos recueillis par Clément Duval

Du Sang sur les mains. De l’art subtil des crimes étranges © Matt Kindt / Monsieur Toussaint Louverture 2018

Voir en ligne : Le site de l’auteur

(par Clément DUVAL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Du Sang sur les mains. De l’art subtil des crimes étranges - Par Matt Kindt - Monsieur Toussaint Louverture - titre original : Red Handed : The Fine Art of Strange Crimes (First Second, 2013) - traduit de l’anglais (États-Unis) par Martine Céleste-Desoille - 18 x 26 cm - 272 pages en quadrichromie - dos rond, cahiers cousus, jaquette - parution le 18 janvier 2018 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de l’auteur.

Lire également sur ActuaBD :
- L’Histoire secrète du géant - Par Matt Kindt (traduction Sidonie Van Den Dries) - Futuropolis
- Justice League T4 - Par Goeff Johns, Matt Kindt & David Finch (Trad. Edmond Tourriol) – Urban Comics
- Marvel Knights Spider-Man - 99 problèmes - Par Matt Kindt et Marco Rudy (Trad. Ben KG) - Panini Comics
- Rai T.1 - Par Matt Kindt et Clayton Crain (Trad. Makma / Ben KG) - Panini Comics
- Rai T. 2 - Par Matt Kindt et Clayton Crain (Trad. Makma / Ben KG) - Panini Comics
- Suicide Squad T4 - Par Matt Kindt & Patrick Zircher - Urban Comics
- Poppy ! et le lagon perdu - Par Matt Kindt et Brian Hurtt - Gallimard BD
- "Du Sang sur les mains" : Matt Kindt ne ménage pas nos méninges

  Un commentaire ?