Newsletter ActuaBD

Sotheby’s : dispersion d’une collection d’exception. Vers de nouveaux records ?

  • La maison de vente Sotheby’s réalise la dispersion de la collection de J-A Schoofs, renommée pour la qualité de ses originaux des pères fondateurs de la bande dessinée, tant européenne qu’américaine. Une vente qui devrait atteindre de nouveaux records !

Enthousiasmés par le succès de la vente Bande Dessinée de mars dernier, Sotheby’s a préparé une nouvelle vente uniquement dédiée au neuvième art et prévue pour le 24 octobre prochain. Cette vacation constitue en réalité la dispersion des plus beaux originaux du grand collectionneur belge Jean-Arnold Schoofs.

Celui-ci fut parmi les premiers à estimer qu’une collection de qualité doit intégrer les pères fondateurs, tant européens qu’américains. En 2009-2010, il s’était déjà séparé d’une partie importante de sa collection, tout en gardant des œuvres basée sur les ces créateurs pionniers. Cette sélection d’une soixantaine de pièces est complétée d’une soixantaines d’objets 3D (Aroutcheff, Leblon-Delienne, Fariboles, etc.) et de tirages de tête (Golden Creek Studio, Marsu Productions, etc.) consacrés à ces maîtres du franco-belge. Mais intéressons-nous surtout aux planches originales qui rendent cette vente exceptionnelle.

Sotheby's : dispersion d'une collection d'exception. Vers de nouveaux records ?
Une partie de la collection est constituée de statuettes 3D.
DR

Le franco-belge au sommet de son âge d’or

À tout seigneur tout honneur, la double-planche du Sceptre d’Ottokar sera certainement le clou de la vacation, et pourrait dépasser le million d’euros. Parue le 6 juillet 1939 dans Le Petit Vingtième, elle préfigure les heures sombres que va vivre l’Europe dans les semaines suivantes [1]. La continuité de l’action, le travail de découpage et de cadrage, la pureté des lignes et la montée du suspense en font un modèle du genre. Même si Jacobs ne fit la rencontre d’Hergé qu’en avril 1941 [2], on comprend que cette rigueur a fortement influencé l’auteur du Secret de l’Espadon !

La double-planche de Tintin
© Hergé / Moulinsart / Casterman

Cet autre maître du franco-belge est d’ailleurs mis à l’honneur avec deux magnifiques planches, tirée de deux plus emblématiques récits de Jacobs. La planche 42 de La Marque Jaune présente la poursuite dans les docks embrumés : une scène très dynamique, et même si Blake en est absent, le fameux criminel y apparaît à deux reprises. Sachant que la précédente planche de cet album a atteint plus de deux cent mille euros, et qu’elle est moins belle que cette splendide séquence, on peut s’attendre à ce que les enchères atteignent des records !

La seconde planche, en couleurs directes, est issue du Rayon U (mars 1944), une première version exempte de dialogue, car dont le texte n’était placé que dans des récitatifs. Cela n’enlève rien à la mise en scène, ni à l’innovation de présenter un personnage féminin qui domine l’action, fait rare pour l’époque. Ce dessin sert d’ailleurs de couverture au catalogue de la vente.

E. P. Jacobs - La Marque Jaune - Vente Sotheby’s en 2015
© E. P. Jacobs / Blake & Mortimer

D’autres bandes issues du Journal Tintin sont également présentes. Et l’on suppose que J-A Schoofs a eu le choix lors de l’achat des planches car chacune d’entre elle symbolise le point culminant des aventures : Chlorophylle contre les conspirateurs avec la séquence de la fusée qui a inspiré la couverture de l’album ; Alix dans Le Sphinx d’or qui présente une séquence de chute en montagne et l’apparition dudit Sphinx d’or ; Lefranc dans La Grande Menace lorsque Borg dévoile sa fusée (présence de Lefranc et de Jean-Jean) ; sans oublier Michel Vaillant en lutte acharnée avec Le Pilote sans Visage sur le mythique circuit de Monaco ! Cette dernière planche pourrait d’ailleurs établir un nouveau record pour Jean Graton. Deux planches de Cuvelier viennent parachever ce tour des grands auteurs du Journal de Tintin.

Jean Graton - Le Pilote sans Visage
© Jean Graton

L’école de Marcinelle n’a pas à rougir de cette concurrence : la planche des Pirates du Silence réunit Spirou, Fantasio, Spip, le Marsupilami et le Comte de Champignac. Franquin y prouve également son amour du design avec une sculpture très tendance à la Henry Moore, sans oublier une superbe Cadillac Eldorado qui montre son attrait pour les automobiles américaines.

Peyo n’est pas en reste avec une magnifique planche de L’Anneau des Castellac dans laquelle Pirlouit s’apprête à donner un récital lors d’un banquet. Mentionnons une planche issue de Gil Jourdan (Surboum pour 4 rouesTillieux compose une poursuite automobile pleine de réalisme et d’effets techniques parfaitement maîtrisés. Dans la même thématique, la planche de Tif et Tondu (Plein Gaz) dispose d’une grande case qui prend la moitié de la planche et présente le départ de la course sud-américaine.

Franquin - Les Pirates du Silence (décors de Will)
© Franquin & Dupuis

Si les amateurs d’avions et d’hélicoptères n’auront d’yeux que pour la planche de Buck Danny, nous vous conseillons de regarder celle du Château maudit qui sera certainement beaucoup plus abordable. Ayant repris Valhardi depuis quelques temps, Eddy Paape ne ménage pas ses efforts pour traduire l’ambiance presque fantastique de cette intrigue : admirez la texture des murs !

Eddy Paape retrouve Jean-Michel Charlier avec Le Château Maudit
© Eddy Paape / J. M. Charlier et Dupuis

Une planche de Jean Valhardi tome 2 (Jijé) est également vendue, avec de conséquentes indications de couleurs. Dans la même gamme de prix, la planche du Signe Indien (La Patrouille des Castors) est sympathique sans être exceptionnelle. Tout le contraire pour la magnifique planche de Jerry Spring dans laquelle Jijé plante une séquence pleine de tension au cœur des Mesas.

Jijé révolutionne le western avec Jerry Spring
© Jijé / Dupuis

Bien d’autres planches sont très représentatives de leurs auteurs et de leurs aventures marquantes : encore Jijé avec Don Bosco (seconde version), Calvo, Craenhals avec Pom et Teddy ainsi qu’une belle planche d’Aventure à Sarajevo, Bob de Moor, les Funcken , Gillon, René Follet, Greg, Hausman, Remacle, Sirius (L’Épervier bleu et Timour), etc. Malgré la qualité de certaines de ces pièces, la demande actuelle ne devrait pas faire monter les prix, c’est donc l’occasion de s’offrir, pour ceux qui peuvent se le permettre, une très belle pièce à un montant raisonnable.

Notons encore quelques lots très particuliers :
-  Deux planches de jeunesse de Tibet où Chick Bill, Dog Bull, Petit Caniche et Kid Ordinn évoluent dans Les Carottes sont cuites. Ils ont encore leurs têtes d’animaux.
-  Deux planches de Bob & Bobette : Le Roi boit et La Frégate fracassante. Mais la méconnaissance française de Vandersteen ne devraient pas permettre à ces beaux originaux d’atteindre leur côte.
-  Une planche de La Ballade des Dalton dont on peut légitimement se demander si elle est vraiment de Morris, l’auteur de Lucky Luke ayant refusé de dessiner cette adaptation du film pour une bande dessinée. Certains visages laissent planer un sérieux doute…

Une planche de Lucky Luke attribuée à Morris...
© Morris / Goscinny / Dargaud
Astérix apr Albert Uderzo et René Goscinny
© Uderzo / Goscinny / Hachette / Albert-René

Terminons ce tour d’horizon franco-belge avec un autre grand dessinateur : Albert Uderzo. Trois pièces assez différentes sont proposées : un dessin réaliste pour Bonne soirée, une planche Astérix et Cléopâtre, ainsi qu’une rarissime couverture présentant Astérix, Obélix & Idéfix. Une couverture de 1969 a été adjugée en mars 2015 à plus de cent cinquante mille euros : celle-ci pourrait atteindre le même montant. Quant à la planche de l’attaque du palais de Cléopâtre, elle évoque une des plus célèbres histoires des Gaulois, en proposant des situations bien différentes en seulement sept cases. En plus de l’architecture du palais, on retrouve aussi bien des Romains que Panoramix, et Idéfix. Cet original dédicacé par le couple Uderzo pourrait atteindre des sommets !

Terminons ce tour d’horizon du franco-belge en signalant une résine qui a été réalisée en un seule et unique exemplaire : une statue de plus de deux mètres représentant Monsieur Choc, doté d’un certificat signé par Will en 1996. Une pièce de musée !

Des chefs d’œuvres des pionniers américains

Si la diversité et la qualité des œuvres franco-belges laisse pantois, la sélection des planches d’avant-guerre américaines est tout simplement sidérante !

Même si le catalogue a étrangement mélangé les styles et les origines, osons quelques regroupements. L’on distingue d’abord les pionniers : la superbe planche de Little Nemo (1910) par Winsor McCay est sans doute le fer de lance de ce sélection américaine, avec l’original de Krazy Kat(1922) dans lequel George Herriman démontre son humour et sa maîtrise du découpage. Parmi ces pionniers, la planche de Buster Brown datant de 1904 fait figure d’avant-garde : Richard Outcault fait preuve d’un incroyable mouvement dans chaque case et l’on profite de ses indications de couleurs à l’aquarelle.

Goscinny & Uderzo à l’unisson, au moment où le grand public était touché par la folie Astérix
© Goscinny / Uderzo / Hachette / Albert-René
Buster Brown par Richard Outcault
© Fair Use

La vacation regroupe également quelques strips remarquables ! Notamment, cette incroyable bande de Buck Rogers dans lequel Dick Callins déploie non seulement son indéniable maîtrise graphique des hachures, mais également sa créativité dans des inventions très réalistes pour une des premiers récits historiques de la BD de science-fiction.

Réalisé en 1936, le strip de Floyd Gottferson devrait également passionner les spécialistes : il réunit Dingo, Donald et Mickey, ce qui est très rare ! Mickey et Donald s’y affrontent poliment en développant les caractères bien connus des lecteurs. L’encrage est tout simplement superbe, et la posture de Donald dans la dernière case touche au génie !

Mickey, Donald et Dingo réunis dans un strip de Floyd Gottferson
© Walt Disney Company - Fair Use

Tout autre univers, celui de Fred Harman et son Red Ryder connu des lecteurs du Journal de Spirou : l’encrage du visage de Petit Castor est remarquable, et il faut noter l’utilisation des ombres pour accentuer la position dominante mais inconfortable du héros. Citons encore un beau strip de Popeye(1936) d’Elzie Segar ainsi qu’une bande humoristique de Cliff Sterrett issue de sa série fétich : Polly & Her Pals(1934).

D’autres auteurs ont également attiré l’œil de Jean-Arnold Schoofs. Notamment Milton Caniff et cette page de Terry et les Pirates (1942), où l’on retrouve son incroyable maîtrise dans les expressions des visages ainsi que son superbe travail de mise en page et de noir & blanc. Notons également une belle planche du Spirit de Will Eisner (1949) pleine de punch et d’humour.

Deux planches de Tarzan rivalisent également d’audace : celle de Hal Foster(1933) est pleine de mouvement avec un final exaltant, tandis celle de Burne Hogarth(1948) apporte une touche de fantastique : admirez les effets de brume, et comment Tarzan est habité par son combat ! Une seconde planche d’Hal Foster est d’une taille impressionnante : près de 90 cm de haut. Les personnages secondaires de cette planche de Prince Valiant (1948)ont été particulièrement soignés : on se perd dans leur contemplation.

Tarzan, par Burne Hogarth
© Edgar Rice Burroughs Estate - Burne Hogarth - Fair Use.

Un autre atout de cette vente est cet orignal de Connie par Frank Godwin : il s’agit d’une des premières véritables héroïnes réaliste de la science-fiction. La rareté de cette planche ne tient pas uniquement par sa mise en page ou par la taille de ses cases, mais également au fait qu’un incendie aurait détruit la majorité des autres originaux. Il s’agit donc d’une exceptionnelle occasion d’en acquérir un exemplaire.

Connie par Frank Godwin
Fair Use

Dommage que la planche de Dick Tracy soit un peu abimée, car cet original de 1939 est un bon exemple de la science de la mise en scène de Chester Gould. Citons encore un original de Brick Bradford par Clarence Gray et terminons ce tour d’horizon non exhaustif par la seconde œuvre américaine-phare de cette vente : une exceptionnelle planche d’Alex Raymond mettant bien entendu en scène Flash Gordon !. À chaque case, son travail d’hachure trouve le juste équilibre entre le mouvement et la lisibilité : finesse et puissance réunies sous le même encrage !

Flash Gordon, par Alex Raymond
© Fair Use

Si cet échantillon d’œuvres américaines demeure exceptionnel, on se demande si les montants des enchères vont atteindre ceux d’outre-Atlantique. Réunir de une telle qualité d’originaux européens et américains indique la sûreté du goût du grand collectionneur belge Jean-Arnold Schoofs. Mais les vendre au même moment et à Paris uniquement représente aussi une part de risque de la part de Sotheby’s.

Rappelons que les enchères réagissent différemment selon les marchés considérés. Ainsi, en juin dernier, le site aux enchères Heritage aux États-Unis a établi un record avec US$ 155 350,- pour une page d’Alex Raymond pour Jungle Jim, dans une vacation qui a dépassé les 6 millions de dollars ! Une page de Little Nemo de Winsor McCay avait atteint US$ 131 450,- alors que la dernière vente de chez Sotheby’s avait conclu à seulement 50 000 € ! Et la planche de cette vacation est également estimée entre 40 et 50 000 €. Une bonne affaire à faire !

La vente de Sotheby’s de ce 24 octobre qui est la première grande dispersion d’originaux d’une collection d’une très grande qualité, ne doit pas cacher la difficulté des officines de vente publique à réunir un tel volume de pièces d’exception. La vente Millon organisée par la Galerie Huberty-Breyne en décembre et la prochaine vente Christie’s au printemps 2016 seront, à ce titre, déterminants pour définir les contours d’un marché, certes balbutiant, mais dont on constate l’élargissement d’année en année.

La planche de Little Nemo va-t-elle atteindre sa côte européenne ? Ou américaine ?
© Fair Use

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Télécharger le catalogue

Expositions :
À Paris : du 20 au 23 octobre de 10h à 18h
Ventes :le samedi 24 octobre 2015 à 14h30
Sotheby’s : Galerie Charpentier, 76 Rue Faubourg Saint-Honoré – 75008 – Paris


Lire également :

- Les ventes aux enchères de BD se multiplient dans le monde entier
- La vente Artcurial va-t-elle redresser la cote d’Hergé ? et Trois millions d’euros pour la vente Artcurial
- Jacques Langlois : Tintin et Christie’s - Retour sur une « déception »
- Sotheby’s Vs Christie’s : le duel des ventes aux enchères
- Folie des enchères de la bande dessinée : près de 6 millions d’euros pour Christie’s
- Avec la vente Millon & Associés, la BD se partage entre Paris et Bruxelles
- Alexandre Million : « La vente publique sanctionne la cote d’amour du public envers un auteur »
- Seconde vente aux enchères organisée par Millon & Petits Papiers
- 101 originaux d’exception en vente chez Million

[1Après l’Anschluss, les divers pactes consolident les deux blocs, tandis que l’Italie a déjà envahi l’Albanie en avril 1939. L’invasion de Pologne le 1er septembre 1939, soit moins de deux mois après la publication de cette double planche, va entraîner l’Europe dans la Seconde Guerre mondiale.

[2Jacques van Melkebe les présentent lors d’une représentation de Tintin aux Indes ou le Mystère du diamant bleu.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Plus les auteurs vivants tombent dans la misère et plus les originaux des auteurs morts rapportent des fortunes...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Nicolas le 21 octobre 2015 à  13:12 :

      Sur le catalogue, un auteur vivant est annoncé "décédé" : René Hausman page 93… C’est un auteur bien vivant !

      Répondre à ce message

      • Répondu par MD le 21 octobre 2015 à  21:11 :

        Bien vu Nicolas ! René Hausman est encore vivant, comme Uderzo et Jean Graton, et que Dieu leur prête longue vie !

        L’exposition (entrée gratuite, presque en face du palais de l’Elysée) est magnifique et permet d’admirer de belles oeuvres, à défaut de pouvoir se les offrir (même s’il y en a plusieurs en dessous de 1000 euros)

        Répondre à ce message

        • Répondu par Nicolas le 22 octobre 2015 à  22:04 :

          Oui, MD, expo très belle. Je confirme. Pour info le catalogue est pas mal aussi avec une superbe couv de Jacobs. Prix du catalogue : 30 euros. Vous pouvez voir l’expo jusqu’à vendredi sans RDV c’est gratos et magnifique…

          Répondre à ce message

  • question
    20 octobre 2015 11:02, par JC Lebourdais

    Quelle est l’adresse de votre flux RSS ? Je n’arrive pas à le trouver sur ce site.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD