Wilfrid Lupano (Les Vieux Fourneaux) : « Chevalier ? Moi ? Non merci ! »

21 mai 2019 14 commentaires
  • Dans un tweet et un message Facebook adressés hier au Ministre de Culture Franck Riester, le scénariste Wilfrid Lupano, bien connu comme le créateur des Vieux Fourneaux (dessins Paul Cauuet, Ed. Dargaud), publie une longue lettre dans laquelle il explique pourquoi il a décidé de refuser la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres. « Comment accepter la moindre distinction de la part d’un gouvernement qui, en tout point, me fait honte ? » écrit-il en substance dans un communiqué.

Souvenez-vous, la rédaction d’ActuaBD l’avait élu « Personnalité BD de l’année 2018 » : « C’était vraiment son année. Il a vu sa bande dessinée, « Les Vieux Fourneaux » (dessins Paul Cauuet, Ed. Dargaud), adaptée par ses soins au grand écran, tandis que ses personnages avaient l’air de défiler en gilets jaunes dans la rue. Top 3 des ventes de BD à fin décembre, Wilfrid Lupano est le seul auteur de la nouvelle génération à rivaliser avec cacochymes « Blake & Mortimer » et « Lucky Luke » qui n’en finissent pas d’être en phase terminale. »

Nous ajoutions : « Certes, les feux de la rampe lui écrasent le visage cette année grâce à la présence au cinéma des Vieux Fourneaux (sorti en salle en août, un deuxième opus en en cours de développement) dont il a écrit lui-même le scénario rejoignant en cela des prédécesseurs comme Goscinny, Lauzier, Miller, Sfar, Sattouf ou Nury... [...] Pas seulement, parce qu’il a affiné sa science des caractérisations et des dialogues qui claquent, mais aussi parce qu’il est un orfèvre de la critique sociale. »

Wilfrid Lupano (Les Vieux Fourneaux) : « Chevalier ? Moi ? Non merci ! »
Wilfird Lupano en mars 2019
Photo : DR. ActuaBD.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que, dans sa lettre au ministre, il y va à fond, clamant sa « honte » contre un gouvernement qui ne rétablit pas l’ISF, qui réprime et mutile les Gilets jaunes, qui réduit les subventions aux associations, qui organise la protection policière de certains groupuscules d’extrême-droite, qui réprime ceux qui accueillent les étrangers en situation irrégulière, qui se montre incapable de prendre en compte l’urgence écologique...

Son réquisitoire est sans appel : «  Pour de sordides calculs électoraux, le gouvernement auquel vous appartenez foule aux pieds tous les principes philosophiques et moraux qui sont à la base de la constitution et de l’histoire de ce pays, et passe à côté du sens de l’Histoire. Soyez certain que l’Histoire s’en souviendra.  » Il ajoute : « Votre gouvernement reste le loyal service après-vente des lobbies, de l’industrie agroalimentaire, des laboratoires, des marchands d’armes… »

Et de refuser avec panache la « breloque » du « représentant d’un gouvernement dont [il aura] si ardemment souhaité la chute et la disgrâce. » C’est sûr qu’en pleine campagne électorale des Européennes, cela ne passe pas inaperçu.

Lupano n’est pas le premier auteur de BD à avoir refusé avec éclat une distinction venue du gouvernement. Jacques Tardi, souvenons-nous en, avait refusé la Légion d’Honneur.

On l’a échappé belle : il n’avait pas refusé d’être la personnalité BD de l’année 2018 d’ActuaBD (bien moins important qu’un ministre, il faut en convenir ;). Car, comme le ministre -et là c’est bien plus étonnant- nous ne lui avions pas demandé son avis...

VERBATIM : LA LETTRE DE WILFRID LUPANO AU MINISTRE

Réponse de Wilfrid Lupano au ministre de la Culture.

Monsieur le ministre,

À ma très grande surprise, vous m’avez adressé la semaine dernière un courrier pour m’annoncer que vous me décerniez le grade de chevalier des arts et lettres.
Je vous remercie de cette délicate attention, mais j’ai bien peur de devoir refuser cet « honneur ».

Déjà, spontanément, je n’ai jamais été très excité par les médailles. Pierre Desproges disait « les décorations, c’est la libido des vieux ». Je me plais à penser que je n’en suis pas encore là. Il y a cependant des distinctions plus réjouissantes que d’autres, et celle-ci a l’inconvénient, monsieur le ministre, d’être remise par un représentant politique.

Or, comment accepter la moindre distinction de la part d’un gouvernement qui, en tout point, me fait honte ?

Car oui, il s’agit bien de honte.

J’ai honte de ce que votre gouvernement fait des services publics, au nom du refus dogmatique de faire payer aux grandes entreprises et aux plus grosses fortunes les impôts dont elles devraient s’acquitter. « Il n’y a pas d’argent magique » martèle votre leader. Il y a en revanche un argent légal que monsieur Macron refuse d’aller chercher pour ne pas déplaire à ceux qui ont financé sa campagne.

J’ai honte, lorsque j’entends monsieur Castaner s’indigner que l’on puisse « s’attaquer à un hôpital », comme il l’a fait récemment, alors que c’est bien votre gouvernement qui fait le plus de mal aux services de santé, et pas trois gilets jaunes qui cherchent à se mettre à l’abri au mauvais endroit.

J’ai honte de ce gouvernement qui en supprimant l’ISF, a divisé par deux les ressources des associations qui prennent à leur charge les plus faibles, les plus démunis, les laissés pour compte, à la place de l’état.

J’ai honte lorsque votre gouvernement refuse d’accueillir l’Aquarius et ses 160 réfugiés qui demandent de l’aide, et encore plus honte lorsque monsieur Castaner, encore lui, accuse les ONG qui tentent par tous les moyens de sauver des vies d’être « complices » des passeurs.

J’ai honte lorsque je vois la police « escorter » les militants de Génération Identitaire après leur coup de com’ au col de Briançon pour les « protéger » contre les militants favorables à l’accueil des réfugiés. Certains de ces derniers furent d’ailleurs interpelés, alors que tous les membres de Génération Identitaire sont rentrés chez eux fêter leur coup de publicité.

J’ai honte de votre politique indigne d’accueil des migrants, et en particulier des mineurs isolés. Le gouvernement auquel vous appartenez a accéléré le rythme des expulsions, voté l’allongement à 90 jours de la période de rétention pour les étrangers en situation irrégulière. De la prison, donc, pour des personnes n’ayant commis aucun crime, hommes, femmes, enfants, nouveaux-nés. Pendant ce temps, des préfets plusieurs fois condamnés pour non-respect du droit d’asile sont maintenus en poste.

Pour de sordides calculs électoraux, le gouvernement auquel vous appartenez foule aux pieds tous les principes philosophiques et moraux qui sont à la base de la constitution et de l’histoire de ce pays, et passe à côté du sens de l’Histoire. Soyez certain que l’Histoire s’en souviendra.

J’ai honte de l’incapacité de ce gouvernement à prendre en compte l’urgence écologique, qui devrait pourtant être le seul sujet à vous préoccuper vraiment. En dehors d’effets d’annonce, rien dans les mesures prises depuis deux ans n’est à la hauteur des enjeux de notre époque. Ni sur la sortie des énergies fossiles, ni sur le développement du bio, des énergies renouvelables ou la condition animale. Votre gouvernement reste le loyal service après-vente des lobbies, de l’industrie agroalimentaire, des laboratoires, des marchands d’armes…

J’ai honte, monsieur le ministre, de ce gouvernement mal élu (le plus mal de l’histoire de la Cinquième République) qui ne tient plus que par sa police ultra violente.
J’ai honte de voir, depuis des mois, partout en France, éclater des yeux, exploser des mains ou des visages sous les coups de la police, de Notre Dame des Landes aux Champs-Élysées, à Toulouse, Biarritz, Nantes. Le monde entier s’alarme de la dérive sécuritaire de votre gouvernement, de l’utilisation abusive d’armes de guerre dans le maintien de l’ordre, mais vous, vous trouvez que tout va bien.

Je pense à Maxime Peugeot, 21 ans, et à sa main arrachée par une grenade dans un champ de Notre Dame des Landes. Qu’est-ce qui pouvait bien menacer à ce point la sécurité de la France, dans ce champ à vache du bocage breton, pour qu’on en arrive à faire usage d’une telle violence ? 2500 gendarmes, une opération de guerre à plusieurs millions d’euros menée pour détruire une trentaine de cabanes en bois ( « il n’y a pas d’argent magique »…) et procéder à une dizaine d’expulsions… Je pense à Lola Villabriga, 19 ans, défigurée à Biarritz par un tir de LBD que rien ne justifiait et qui vit désormais avec des plaques d’acier dans la mâchoire, alors que c’était sa première manifestation. Je cite deux noms, mais vous le savez sûrement, ils sont aujourd’hui des centaines. Suivez le travail de David Dufresne si le sujet vous intéresse.

Comme vous le voyez, nous avons peu de points communs, politiquement. Et dans un monde où les distinctions culturelles seraient remises par le milieu culturel lui-même, sans intervention du politique, j’aurais accepté celle-ci avec honneur et plaisir. Mais il n’y a pas de geste politique qui ne soit aussi symbolique, et je sais déjà que si un jour j’atteins l’âge avancé où on prend son pied à exhiber ses breloques, j’aurais bien peu de plaisir à me rappeler que celle-ci me fut remise par le représentant d’un gouvernement dont j’aurais si ardemment souhaité la chute et la disgrâce.

Passons malgré tout une bonne journée,

Wilfrid Lupano

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
14 Messages :
  • Mr Lupano, vous venez d’ensoleiller ma journée, mille mercis !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 mai à  11:23 :

      Pour oublier de s’indigner sur la situation des auteurs précarisés, je me dis qu’il doit gagner pas mal de droits avec ces livres pour omettre un problème pareil. Dommage, le sieur Riester est quand même l’un des ministres qui concerné par ce dossier, non ?
      C’est un peu la honte aussi, non ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Frenchoïd le 22 mai à  09:15 :

        Je me suis fait très exactement la même réflexion. Ce silence est... assourdissant.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 22 mai à  10:52 :

          Ça ne m’étonne pas. Monsieur Lupano reçoit une lettre du ministre de la Culture pour une proposition. Il peut y répondre de manière négative mais avec discrétion, par simple retour du courrier. Non, l préfère répondre sur les réseaux sociaux pour que la France entière sache qu’il a osé dire héroïquement qu’il a honte d’un gouvernement qui n’applique pas sa vision politique. Chef d’État qui serait le plus mal élu de la Vème République.Ben voyons. Je me souviens de Monsieur Chirac face à Monsieur Le Pen, ce n’était pas parfait non plus. Il aurait préféré Madame Le Pen ? ou Monsieur Fillon qui était troisième devant Monsieur Mélenchon qui se prend pour le Peule.
          Je crois plutôt que Monsieur Lupano est un démagogue et un populiste qui cherche à faire le buzz pour se faire connaître plus. Je crois que c’est par intérêt personnel qu’il se bat : pour ses ventes et se donner bonne conscience. Sinon, il aurait parlé en priorité de la précarisation de la majorité de ses confrères.
          Monsieur Riester a été naïf d’offrir à un partisan de l’adverse un bâton pour se faire battre. Décidément, ce gouvernement est très mauvais en communication.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Laurent Colonnier le 22 mai à  13:54 :

            Eh l’anonyme ! Au moins Wilfrid Lupano signe ses courriers et assume ses propos lui. C’est affligeant de traiter Lupano de démagogue et populiste, tellement stupide... retournez vite faire campagne pour champion...

            Répondre à ce message

            • Répondu le 22 mai à  15:45 :

              Bien-pensant !

              Répondre à ce message

              • Répondu par Pascal Kholer le 22 mai à  19:40 :

                La réponse (médiatisée et collective, oh combien !) de Lupano est dans la ligne du discours de ses Vieux-Fourneaux. Maintenant, c’est un auteur millionnaire et vedette. Il a eu de la chance, le succès commercial des VF a été une surprise pour tous. Mais que fait-il en solidarité vis-à -vis de ses jeunes collègues ? Pourquoi ne profite t’il pas de cette lettre ouverte pour interpeller le Ministre sur ce sujet ?

                Répondre à ce message

                • Répondu par Fred le 23 mai à  08:17 :

                  c’est un auteur millionnaire et vedette.

                  C’est bien mal connaitre le monde de la BD...

                  Répondre à ce message

      • Répondu par Zébra le 23 mai à  12:05 :

        Il y a une forme d’hypocrisie ou de déni de la réalité à réclamer de l’aide au gouvernement français, alors que ce sont les éditeurs franco-belges qui sont responsables d’avoir réduit les auteurs de BD à des intermittents du spectacle sans indemnités.
        - On veut que le gouvernement français crée des postes de profs de BD dans les collèges pour garder les gosses ? Pourquoi pas, mais ce serait un autre métier.
        - Franck Riester fait comme tous les hommes politiques quand ils n’ont pas de solution : il essaie de gagner du temps. Décerner des médailles fait partie de cette stratégie.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 23 mai à  17:04 :

          Vous vous écartez du sujet.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Frenchoïd le 23 mai à  17:12 :

          « Franck Riester fait comme tous les hommes politiques quand ils n’ont pas de solution : il essaie de gagner du temps. Décerner des médailles fait partie de cette stratégie. »
          Certes mais c’est sous sa mandature — pas de bol — que la situation se tend (cf. par exemple le facebook de Bajram). Bien sûr, gouverner c’est — d’après ce dont je peux juger tous les jours et un peu partout — passer la patate chaude à son successeur, mais tout de même, ça devient lassant, ce spectacle.
          De toute façon personne ne risque rien : après avoir pondu le "responsable mais pas coupable", ils ont inventé de "coupable mais exempté de peine"... Elle est pas belle, leur vie...?

          Répondre à ce message

  • A lire votre lettre je n’en suis que plus fier d’avoir tous les numéros des Vieux Fourneaux et de les avoir appréciés chaleureusement. Merci à vous qui faites honneur à cette profession et à ceux qui ont la même appréciation que vous de ce gouvernement mais, hélas, avec moins de talent.

    Répondre à ce message

  • Comme tous ces opposants systématique au Gouvernement,ce genre de personnage détient la vérité . Il considère qu’il est le Peuple et que ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ont forcément tord .Et bien non Monsieur . Que vos amis qui veulent renverser le pouvoir le prennent...... On les verra à l’oeuvre . Quand à moi je suis convaincu que notre Président est un homme honnête. Que Mélanchon ou Lepen par exemple prennent les "manettes" .Les Français verront le résultat des courses . Il ne suffit pas de profiter du système er de "cracher dans la soupe".

    Répondre à ce message

    • Répondu le 16 août à  13:40 :

      A vous lire on a vite compris que vous n’avez pas honte.
      tout va bien dans le meilleur des mondes
      allez bonne nuit les petits

      Répondre à ce message