Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo et scénariste de bande dessinée

15 mars 2021 4
  • Cela fait un peu plus de vingt ans que Richard Malka écrit des scénarios de bande dessinée. L’avocat est surtout connu pour sa défense de "Charlie Hebdo", un titre de presse qu’il accompagne depuis plus de deux décennies. « Fils spirituel » du grand ténor du barreau Georges Kiejman, avec lequel il défendit "Charlie" dans l’affaire des caricatures danoises, il a toujours aimé les dessinateurs qui le lui ont bien rendu, comme Paul Gillon avec qui il réalisa « L’Ordre de Cicéron » « Segments », la série de SF qu’il écrivit pour le grand Juan Gimenez ou encore « La Face kärchée de Nicolas Sarkozy » (avec Cohen et Riss, tous chez Glénat). Aujourd’hui, c’est avec Fred Bernard qu’il nous revient dans une adaptation de « Idiss », un récit de Robert Badinter, l’ancien garde des sceaux de François Mitterrand. Tout cela est évoqué dans cet entretien.

Idiss est l’adaptation en bande dessinée de l’évocation par Robert Badinter de sa grand-mère juive émigrée de Bessarabie (actuelle Moldavie) venue en France au début du XXe siècle. Badinter opère, en racontant l’histoire de sa lignée, un travail de mémoire salutaire qui montre comment les enfants d’immigrés pauvres parlant à peine la langue ont pu intégrer la France du capitaine Dreyfus jusqu’à devenir l’une des consciences de la République.

Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo et scénariste de bande dessinée

« J’ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l’Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d’une destinée singulière à laquelle j’ai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d’amour de son petit-fils. » Ce verbatim est caractéristique d’une génération de Juifs dits « israélites » qui avaient vécu en France une véritable intégration dans la République, notamment ceux de la vague d’immigration arrivée en France à la suite des pogroms qui se multiplièrent à partir de 1881 dans l’empire russe perpétrés dans la « Zone de résidence » (ils leur était interdit de pénétrer en Russie), cette bande de terre qui courait de la Mer noire à la Baltique, où l’empire russe « stockait » ses juifs, permettant à ses cosaques de les pogromiser à discrétion.

Le point d’orgue a été les deux vagues de pogroms à Kichinev/Chișinău, les 6 et 7 avril 1903 et le 19 et 20 octobre 1905, la première due à un appel à la haine de la presse antisémite, la seconde de la part du clergé orthodoxe. Ces événements sanglants scandalisèrent l’Europe et poussèrent de nombreux juifs à immigrer vers l’Ouest, notamment vers la France.

Richard Malka et Fred Bernard racontent avec attention et empathie ce périple de petites gens qui rapidement permirent à leurs enfants de faire de brillantes études. Tout l’album a lieu avant la Seconde Guerre mondiale et la Shoah. C’est pourquoi il y baigne un sentiment de quiétude, une douceur de vivre dont Robert Badinter se souvient avec une tranquille nostalgie.

Le dessin de Fred Bernard a un caractère enfantin -proche de celui d’Irena de J.D. Morvan, S. Tréfouël et D. Evrard, un trait qui fonctionne à merveille pour illustrer cette évocation lumineuse. On regrette cependant -mais on comprend bien pourquoi- que la VF ne transpose pas entièrement le yiddish, la langue originale que pratiquaient ces immigrés, dialecte germanique nourri des langues parlées de la diaspora (langues romanes, slave, hébreu et araméen) devenue au XIXe siècle une langue internationale, mais qui sombra corps et bien avec la Shoah pour laisser la place à l’hébreu modernisé d’Israël. Un bel album, cependant, qui évoque avec une infinie affection des figures issues d’un monde disparu.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

(par François RISSEL)

(par Cédric Munsch)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Idiss – Par Richard Malka et Fred Bernard, d’après le récit de Robert Badinter – Rue de Sèvres.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • "On regrette cependant -mais on comprend bien pourquoi- que la VF ne transpose pas entièrement le yiddish, la langue originale que pratiquaient ces immigrés, dialecte germanique nourri des langues parlées de la diaspora (langues romanes, slave, hébreu et araméen) devenue au XIXe siècle une langue internationale, mais qui sombra corps et bien avec la Shoah pour laisser la place à l’hébreu modernisé d’Israël."

    Le Yiddish, ce sont différents dialectes, non ?

    Ce serait bien d’avoir une version en Yiddish, celui que parlait la grand-mère de Robert Badinter. Peut-être une édition bilingue (numérique ?).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 mars à  09:58 :

      Vous avez raison, le yiddish est une vraie langue, bien qu’un dérivé dialectal de l’allemand. Et il y a "des" yiddishs. Cependant, le yiddish litvak (lituanien) est considéré comme la norme classique de cette langue.
      Je crois que M. Badinter serait ravi que le livre paraisse en yiddish et l’éditeur aussi. Reste à trouver celui qui voudrait le publier.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 15 mars à  19:44 :

        Oui, ce serait une bonne chose. Comme c’est une bonne chose que Richard Malka adapte ce livre.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Charles Goldszlagier le 16 mars à  11:18 :

      Je suis partant. Le yiddish est ma langue maternelle. J’anime l’association « Yiddish Pour Tous » qui gère le groupe facebook du même nom (15000 membres), le site yiddishpourtous.org et la web-radio Radio Yiddish Pour Tous.

      Répondre à ce message