« BD et numérique : où en est la France ? » : Épisode 3 - Émilie Coudrat, Éditrice chez Naver Webtoon

17 juin 2021 0
  • "Pas de succès pour Webtoon France sans création locale" nous dit cette éditrice. Très discrète dans les médias, l’application du sud-coréen Naver s’est déjà imposée auprès des jeunes lecteurs français. Un catalogue de plus de 150 titres, des succès internationaux et des créations françaises,... Voici aujourd’hui, en exclusivité pour ActuaBD, un tour d’horizon avec un acteur majeur -voire déjà le leader- du secteur qui recrute en France et vient de lancer son deuxième concours.
« BD et numérique : où en est la France ? » : Épisode 3 - Émilie Coudrat, Éditrice chez Naver Webtoon
True Beauty par Yaongyi
@ Yaongyi / NAVER WEBTOON

Qu’est-ce que Naver Webtoon ?

Naver Webtoon est une application mobile de webcomics dont le format est spécifiquement développé pour le smartphone, avec un principe de défilement de case à case vertical. Naver est un géant de la tech en Asie et en Corée. On peut le comparer à Google, c’est la première plateforme de recherche en Corée du Sud, il englobe de nombreux autres services dont lwetoon depuis 2004.

Quel est le modèle économique ?

Notre objectif premier est de rassembler un maximum de contenus et de lecteurs. La majorité de notre catalogue est accessible gratuitement. Dans un second temps plusieurs sources de revenus existent, d’abord les « fast pass » qui permettent aux accros d’acheter des « coins » [une monnaie numérique. NDLR] pour lire les nouveaux épisodes de leur série préférée avant tout le monde. Ensuite, nous mettons en place des encarts publicitaires dont les revenus seront partagés avec les auteurs. Enfin, ce n’est pas encore le cas en France, mais en Asie et aux USA, le but c’est qu’un webtoon connaisse plusieurs vies sous forme d’adaptations génératrices de revenus que ce soit en séries TV, jeux-vidéo, animes, livres, produits dérivés, etc…

Quels sont les principes du contrat entre vous et un auteur ?

Généralement, nous partons pour une saison qui correspond en général à une année de publication sur notre plateforme numérique. La rémunération s’effectue à chaque épisode publié. Pour les produits dérivés, nous procédons au cas par cas. Et quand le fast pass et la publicité seront installés, il y aura un partage des revenus.

Monsieur le Prof par Monsieur le Prof et Catsass
© Monsieur le Prof & Catsass / NAVER WEBTOON

Vous êtes donc plus éditeur que simple diffuseur…

Clairement. Nous avons une équipe éditoriale française et coréenne où chaque éditeur est en charge de plusieurs auteurs. Nous avons un suivi quotidien avec eux, pour assurer une sortie hebdomadaire de chaque épisode. Cela demande de travailler en amont, d’orienter, d’aider à l’élaboration des histoires avec les codes propres au webtoon. Nous savons qu’il n’est pas encore évident pour les auteurs français de s’habituer à ce format. Il faut à la fois faire durer son histoire et lui donner suffisamment de corps à chaque épisode avec un cliffhanger en conclusion. Il y a un juste milieu narratif à trouver.

Généralement, combien d’auteurs travaillent sur une même série ?
Le profil type c’est un créateur en solo, mais il y a aussi des duos de scénariste et dessinateur. Ce n’est pas encore le cas en France, mais en Asie des studios se créent spécifiquement pour le webtoon.

En France, en Belgique, sommes-nous rétifs à la bande dessinée numérique ?

Je ne suis pas sûre qu’on peine à passer au numérique en France. On y a mis certes du temps, mais depuis deux ans, les choses bougent et nous sommes ravis de voir cet engouement. Ici il y a une telle passion pour la BD mais aussi pour le manga que nous pensons que Naver Webtoon y a toute sa place. Aujourd’hui nous avons deux millions d’utilisateurs actifs par mois sur notre plateforme en français, quand dans le monde nous en comptabilisons 72 millions. Nous sommes contents de voir le jeune public se passionner pour nos séries et nos auteurs français qui répondent à cet engouement. Pour que Webtoon France soit un succès, il faut de la création locale.

L’impératrice remariée par Alphatart & SUMPU
© Alphatart & SUMPU / NAVER WEBTOON

Comment expliquez-vous cet engouement ?

Je crois que le format webtoon a trouvé son succès avec les séries spécifiquement créées pour le scrolling. Il y a une spécificité avec cette lecture où le rapport à la vitesse est différent. Nous conseillons souvent à nos auteurs de gérer les espaces entre les cases, on peut y induire du suspens de la vitesse et le lecteur a l’impression d’être acteur du webtoon comme s’il faisait défiler un petit film sous son doigt.

Qui est votre lecteur-type ?

Nos lecteurs ont plutôt entre 15 et 25 ans. Nous avons un peu plus de lectrices. Ils aiment la romance, la Fantasy, le thriller,… On peut avoir envie de rire, de se faire peur et ça réunit un peu tous les âges, c’est souvent un lectorat qui aime les mangas, des romans, des animés, du divertissement en tous genres.

Colossale par Rutile et Diane Truc
© Rutile et Diane Truc / NAVER WEBTOON

Comment avez-vous constitué votre catalogue ?

Naver Webtoon compte beaucoup de séries iconiques à son catalogue. En arrivant en France il y a un an et demi, nous avons traduit en priorité les séries coréennes et américaines qui avaient déjà du succès, puis nous sommes allés chercher des auteurs français. Après un peu plus d’un an, près de 40 talents nous ont rejoints et la cadence doit s’accélérer. Nous avons maintenant plus de 150 titres à notre catalogue et nous souhaitons que plus d’auteurs nous rejoignent. Notre succès dépend de notre implantation locale et nous souhaitons avoir notre place sur le marché français.

Quels sont vos titres-phares ?

Nous en avons beaucoup. Le titre à succès c’est True Beauty, un drama qui cartonne partout dans le monde, L’Impératrice remariée ou encore Midnight Poppy land. Il y a Traditions d’Olympus que j’aime beaucoup, un mythe grec revisité et l’iconique Tower of God ou UnOrdinary. Je pense aussi à Sweet Home qui vient d’être adapté par Netflix. Et plein d’histoires françaises, j’ai peur d’en oublier, les premières qui me viennent en tête : Colossale, Samourawaii, Monsieur le Prof, Château d’Ambre et Because I can’t love you

Vous insistez beaucoup sur la création française…

Au-delà de s’implanter en France, notre ambition est de soutenir un écosystème d’auteurs qui peine un peu. En parallèle nous avons aussi mis en place la plateforme Canvas pour les amateurs où chacun peut lancer son propre webtoon. C’est un environnement que nous regardons de près, on y trouve des pépites. J’en profite pour annoncer que nous lançons un concours de webtoons, avec des contrats d’édition à la clé.

Voir en ligne : Pour participer au concours de webtoons par WEBTOON

(par Laurent Melikian)

(par François RISSEL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Propos recueillis par François Rissel et Laurent Melikian
Photo : DR
Illustrations © Naver Webtoon

Découvrir les deux premières parties de cette enquête :
- BD et Numérique 1/4 - Lunchtalk #1
- BD et Numérique 2/4 - Le studio Makma fête ses 20 ans

  Un commentaire ?