Djinn - T4 : Le Trésor - Par Dufaux & Mirallès - Dargaud

23 octobre 2004 0 commentaire
  • Depuis trois épisodes, nous suivons la quête de la petite fille de Jade, la favorite du dernier Sultan de l'empire Ottoman. Une quête qui l'a amenée à revivre les rituels des harems de l'époque du sultan, vivre l'humiliation, renoncer à l'amour... et accéder au fabuleux "trésor du Sultan".

Jade, la grand-mère, était une Djinn : une femme fatale à laquelle il était impossible de résister, mais qui ne vivait que pour elle-même... incapable d’aimer !

Arme secrète du Sultan, elle savait jouer de ses invités pour les mener où son maître le souhaitait. Jusqu’au jour où elle a rencontré l’amour sous les traits d’un jeune lord anglais accompagné de sa jeune épouse. Ce qui au départ n’était qu’un jeu devait se transformer en une passion qui allait libérer la Djinn de l’emprise du Harem.

Kim, sa petite fille, aujourd’hui dans les rue d’Istanbul revit ce voyage initiatique à l’inverse de sa grand-mère. Poursuivie par des hommes cupides qui n’espèrent qu’une chose, qu’elle trouve le trésor que sa grand-mère avait dérobé.

En guise de trésor, Kim refera ce long voyage dans le temps et les méandres de la magie orientale... perdant peu à peu toute emprise sur sa vie, pour elle-même devenir une Djinn.

Djinn est une série très chaude, peuplée de "créatures enchanteresses", mais ce qui fait sa force, c’est le duo Jean Dufaux - un grand scénariste belge qui joue avec nos sentiments, nos envies, la politique et l’histoire - et Ana Mirallès, la dessinatrice - créatrice entre autres de la série Eva Médusa.

Ses dessins, je devrais dire ses peintures, sont magiques : elles respirent la sensualité, avec une sensibilité extrême qui permet d’éviter bien des pièges et des lieux communs qui auraient fait de cette série une histoire banale...

Et pour sûr, on en est loin de la banalité, à tel point que si le premier tome fut accueilli avec enthousiasme, il n’en fut pas de même au fil des nouvelles péripéties dans lesquelles nous emmenait Jean Dufaux. Tant elles deviennent dérangeantes : les événements que vont vivre les différents héros sont tellement perturbants que c’en est déstabilisant pour le lecteur. Ce dernier aimerait sans doute que tout se passe comme s’il s’agissait de super-héros-sans-peurs-et-sans-reproches, ou d’une simple bédé érotique...
Rien de cela, nous ne sommes absolument pas dans le monde des super-héros, et c’est tout sauf une bédé érotique... même si l’ambiance pourrait le laisser croire.

Et c’est vrai que l’on a parfois du mal à supporter sans rechigner tout ce qu’on nous fait subir mais c’est ça qui fait la force de Djinn...

Quatrième et dernier épisode de ce qui est probablement un premier cycle. Quoique, personnelement, j’ai beaucoup de mal à imaginer une suite. Mais on peut certainement faire confiance à Jean Dufaux !

(par Laurent Finet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En plus, pour les fans, sort un making of des 4 épisodes. Il est écrit par Dufaux himself, il nous raconte le pourquoi du comment et est magnifiquement illustré par des dessins de Miralles... "Djinn, Ce qui est caché", le making of !

Lire un extrait de "DJINN 4 - Le trésor"

  Un commentaire ?