Newsletter ActuaBD

L’attente - Par Keum Suk Gendry-Kim - Futuropolis

  • L'attente, une famille brisée par la partition du pays. Le titre et le sous-titre de ce nouvel opus de Keum Suk Gendry-Kim résument parfaitement le propos de ce roman graphique centré sur la division de la Corée et ses tragiques conséquences humaines, le tout magnifiquement raconté et dessiné.

C’est à une plongée dans l’histoire tourmentée de la Corée (qui d’une est devenue deux) de 1937 à nos jours, que se livre Keum Suk Gendry-Kim. L’expression Histoire avec sa grande hache, selon la belle trouvaille de Perec, est parfaitement adaptée au cas de la Corée qui a été littéralement coupée en deux au sortir de la Seconde Guerre mondiale par ses deux grands vainqueurs. Au lieu de nous faire un cours d’histoire, Keum Suk Gendry-Kim nous raconte une histoire au ras-du-sol, celle d’une femme âgée d’aujourd’hui qui attend de revoir son garçon quitté 70 ans auparavant, en 1950, au début de la guerre qui a opposé le Nord et le Sud de la Corée et qui a fait entre 2 et 3 millions de morts. L’on dit souvent de la guerre froide qu’elle fut un combat indirect entre les deux Grands ayant fait peu de morts, c’est visiblement sans compter sur le cas coréen !

L’autre résultat de cette guerre de Corée fut donc la scission radicale de la Corée en deux États, à la langue, religion et culture pourtant identiques. À partir de là, les deux Corée vont suivre des itinéraires très différents, coupées par la fameuse DMZ, la frontière la plus hermétique au monde, d’où la difficulté, voire l’impossibilité, rencontrée par des familles séparées de se réunir, drame vécu par des milliers de famille, dont celle qui nous est présentée dans ce roman graphique. Celui-ci vise juste et émeut particulièrement, empruntant à la fois à l’histoire personnelle de l’autrice et de sa mère qu’à celle de nombreuses familles coréennes.

L'attente - Par Keum Suk Gendry-Kim - Futuropolis

Alternant dessins rapides et planches pleine page soignées, proches de l’estampe, ce roman graphique est à la croisée de chemins graphiques multiples, qui doivent autant à la tradition asiatique du manga japonais, du manhwa coréen et de la peinture chinoise. On sent des influences qui vont de Li Kunwu et Pierre Otié et leur chef-d’œuvre, Une Vie chinoise), à la BD occidentale d’Edmond Baudouin (à qui Keum Suk Gendry-Kim rend hommage dans le bel entretien assuré par Laurent Melikian et François Rissel), en podcast sur ActuaBD), et de Frederik Peeters, en passant par Craig Thompson.

L’attente est donc une vraie réussite, graphique et narrative, qui mérite qu’on s’y attarde. Ce qui ne fut pas le cas des Coréens eux-mêmes peu intéressés par ce pan de l’histoire comme le reconnaît l’autrice. Mais pour tous les autres, peu au fait de cette histoire si singulière (connaît-on d’autres pays encore coupés en deux et de manière si hermétique ?), mais à portée plus large (les migrants dans le monde se comptant par millions), ce roman graphique apportera beaucoup. C’est aussi une invitation à se plonger dans l’œuvre très riche de cette autrice, reconnue par ses pairs - dont Guibert et Sacco (excusez du peu !) en 4e de couverture - et honorée à l’échelle mondiale depuis Le Chant de mon père, jusqu’au récent Les Mauvaises herbes.

Voir en ligne : Keum Suk Gendry-Kim, la mémoire coréenne

(par Philippe LEBAS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’attente : Une famille coréenne brisée par la partition du pays. Par Keum Suk Gendry-Kim (scénario et dessin). Futuropolis. Sortie le 5 mai 2021. 20 x 27 cm. 248 pages. 26 €.

 
Newsletter ActuaBD