Moi, Jeanne d’Arc - Par Valérie Mangin et Jeanne Puchol - Des ronds dans l’O

14 mai 2012 0 commentaire
  • Et si Jeanne d'Arc était une sorcière ? Une "Sorcière" telle que l'Église appelait ces femmes libres qui préféraient choisir leur destin plutôt que de se marier ou devenir religieuses.

C’est le parti-pris de Valérie Mangin qui opte pour cette version de Jeanne d’Arc à contre-courant de l’image que l’on a d’elle aujourd’hui, récupérée politiquement par l’Église et l’extrême-droite nationaliste. C’était oublier, comme l’écrit Valérie Mangin dans une très belle préface, "que Jeanne a longtemps été un symbole de gauche : celui de la fille du peuple abandonnée par le roi de France puis martyrisée par l’Église." Ajoutez à cela le goût de la scénariste pour le Fantastique.

Ainsi donc, le sort de la France s’est-il joué grâce aux sortilèges des sorcières. Voilà de quoi bousculer quelque peu nos cours d’Histoire... Valérie Mangin, historienne de formation (elle a fait l’École nationale des Chartes), pose avant tout un regard humaniste et féministe sur ce personnage. Bien que "sorcière", sa Jeanne d’Arc est avant tout une femme, avec un corps, des désirs, etc. Corps qu’elle sacrifiera aux Anciens Dieux sur le bûcher en échange d’une année de vie héroïque et d’une gloire éternelle.

Le graphisme réaliste de Jeanne Puchol est très poussé, avec beaucoup de finesse et de détails dans les personnages, les costumes et les décors. Les expressions des visages et les postures des personnages sont également très soignées.

L’impression de ce livre en noir et blanc met en évidence la force et la qualité du travail de Jeanne Puchol, peut-être son meilleur à ce jour ! Visiblement, Jeanne Puchol s’est fait plaisir sur ces pages !

Moi, Jeanne d'Arc - Par Valérie Mangin et Jeanne Puchol - Des ronds dans l'O
(c) Des ronds dans l’O

Voici donc un ouvrage original sur la vie de Jeanne d’Arc, mettant l’accent entre autre sur les anciennes religions païennes récupérées par l’Église, sur la condition des femmes et sur le mythe des Sorcières. Nous y voyons également l’histoire d’amour entre Jeanne d’Arc et Gilles de Rais. Un roman graphique en noir & blanc de 96 pages captivant. À découvrir.

Lire une interview des auteures.

(par François Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?