"Révolution" de Florent Grouazel et Younn Locard reçoit le Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique 2019.

5 septembre 2019 0 commentaire
  • "Révolution" (Actes Sud/L'An 2), une fresque historique grandiose, obtient le Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique 2019. Cette œuvre ambitieuse et de longue haleine de deux jeunes auteurs, Florent Grouazel et Younn Locard, constitue une véritable prouesse graphique dans le traitement de la Révolution française en bande dessinée.

Comme tous les ans, le Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique attribue un prix officiellement décerné lors des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois. L’an dernier, Pascal Rabaté avait été primé pour son magnifique album La Déconfiture. Le lauréat du Prix Cheverny reçoit non seulement 3.000 euros, mais il intègre également le jury pour deux ans et bénéficie aussi d’une exposition lors des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois. Celle consacrée à La Déconfiture aura lieu du 9 octobre au 30 novembre prochains, avec Sylvain Gache et l’association BD Boum comme commissaires. Son inauguration aura lieu le samedi 12 octobre à la Bibliothèque Abbé Grégoire, espace Julien Angelier à 11h30 et sera suivie au même endroit de la cérémonie de remise du prix 2019.

Le jury, composé cette année de Paul Chopelin, Pauline Ducret, Sylvain Gache, Jean-Noël Jeanneney, Tristan Martine et Pascal Rabaté, présidé par Pascal Ory, avait à délibérer entre 68 albums, sélectionnés par 28 éditeurs, chaque éditeur pouvant présenter au maximum cinq albums parus dans les 12 mois précédents et publiés en français (les traductions ne pouvant concourir).

"Révolution" de Florent Grouazel et Younn Locard reçoit le Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique 2019.
Remise du prix Cheverny 2018, à la Bibliothèque Abbé Grégoire, en présence de Christophe Degruelle, président de la Communauté d’agglomération de Blois,
d’Antoine Favron, président du Centre Européen de Promotion de l’Histoire, de Pascal Ory, président du jury, de Sylvain Gache, de Constance de Vibraye, propriétaire du château de Cheverny, de Tristan Martine, de Pauline Ducret, de Pierre-Henry Gomont et de Pierre Serna.
Photographie prise par Julie Gallego.

Le jury délibéra pendant près de trois heures, divisé devant la qualité des œuvres proposées, analysant qui le coup de crayon, qui le scénario, qui la fluidité du récit, même si, comme le résuma Pascal Rabaté par une formule bien sentie : « La bande dessinée n’est pas que dessin et narration, elle est aussi une manière d’emporter le morceau de gras ! ».

Parmi cette sélection, furent nominés les 11 albums suivants :
Florent Grouazel et Younn Locard, Révolution, t. 1 : Liberté, Actes Sud
Claire Fauvel, Phoolan Devi, reine des bandits, Casterman
Gaétan Nocq, Le Rapport W, Daniel Maghen
Fabien Nury et Matthieu Bonhomme, Charlotte impératrice. T. 1 La princesse et l’archiduc, Dargaud
Appollo et Tehem, Les Chroniques du Léopard, Dargaud
Thomas Gilbert, Les Filles de Salem, Dargaud
Olivia Burton et Mahi Grand, Un Anglais dans mon arbre, Denoël Graphic
Grégory Jarry, Lucie Castel, Nicole Augereau, Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni, T. 2, Éditions FLBLB
Philippe Collin et Sébastien Goethals, Le Voyage de Marcel Grob, Futuropolis
Alex W. Inker, Servir le peuple, Sarbacane
Chloé Cruchaudet, La Croisade des innocents, Soleil

L’œuvre primée cette année, Révolution, T. 1 : Liberté, est le premier volume d’une imposante trilogie publiée par Actes Sud / L’An 2. Notons que c’est déjà la deuxième fois que cet éditeur, qui publie un nombre assez restreint de bandes dessinées, est récompensé, après Jean Harambat et son Ulysse, les chants du retour, en 2015.

Le prix est donc remis cette année à deux jeunes auteurs, Florent Grouazel et Younn Locard, déjà connus pour Éloi, publiée en 2013 par le talentueux duo et que nous avions qualifiée à l’époque de « magistral récit historique doublé d’un huis-clos parfaitement maîtrisé ». David Taugis saluait dans nos colonnes la maîtrise graphique de cet ouvrage par ces mots en notant que son « dessin garde des bases classiques en ajoutant le réalisme impressionniste d’un Rabaté » : les disciples et le maître seront donc réunis au sein du même jury l’an prochain.

Florent Grouazel et Younn Locard
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Cet album constitue un véritable tour de force. Il retrace les premiers mois de la Révolution à Paris, de la répression de l’émeute à la manufacture Réveillon le 28 avril 1789 à l’adoption de la loi martiale par l’Assemblée nationale le 21 octobre 1789. D’une très grande efficacité, la trame scénaristique reprend le principe, cher à la littérature et au cinéma, des destins croisés. Pas de récit événementiel pesant, mais une histoire à ras du sol, selon une mécanique parfaitement huilée : ces 326 pages, pourtant extrêmement denses, se lisent d’une seule traite.


Comme dans un film choral, le lecteur suit les parcours parallèles de plusieurs personnages qui se croisent et se recroisent, avant de s’affronter, de se lier d’amitié ou de s’aimer : les deux jeunes « misérables » Louise et Marie, le folliculaire paranoïaque Jérôme Laigret, le mystérieux aventurier Villa-Sornia, alias Virgile de Saint-Roch, le noble breton constamment partagé entre enthousiasme et désillusion Abel de Kervélégan, frère du député Augustin de Kervélégan. Ce dernier est un personnage réel, comme tant d’autres acteurs connus ou moins connus que l’on peut croiser au fil des pages : Reine Audu, le boucher Desnot, Jacques-Antoine de Cazalès ou, tout à la fin de l’album, Robespierre.

La reconstitution du Paris de l’époque est exemplaire. Les deux auteurs ont accompli un impressionnant travail de documentation pour redonner vie à un univers aujourd’hui disparu et que l’on découvre avec grand intérêt. Les figures sont pleines de naturel dans leur quotidien, que ce soit dans l’espace public ou dans l’espace privé, parfaitement restitué à travers plusieurs types d’habitats, des plus miséreux au plus luxueux. Les couleurs, très sobres, rehaussent le dessin juste comme il faut. Elles permettent de donner le bon éclairage aux scènes, en rendant parfaitement compte de l’atmosphère estivale, mais sans distraire l’attention du lecteur. À tous égards, cette œuvre constitue une véritable référence dans le genre de la bande dessinée historique.

Si vous souhaitez entendre les lauréats parler de leur œuvre, venez nombreux au Café Littéraire des Rendez-Vous de l’Histoire de Blois le samedi 12 octobre de 10h à 11h : Paul Chopelin et Tristan Martine animeront une table-ronde autour des enjeux de la bande dessinée historique, en présence de Florian Mazel et de Vincent Sorel, auteurs d’un volume de l’Histoire dessinée de la France consacré à la période féodale, de Pascal Rabaté et donc des deux nouveaux lauréats, Florent Grouazel et Younn Locard.

(par Tristan MARTINE)

(par Paul CHOPELIN)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?