Newsletter ActuaBD

Angoulême 2021 : un vendredi 100% BD sur France Inter.

  • Le vendredi 29 janvier, de 9h à 22h vous pourrez bénéficier d’une journée complète dédiée à la bande dessinée sur la radio France Inter. Chris Ware, Benoit Peeters, Emmanuel Guibert, Florence Cestac, Lisa Mandel, Cyril Pedrosa seront entre autres présents pour échanger autour du Festival Internationale de la Bande Dessinée d'Angoulême.

Partenaire exclusif du FIBD, France Inter, la radio aux sept millions d’auditeurs quotidiens, adoptera pour la première fois, le temps d’une journée, sur l’ensemble de ses émissions, la thématique de la bande dessinée le jour de la remise officielle des prix par le Festival. La cérémonie, animée par l’humoriste Thomas VDB, sera retransmise en direct depuis Angoulême et en exclusivité sur les ondes de France Inter .

Cette journée dédiée est la preuve d’un engagement de la radio envers un des secteurs culturels les plus toniques de l’année 2020. La thématique se déclinera dans les différents programmes et tranches d’information : autrices, auteurs, membres des jurys, et personnalités amateurs du 9e art s’y succéderont.

La radio est l’un des médias où la bande dessinée est la mieux représentée, à cette occasion mais aussi tout au long de l’année comme en témoignent la présence de formats hebdomadaires comme « Bulles de BD », animé par Laetitia Gayet ou l’invitation de l’auteur Guy Delisle pas plus tard qu’hier.

Dans leur communiqué commun, les deux partenaires déclarent qu’« au-delà de ce premier mois de l’année, le Festival d’Angoulême et France inter donnent aussi rendez-vous avec l’espoir, l’espoir de retrouvailles à Angoulême du 24 au 27 juin prochain. »

Entre l’émission Boomerang où Augustin Trapenard reçoit le très hype Chris Ware pressenti pour le Grand Prix (qui sera proclamé en juin), l’émission d’Ali Rebeihi où l’on s’intéressera aux BD qui "font du bien aux Français" au face à face entre Cyril Pedrosa, signataire de la tribune des « Autrices-Auteurs-en-Action » qui appellent au boycott du FIBD, la journée s’annonce animée.

Angoulême 2021 : un vendredi 100% BD sur France Inter.

Le programme de la journée :

► 9h / Boomerang : Chris Ware, auteur de Rusty Brown (Delcourt) en Sélection Officielle.

► 10h / Grand bien vous fasse : Didier Pasamonik, membre du comité de sélection Série du Festival International de la Bande Dessinée et directeur de la rédaction d’ActuaBD.com et Charles Pépin, philosophe et scénariste de bande dessinée. 

► 11h / La bande originale : Bruno Solo, membre du Jury Polar SNCF, Valérie Donzelli, membre du Grand Jury Jeunesse et Benoit Peeters, Président du Grand Jury.

► 12h30 / Le jeu des 1000€ : en direct d’Angoulême, émission de 30 minutes avec Thomas VDB, maître de cérémonie des Prix, Albin de la Simone, membre du Grand Jury, Maurane Mazars, autrice de Tanz (Le Lombard) en Sélection Officielle et trois auditeurs.

► 13h / Invitée de Bruno Duvic : Lisa Mandel, autrice de Une Année exemplaire (album auto-édité) en Sélection Officielle.

► 16h / Popopop, l’émission d’Antoine de Caunes & Charline Roux recevra Florence Cestac, autrice et Grand Prix de la Ville d’Angoulême 2000.

► 18h / Une semaine en France recevra Cyril Pedrosa, auteur de Carnets de manifs avec Loïc Sécheresse (éd. du sous-sol) et Franck Bondoux, Délégué Général du Festival.

► 22h / Côté club : Emmanuel Guibert, Grand Prix 2020.
 
 LES PRIX EN EXCLUSIVITÉ

►► Exclusivité France Inter 2021 : 18h. La Cérémonie des Prix du Festival présentée par Thomas VDB est à vivre et à suivre en exclusivité au travers d’interviews et de reportages sur franceinter.fr.

Voir en ligne : L’actualité BD sur France Inter.

(par François RISSEL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
21 Messages :
  • Toujours les mêmes auteurices invitées, toujours la même frange de la bd mise en avant, mais ils vous ont fait quoi les autres ? Pourquoi n’ont-ils quasiment jamais la parole ? Pourquoi la bd de genre est-elle aussi stigmatisée ? Elle ne sert qu’à remplir les poches des éditeurs qui peuvent ensuite financer les projets, souvent à pertes, de ceux qui ont la parole, c’est ça ? Quel exemple démocratique flamboyant.

    Répondre à ce message

    • Répondu par PHILIPPE GHIELMETTI le 28 janvier à  09:31 :

      Par curiosité, si vous étiez le producteur de cette journée, qui aimeriez-vous inviter ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 28 janvier à  10:59 :

        Des gens comme : Benjamin Blasco-Martinez, Gilles Mezzomo, Jean-Marie Whoerel, Claire Bigard, Antoine Carion, Aurélie Neyret, Olivier Martin, Christian Pelletier, Bad, Annabel, Thierry Demarez, Paul Teng... vous en voulez d’autres ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 28 janvier à  11:26 :

          Ce sont des auteurs qui pour la plupart font du réalisme historique ultra classique qui n’intéresse pas une radio comme France Inter. Par ailleurs ce ne sont pas de gros vendeurs et encore moins des dessinateurs de premier plan, pour être gentil. Par contre, si on vous suit dans ce registre-là, le minimum serait d’inviter Patrice Pellerin, qui est un des meilleurs et dont le travail peut largement concerner les auditeurs de France Inter.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 28 janvier à  12:24 :

            Aurélie Neyret a vendu plusieurs millions d’albums, mais passons. Evidemment, la condescendance est sans limite, et l’étroitesse d’esprit d’une radio publique, qui ne pense qu’à plaire à une seule frange de la population est très contestable. C’est comme ça, moi, perso, j’aimerais bien avoir des interviews d’auteures aussi variées que Audrey Alwett, Bénédicte Carboneill (Carbone), Isabelle Bauthian, Arleston, Matz, Philippe Xavier, Cauuet, Kris, M.Tan, Istin, Bourgne, etc, des vendeurs plus qu’honorables dans leurs genres, mais qui n’intéressent pas la rédaction de cette radio, alors que son rôle est pourtant de donner la parole à une grande partie de la culture en France, et pas selon mettre l’accent sur une forme culturelle en passant par un prisme idéologique clivant.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 28 janvier à  15:49 :

              Chaque radio a son positionnement.On ne découvre pas que France Inter est une radio bourgeoise. La BD de genre, d’humour, la BD grand public en général n’y a pas sa place.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 28 janvier à  17:56 :

                "la BD grand public en général n’y a pas sa place"
                c’est totalement faux on y parle de asterix, adele, de satouf, blake et mortimer quand les bouquins sortent.
                Pour le cinema c’est les séries et les plateformes qui sont à l’honneur.
                Pour la musique c’est de la varietoche à toute heure.
                Tout ça entrecoupé de publicité pour les suv, compte boursier et croisiere.
                On dirait du europe 1
                On n’est tres tres loin de ce que doit etre un service publique de qualité et de découverte culturelle.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 28 janvier à  19:08 :

                  Si je comprends bien, vous préféreriez que France Inter soit encore plus élitiste ?

                  Répondre à ce message

              • Répondu par Fred le 28 janvier à  18:07 :

                Totalement faux, France Inter reçoit toute l’année des auteurs de tout horizon.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 28 janvier à  19:07 :

                  Écoutez RFI. C’est moins parisien. Il n’y a pas de pub. Ça parle de toute la planète. Et il y a plus de diversité dans les invités culturels.

                  Répondre à ce message

                • Répondu par Bloch le 28 janvier à  23:39 :

                  https://www.franceinter.fr/theme/bande-dessinee?p=3 (Je ne connais pas la politique du site concernant les liens, j’espère que vous me passerez celui-ci, en tant que source)

                  En regardant les auteurs reçus ou les sujets traités dans des reportages ayant rapport à la bande dessinée sur Inter je suis tenté de nuancer ce que vous dites. Je me suis limité aux 8 premières pages et chacun peut se faire sa propre idée mais j’y vois tout de même une surreprésentation du format "roman graphique" et d’auteurs confirmés et parfois déjà médiatisés.

                  J’ai aussi l’impression que les invités moins habituels le sont souvent en rapport avec la nomination ou la réception d’un prix (mais l’approche d’Angoulême peut expliquer ce résultat).

                  Les sujets proposant des sélections plus diversifiées sont ceux qui traitent de la bande dessinée jeunesse. L’émission qui propose le plus d’albums divers ou d’auteurs dont je n’avais pas encore entendu parler à l’antenne (critère subjectif, évidemment) est Bulles de BD de Laeticia Gayet. Mais c’est une chronique de 4 minutes qui passe à 5h50...

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par auteur le 31 janvier à  07:27 :

                    Je vous confirme dans vos affirmations concernant France Inter sur la BD, ce n’est pas une impression : les éditeurs, de plus en plus, rejettent la BD de genre pour imposer des formes de BD alternative ou de roman-graphique. Ils courent tous derrière cette chimère de vouloir élever la BD au même rang de respectabilité que le cinéma, le théâtre, la littérature, la danse contemporaine, etc, qui ont déjà leurs lettres de noblesses. Le problème, c’est qu’ils le font au détriment de pas mal d’auteurs et de la créativité dans sa dimension la plus large. Ils vont finir par enfermer la BD dans un sorte de "carcan" condescendant et onéreux, où seul un public aisé y aura accès. Je n’ai pas non plus l’impression que cela va mieux dans les autres disciplines artistiques, mais bon, tant qu’il y a les louanges des médias et de la presse c’est tout ce qui compte pour l’édition. D’ailleurs, le fait de maintenir sous perfusion des séries emblématiques par des "reprises", des "reboot", des "cross-over" et autres "vu par", donne un état des lieu lamentable. De toute façon ils s’en fichent, leurs bilans comptables se portent bien : merci les Manga, les Comics et la BD Jeunesse !

                    Répondre à ce message

                • Répondu par Milles Sabords le 31 janvier à  07:33 :

                  Totalement faux, il y a tout un vivier d’auteurs méconnus mais tout aussi méritants que la radio ne convoque jamais. Lisez les listes énoncées plus haut sur cette page.

                  Répondre à ce message

            • Répondu par Henri Khanan le 31 janvier à  17:09 :

              Prisme idéologique ? Pas vraiment, je pense que c’est plutôt des préférences socio-culturelles ou esthétiques. Avec aussi le refus de se plier aux contraintes de la série !

              Répondre à ce message

          • Répondu le 28 janvier à  14:20 :

            Aurélie Neyret est une grosse vendeuse. Les carnets de Cerise, est un succès de librairie.

            Répondre à ce message

          • Répondu le 28 janvier à  14:21 :

            Aurélie Neyret est une grosse vendeuse. Les carnets de Cerise, est un succès de librairie.

            Répondre à ce message

          • Répondu le 28 janvier à  17:36 :

            Dessinateurs de premier-plan, gros vendeurs, ça ne veut rien dire du tout quant beaucoup d’autres font leur (courte) carrière sur du blabla médiatique. Qu’en savez-vous que les auteurs et autrices nommés ne vendent pas, puisqu’ils ont plusieurs albums à leur actif d’après BD Gest ?

            Répondre à ce message

            • Répondu le 29 janvier à  19:51 :

              Ceux sont plutôt les 3/4 des auteurs qui gagnent des breloques en plastic qui ne vendent rien, et disparaissent d’une année sur l’autre. Pas les 3/4 des auteurs de genres qui font souvent une belle carrière loin des lumières, mais plus près des lecteurs.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Henri Khanan le 31 janvier à  17:04 :

                Au moins, cette année, on a évité les interventions volubiles de Sfar, je préfère entendre Pedrosa ou Guibert, moins souvent invités à la TV ou à la radio. L’hermétique Chris Ware est sans doute venu défendre son livre Delcourt, et Lisa Mandel avait un album auto-édité dans la sélection ! Pour Florence Cestac, je suis plus dubitatif. Ah oui, elle vient de sortir un album sur sa famille chez Dargaud, de pus, le sympathique de Caunes doit apprécier son humour et son style !

                Répondre à ce message

      • Répondu par ED le 1er février à  16:16 :

        Comme un autre auditeur l’a précisé dans un message, j’inviterai aussi Patrice PELLERIN qui est l’un des plus grands auteurs actuels .
        Son travail (auteur complet )+ sa recherche considérable sur le 18 ème siècle le place largement à part et intéresse bon nombre d’archéologue et d’historiens !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Milles Sabords le 1er février à  18:14 :

          Et les autres nommés des listes, non ? ça ne vous intéresse pas ? ils font aussi de la BD, vous savez !

          Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD