Black Monday Murders T1 - Par Jonathan Hickman et Tomm Coker - Urban Comics

26 juin 2018 0
  • La finance mondiale aux mains de groupes fermés, familiaux, possédant tout ou presque et ne se trouvant soumis à aucune règle. Rien d'original direz-vous. Sauf que dans "Black Monday Murders" ces groupes occultes possèdent de véritables pouvoirs magiques et règlent leurs comptes - au sens propre - avec le sang de sordides sacrifices.
Black Monday Murders T1 - Par Jonathan Hickman et Tomm Coker - Urban Comics
La crise de 29 : en fait le prix du sang, et de l’argent, réclamé par une puissance maligne
Black Monday Murders © Jonathan Hickman et Tomm Coker

On le sait, le scénariste Jonathan Hickman apprécie les récits hermétiques, pour ne pas dire cryptiques. On lui doit notamment, côté productions indépendantes, des titres comme Pax Romana, Nightly News, East of West ou encore le récent The Manhattan Projects. Mais aussi une grande implication dans l’univers Marvel (Avengers, Avengers vs X-Men, Secret Warriors ou Infinity). Et avec Black Monday Murders, le scénariste s’en donne à cœur joie, au risque réel de perdre son lecteur en cours de route.

Il faut remonter à la crise de 1929, et à une réunion soudaine des quatre membres du Conseil d’Administration de la banque Caïna : Charles Ackermann, J. W. Bischoff, Raymond Dominic et Milton Rothschild. Quatre magnats de la finance, associés, dont on comprend surtout qu’ils ont passé un pacte avec une puissance maligne qui réclame son dû sous la forme d’un sacrifice majeur.

Car il s’agit là du seul moyen de sauver ce qui peut l’être et de sortir, une fois encore, vainqueur de cette immense crise financière secouant les fondements de Wall Street. Et l’intrigue de rebondir à notre époque, en compagnie des héritiers des ces dynasties maudites et triomphantes. Avec de nouveaux crimes, pour une guerre intestine qui s’annonce sanglante.

Un sacrifice pour sauver ce qui peut l’être
Black Monday Murders © Jonathan Hickman et Tomm Coker
De nos jours, un meutre épouvantable dans le milieu de la finance
Black Monday Murders © Jonathan Hickman et Tomm Coker

Aucun doute:Jonathan Hickman sait y faire pour créer du mystère et accrocher le lecteur. Entre l’enquête policière, la sombre affaire de succession qu’elle enclenche, une inscription dans le temps qui nous fait passer d’époque en époque, les manœuvres en coulisses, les dialogues multipliant les allusions énigmatiques et ces rituels pseudo-sataniques posés comme moteur secrets de Wall Street, il y a de quoi titiller notre curiosité.

Ajoutons à cela un récit volontairement décousu, alternant de superbes, mais glaçantes, planches de Tomm Coker et de longs textes explicatifs nécessaires à la compréhension toute relative, de l’action. Non : Black Monday Murders n’est pas une lecture facile, légère, et il faut souvent revenir en arrière pour s’assurer d’avoir bien saisi qui fait quoi, afin de conjecturer pourquoi.

Reste que la petite ritournelle complotiste autour des puissances de l’argent, incarnées par quelques familles aux patronymes connus et identifiables, sonne bizarre et met même mal à l’aise. Espérons que ces clichés soient traités comme tels, avec un recul critique développé à mesure que l’intrigue se déploie.

À un moment où les rhétoriques du complot se trouvent tout aussi puissantes que délirantes, on attend d’un comics qui s’engouffre dans cette voie une démarche de déconstruction. Pour l’instant, Black Monday Murders semble avoir opté pour la surenchère. Attendons de voir sur quoi cela va déboucher.

Le Mur de Berlin, également cadre de l’action.
Black Monday Murders © Jonathan Hickman et Tomm Coker

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Black Monday Murders T1 : "Gloire à Mammon". Par Jonathan Hickman (scénario), Tomm Coker (dessin) et Michael Garland (couleur). Traduction Maxime Le Dain. Urban Comics, collection "Indies". Sortie le 22 juin 2018. 240 âges. 10 euros (prix de lancement).

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?