Newsletter ActuaBD

"Goán Tau, chez moi" et la convaincante trilogie taïwano-française de Li-Chin Lin

  • Taïwanaise installée en France depuis vingt ans, Li-Chin Lin se demande où se situe au final son "chez moi" dans son dernier ouvrage, à la couverture parlante. Un pied conservé sur son île natale, elle y retourne. L'autre a pris racine dans sa patrie d'adoption, dont elle vit le quotidien en province, difficile. Ses romans graphiques aux Éditions ça et là en viennent à former une trilogie sur son odyssée personnelle d'immigrante, riche en chocs culturels. L'acuité de sa chronique des rapports compliqués entretenus avec ses deux patries continue de détonner...

Pour ceux qui, sous nos latitudes, souvent bien plus nombreux qu’on ne le pense, confondent encore Taïwan avec la Thaïlande, l’île d’origine de Li-Chin Lin, peuplée de 24 millions d’habitants, se situe plus à l’Est en Asie. L’endroit est séparé par un mince détroit de la Chine continentale, dont il subit la pression irrédentiste, ne cessant de le considérer comme sa vingt-troisième province. Cependant que l’ex-Formose a connu un destin divergent, longtemps dominée par l’ennemi nationaliste de Mao, Tchang Kaï-check.

Dans Formose, son premier roman graphique, Li-Chin Lin revenait sur son jeune temps durant la fin de la période dite de la « Terreur blanche », une quarantaine d’années pendant lesquelles le Généralissime tint l’île sous sa férule. Des excès de l’omniprésence de sa propagande anti-communiste, en passant par l’évocation de la démocratisation intervenant après, l’autrice taïwanaise, par le biais de l’autofiction, retraçait son parcours. Il devait finalement la conduire en France.

"Goán Tau, chez moi" et la convaincante trilogie taïwano-française de Li-Chin Lin
Couvertures des trois ouvrages de Li-chin Lin
© Li-chin Lin & Éditions ça et là

Formée à la production de films d’animation et par l’illustration d’ouvrages pour enfants, Li-Chin Lin articule son travail autour du contraste entre un dessin inscrit dans la simplification, qui s’explique en partie par là, et la force de son propos. La mise au point de cette sorte d’écriture et de décalage entretenu le sert bien en définitive.

Il est d’ailleurs significatif que l’éditeur de la Taïwanaise, Serge Ewenczyk, aux goûts pointus en matière de graphisme, ne s’y soit pas trompé. Celui-ci assure l’artiste de son soutien dans la poursuite de son œuvre.

Un des ouvrages de Chih-chung Tsai, ici sur Sun Tzu ("L’Art de la guerre"). Ses bandes dessinées combinant un dessin simplifié à des sujets plus complexes passent souvent assez inaperçues en Occident. Pourtant, Elles s’y vendent, comme en Asie, à millions, plutôt en français chez des éditeurs préoccupés par les philosophies asiatiques ou le New Age.
© Chih-chung Tsai & Éditions You Feng

Remarquez que ce relatif minimalisme dans le dessin est prisé en Asie. L’une de ses formes les plus répandues réside souvent dans le yonkoma, récit en unités de base de quatre cases. L’un de ses fleurons au Japon fut, par exemple, Sazae-san de Machiko Hasegawa.

À Taïwan, sous cette forme, en strips dans la presse, voire en planches, ce genre est aussi populaire. Même si l’on s’en aperçoit peu vu de l’Ouest, l’un des auteurs taïwanais à vendre le plus à l’étranger, y compris en Occident, Chih-chung Tsai, s’y rattache.

Une page de "Formose" où Li-chin Lin revient sur sa vie et ses études à Taïwan, comparées à la France
© L’autrice & Éditions ça et là
Dans "Goán Tau, chez moi", sur les difficultés d’apprentissage afin de venir en France...
© Li-chin Lin & Éditions ça et là

Li-Chin Lin a, sur cette base de dessin simplifié, accommodé de fait au genre en question la recette du roman graphique, pour s’être réappropriée cette influence depuis qu’elle réside en France. Ouverte à beaucoup d’inspirations, elle pouvait difficilement échapper à sa forte présence dans le franco-belge. S’orienter vers les registres de ce dernier liés à la bande dessinée autobiographique et de reportage s’imposa à elle de façon quasiment naturelle.

L’autrice de Formose publie également dans les deux pays. Elle tient un rôle incontestable de passeur avec sa contrée insulaire, notamment par le biais d’articles et d’activités favorisant la connaissance mutuelle du neuvième art d’expression française et taïwanais. En outre, elle s’est impliquée dans l’édition du fanzine de haut niveau Taiwan Comix, qui a concouru pour remporter le prix dédié à cette catégorie au Festival international d’Angoulême.

Le complexe hôtelier de Fudafudak
© Li-chin Lin & Éditions ça et là

Dans Fudafudak, l’endroit qui scintille, elle revenait à Taïwan et sur les questions qui fâchent. Rien d’étonnant pour qui connaît ce réactif petit bout de femme, parfois bien peu asiatique dans son tempérament, tant elle se montre peu disposée à la tempérance, voire à conserver une attitude conciliatrice de façade, surtout dès lors qu’il est question de s’engager et de se montrer combative en faveur des causes qui lui sont chères. La faute à son trop long séjour en France, qui sait ?

Quoi qu’il en soit, dans ce second roman graphique, elle dénonçait les excès de promoteurs immobiliers constructeurs d’un complexe hôtelier empiétant sur le territoire des Amis sur la côte est de son île d’origine. Il s’agit de la plus importante communauté aborigène en nombre parmi les minorités austronésiennes de Taïwan. Les spécialistes pensent de plus en plus que, depuis cette façade maritime, leurs ancêtres partirent voici des siècles sur de frêles esquifs pour peupler toutes les îles du Pacifique.

Souvenir d’avant distanciation sociale : la pratique bien française de la bise, une autre difficulté d’apprentissage pour une Taïwanaise...
© Li-chin Lin & Éditions ça et là
Moins léger. Jeanne, amie d’origine asiatique de l’autrice, au prénom français, néanmoins confrontée aux clichés xénophobes. Et intervention de Li-chin Lin...
© Li-chin Lin & Éditions ça et là

Dur retour à la réalité en France cette fois dans Goán Tau, chez moi, où après vingt ans passés dans ce pays, Li-Chin Lin constate y demeurer par bien des aspects une étrangère, tout comme à Taïwan. Puisque quand elle retrouve son île, plus vraiment la même, ses liens avec les siens se sont complexifiés, voire distendus.

Dans sa terre d’accueil, l’exilée ou ses amies aux origines proches se trouvent en butte aux poncifs et stéréotypes xénophobes envers les immigrés asiatiques et autres incivilités que tout un chacun peut constater. De ceux qui n’ont cessé de s’aggraver depuis vingt ans et plus, jusqu’à inciter certains à rebours à céder aux séductions faciles. Et décrites à travers son expérience vécue, ces dégradations de la personne humaine font du coup encore davantage écho à nos yeux.

Le "chez elle" de Li-chin Lin, au-dessus du bar extrêment bruyant d’un tenancier incompréhensif, va faire repartir l’autrice en résistance pour faire valoir ses droits...
© Li-chin Lin & Éditions ça et là
Face à la démission croissante de l’autorité, quelle qu’elle soit...
© Li-chin Lin & Éditions ça et là

Car l’artiste taïwano-française, si elle n’est pas la seule à chercher où se trouve sa maison, n’en perd pas pour autant le sens de l’orientation. Livre après livre, elle trace son propre chemin. Sa persévérance dans sa démarche pleine de probité, de conviction, et qui ne rechigne jamais à la confrontation si nécessaire, continue d’emporter notre adhésion.

(par Florian Rubis)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Formose - 17 x 24 cm - 256 pages en noir & blanc - broché, couverture souple - parution le 23 novembre 2011 - 22 € - acheter Formose chez Cultura.

- Fudafudak - 18 x 25 cm - 192 pages en noir & blanc - broché, couverture souple - parution le 21 avril 2017 - 20 € - acheter Fudafudak, l’endroit qui scintille chez Cultura.

- Goán Tau, chez moi - 19 x 26 cm - 196 pages en noir & blanc - broché, couverture souple - parution le 17 septembre 2021 - 20 € - acheter Goán Tau, chez moi chez Cultura.

Lire également sur ActuaBD :
- Li-Chin Lin ("Formose") : " Comme Marjane Satrapi sans doute, j’ai fini par raconter mes origines en dessins."
- Avec "Fudafudak", Li-Chin Lin explore de nouveau l’envers de Taïwan
- Li-Chin Lin (« Fudafudak, l’endroit qui scintille »), « Nous sommes tous Taïwanais ! »
- Les Webinaires d’ActuaBD : « Le 9e art à Taïwan »
- Taïwan, la bande dessinée vitale
- Taiwan, la bande dessinée des années 2020 ?

 
Newsletter ActuaBD