Le Tambour de la Moskova, les restes de l’innocence

23 mars 2021 0
  • Dans "Le Tambour de la Moskova", Simon Spruyt a imaginé développer la vie de Vincent Bosse, un personnage secondaire issu de l’un des romans les plus importants de la littérature russe : "Guerre et Paix" de Léon Tolstoï. Un parti pris ambitieux servi par un dessin original.

Ce n’est pas une adaptation académique de Guerre et Paix, Simon Spruyt s’inspire du roman pour raconter son histoire. Dans l’enfer de la retraite de Russie conduite par Napoléon en 1812, Vincent, tel Candide assistant à une « boucherie héroïque  », va traverser une terre de désolation et de mort. Simon Spruyt apporte un regard neuf sur cet évènement historique. Formaté par des affinités revendiquées avec la littérature russe, Le Tambour de la Moskova est une histoire racontée à hauteur d’homme qui jette un regard cru sur la Retraite de Russie et les centaines de milliers de soldats qui en ont été les victimes en l’espace de six mois.

Pour Vincent, tout a commencé deux ans avant la bataille de Borodino. Alors qu’il comptait entrer au séminaire, il a été enrôlé malgré lui dans l’armée napoléonienne en marche pour la Russie. Devenu tambour, il enchaîne les batailles et rencontre un certains nombre d’individus typiques des romans de Tolstoï. Ce récit est conté par un Vincent vieillissant à un inconnu venu recueillir son témoignage. Il raconte les affres de la guerre et décrit sa propre lâcheté comme la raison de sa survie. Cependant, il est aujourd’hui rongé par le remord.

Le Tambour de la Moskova, les restes de l'innocence

Les planches de cet album ont été réalisées avec un mélange de crayons, de pastels et d’encres aquarelles. Le résultat de ce travail est très impressionnant. Entre le feu et la boue, seul ressort le blanc du papier et la face blême de Vincent. L’auteur alterne entre des planches détaillées et subtilement construites quand le récit l’exige et des planches abstraites pour décrire la violence et l’horreur de la guerre. Nous retiendrons notamment les scènes de pluie dans lesquelles Spruyt joue avec les encres pour donner un aspect diffus et vaporeux à son travail. Comme dans son précédent récit historique, le remarqué Juncker, l’ensemble est homogène et convaincant.

« J’ai certainement eu ma période russe en tant que lecteur, explique Simon Spruyt. J’ai absolument adoré "Guerre et Paix", dont la dimension épique m’a immédiatement transporté. J’aime toujours ce livre, mais je préfère quand même l’exotisme des auteurs russes un peu fous - de mon point de vue je suppose -, comme Dostoïevski, Gogol ou Gontcharov. Tolstoï est parfois un peu trop systématique dans ses théories. »

Le Tambour de la Moskova, raconte la traversée poétique d’un personnage angélique au milieu d’une tourmente infernale. Un récit aux inspirations historique et romanesque doté d’une véritable réflexion sur les statuts de l’innocence et la grandeur en temps de conflit.

(par François RISSEL)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?