Les Vieux Fourneaux T1 – Par P. Cauuet & W. Lupano – Dargaud

29 avril 2014 2 commentaires
  • Une crise de jalousie au troisième âge, le projet d’une vendetta toscane et la fin des illusions anarchistes, c’est le cocktail étonnant que proposent Lupano et Cauuet dans cette comédie réjouissante.

Tout commence par les retrouvailles de trois septuagénaires, anciens compagnons de combat social dans une grande entreprise pharmaceutique. Antoine pleure la disparition de Lucette. Mimile et Pierrot viennent soutenir leur vieux camarade, et se remémorer le temps de leurs quatre cents coups. Lorsque le notaire révèle une dernière lettre de la défunte qui avoue une aventure extraconjugale avec un sbire du grand capital, le sang du veuf ne fait qu’un tour ! Il embarque ses amis carte vermeil et sa petite fille (enceinte de 7 mois) pour une voyage-vengeance en Italie…

Les Vieux Fourneaux T1 – Par P. Cauuet & W. Lupano – Dargaud
Un extrait des "Vieux fourneaux" T1
© Cauuet - Lupano - Dargaud

Avec un excellent argument de départ, celui du choc des générations et des illusions perdues, « Les vieux fourneaux » déroule à une cadence soutenue une histoire drôle, souvent douce-amère, toujours extrêmement bien dialoguée. On ne met que rarement des héros du troisième âge à l’honneur dans les fictions. En bande dessinée, on se souviendra du délicieux album « Les Petits ruisseaux » de Pascal Rabaté. C’est également l’option narrative des « Vieux fourneaux » et son trio de héros atypique qui donne à cet entame de série toute sa fraîcheur et son pouvoir comique.

Dans ce portrait d’une génération vieillissante et un peu désabusée, Paul Cauuet et Wilfrid Lupano font preuve de beaucoup de personnalité et placent d’emblée leur série parmi les albums de l’année 2014 qui resteront .

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Les Vieux Fourneaux T1 – Par P. Cauuet & W. Lupano – Dargaud
    29 avril 2014 11:24, par Oncle Francois

    Derrière le combat social, il y a parfois des luttes sentimentales occultées. Et il faut reconnaitre qu’avant la loi sur le harcèlement sexuel au travail, de nombreux abus ont pu être commis. Maintenant, ce n’est pas parce qu’un homme est plus riche qu’une femme qu’il va en abuser ou la violenter, il peut y avoir aussi de belles histoires d’amour, mais on sait qu’elles finissent mal en général.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Raph le 26 juillet 2014 à  09:49 :

      Je n’ai pas compris le buzz autour de cette bd, paraît-il que les dialogues seraient dignes d’admiration. J’ai donc acheté l’album et l’ai lu. Le dessinateur est excellent, même si le dessin est parfois affublé de tics graphiques (l’expression des jeunes femmes est répétitif) avec trop de traits et des expressions souvent dures qui n’apportent rien et enlèvent de l’humanité aux personnages.
      Passons sur les couleurs photoshop sans intérêt et voyons les dialogues. Une brochure publicitaire éditée par Dargaud reprend les 10 meilleures répliques je cite :
      "T’étais déjà pas fute-fute à l’époque", "C’est pas dieu possible d’être aussi con", "J’aurais préféré le tuer à coups de pieds, mais avec mon arthrite ..."
      Tout est dit. Non seulement les dialogues sont creux et souvent vulgaires, mais en plus ils sonnent faux, totalement faux, forcés, que ce soit pour les plus jeunes comme pour les plus vieux.
      Cet album surfe donc avantageusement sur la bd sociale du moment. Une déception sur tous les plans, malgré un gros travail à l’évidence

      Répondre à ce message